RSS
RSS



 

 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Etages :: 6ème étage :: Appartements des professeurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Everything that kills me makes me feel alive

avatar
Rodolphus Lestrange
Lieutenant du Lord & Directeur de Drákon
Âge du personnage : 48 ans
Baguette : Plume de phénix, relativement souple, en bois de hêtre et pour une longueur de 28 cm
Nombre de messages : 504
Célébrité sur l'avatar : Johnny Depp
Humeur : Complètement déprimé
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Fév - 20:47
Everything that kills me makes me feel aliveKendra Avery & Rodolphus LestrangeQuelle honte ! Rodolphus ne sait même plus quel foutu événement est le plus honteux de toute sa triste existence. Avoir été enlevé et enfermé comme un rat, dans une autre prison ? Comme si Azkaban n'avait pas laissé assez de traces indélébiles dans son esprit. Avoir été torturé et traîné comme un vulgaire paquet, lors de la libération de Poudlard par les Dissidents ? Que l'état lamentable dans lequel il se trouvait, fasse assez pitié à Dumbledore pour qu'il négocie « son emprisonnement » à Poudlard plutôt qu'à Nurmengard en l'échange d'un travail de sa part ? Ou tout simplement que pour éviter d'être à nouveau enfermé et en proie à sa plus grande peur, qu'il accepte l'offre du vieil homme ? C'était peut-être bien un mélange de toutes ses situations, y compris du fait que son frère soit obligé de panser ses plaies. Son petit frère qui plus est, puisque c'est Rodolphus l'aîné des deux Lestrange.

C'était peut-être encore pire que tout ça réuni en fait. Le Mangemort était allé de surprise en surprise. Après que Rabastan ait eu fini de le torturer avec des potions qui puent, Rodolphus avait été convié pour le dîner du soir, par Dumbledore en personne. Au départ, il avait cru à une blague de mauvais goût, mais ce n'était pas le cas. On lui avait dressé le couvert à la table des autres Professeurs, même s'il n'avait pas daigné s'y rendre, simplement par fierté. Et alors qu'il pensait qu'un cachot allait lui servir de suite pour la nuit, c'est un appartement avec le luxe nécessaire, qui lui fut offert. Là, il ne savait plus quoi penser. Est-ce que Dumbledore était devenu assez sénile pour avoir oublié qu'il hébergeait l'un des pires Mangemorts et qu'il lui offrit tout le confort qu'il ne méritait sûrement pas ? Ce n'était même pas tout encore. La surprise fut à son comble quand il découvrit un bureau à son nom. Alors à chaque fois, il s'attendait à ce que le piège arrive. Devenant même paranoïaque à la longue. Il y avait un truc. C'était obligé qu'à un moment, quelque chose lui tombe dessus. Mais malgré tous les scénarios qu'il échafaudait, rien ne semblait vouloir venir, si bien qu'au bout de deux jours, il se résigna à manger à sa faim pour la première fois depuis de longues semaines – en comptant l'enfermement dans la cellule de Grindelwald. D'ailleurs, heureusement qu'il n'a jamais été trop maigre, sinon il aurait fini avec seulement la peau sur les os à ce train-là.

Le plus étrange dans toute cette histoire, c'est que sa baguette lui avait été rendue, sans même être bridée. Pourtant, malgré ça, Rodolphus n'avait pas tenté de s'enfuir. La raison étant la plus simple au monde : la crainte qu'en cas d'échec, il soit renvoyé de nouveau à Nurmengard. Et il restait toutefois curieux de savoir quand tout allait s'arrêter et que la vraie sentence lui tomberait dessus. Pourtant, Dumbledore n'est pas connu pour être sadique. C'était plutôt étrange. Ou bien son seul supplice était de le laisser cogiter suffisamment pour qu'il en vienne à ne plus savoir qui il est réellement ? Une chose encore fort possible, puisque justement, à certains moments, Rodolphus se surprenait à penser qu'il pourrait en profiter un peu et qu'il en avait bien le droit, après toutes les merdes qu'il a dernièrement vécu, que ça soit pendant son propre kidnapping ou même avant.

Dans son appartement, le Mangemort se trouvait assez sur le rebord de la grande fenêtre. Dos contre le mur derrière lui, bras croisés sur son torse et la tête posée contre la vitre froide, son regard contemplait la nuit déjà bien installée. Tout en bas, le lac s'étendait et semblait vouloir ne faire plus qu'un avec le ciel dégagé malgré l'obscurité. Finalement là, tout de suite, il n'était pas si mal loti. Sûrement que son opinion changera le jour où il devra donner son premier cours, sachant avec une grande certitude qu'il n'a pas de patience. Mais jusque là, il ne pouvait trouver à se plaindre. Même niveau fringues, il avait la chance de faire la même taille, à peu de choses près, que son frère. Ce dernier étant à Poudlard depuis bien plus longtemps que lui, il avait emmagasiné assez de vêtements pour lui en passer. D'ailleurs, ce que portait justement Rodolphus sur le dos – un jean et un tee-shirt sombre – appartenaient à Rabastan, qui lui avait dit qu'il lui en filerait encore d'autres. Ce soir-même d'ailleurs, il n'y avait plus qu'à l'attendre.

A quelques reprises, ses yeux tentaient à se fermer et il dût lutter pour ne pas s'endormir maintenant. Espérant que son frangin ne tarderait pas à rappliquer. D'autant qu'il devait lui ramener, en plus des vêtements, de nouveaux baumes pour atténuer certaines de ses cicatrices un peu trop visibles. C'est enfin quelqu'un qui frappa contre sa porte, qui finit par le faire se redresser, observant dans la direction de l'entrée. Rabastan pourrait au moins lui épargner le trajet pour lui ouvrir. En roulant des yeux, Rod' attrapa sa baguette et la clenche se baissa toute seule, dévoilant la personne qui se trouvait sur le pallier. A sa grande surprise, ce n'était pas son frère, mais un autre Mangemort. Enfin en l’occurrence une Mangemorte.

« Rabastan n'est pas avec toi ? »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Etages :: 6ème étage :: Appartements des professeurs-
Sauter vers: