RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Jan - 10:22
Comment se perdre en 1 leçon !
Feat Drago Malefoy, Mable Weiss, Tess Jekelm et Jesse-Rose Greenwood



Tout le monde sait que Lumina Weasley, cousine éloignée de Ron et Ginny Weasley, organise des expéditions dans tout le château afin de trouver une sortie ou peut être est ce juste pour découvrir des endroits inexplorés du château. Cependant, la demoiselle ne connait pas le château comme sa poche et jusque là, ses recherches se sont avérés infructueuses. Voilà pourquoi, aujourd'hui, son équipe se compose de deux premières années. Attention, pas n'importe quelle première année : Mable Weiss et Tess Jekelm. Autant dire qu'avec ce duo de choc, Lumina n'a qu'à bien se tenir. Le lieu d'expédition ? Les cachots ! Personne ne les a prévenu visiblement que les cachots étaient un véritable labyrinthe.

Ce qui devait forcement arriver, arriva. A force de s'enfoncer plus profondément dans les couloirs, nos trois jeunes filles finirent par se perdre. Heureusement, il y a toujours un peu de chance dans notre malheur... Et notre petit duo eut la chance, tout dépend pour qui bien sur, de tomber sur un Serpentard. Et pas le moindre : Drago Malefoy, prince des Serpentards en personne. A vous d'écrire la suite.... L'histoire en est là! A votre rencontre...

Malefoy va t il aider les jeunes filles ? Ou bien les laisser se débrouiller par elles mêmes ? Beaucoup se doute de la réponse mais n'oubliez pas que nous avons deux demoiselles très téméraires et qui n'ont pas peur des Serpentards !


[Donc c'est à vous d'écire à présent la suite du sujet. Le but étant que Lumina, Tess et Mable arrive à revenir jusqu'au hall. Bien sur, que ce ne se fasse pas en deux messages sinon il n'y a plus d'interêt. Et si ça devient trop simple, je pimenterai un peu le scénario ^^ A la fin du sujet, les admins se réuniront et décideront de combien de points sont apportés à chacun. Et peut être aurez vous droit à une surprise... Si vous avez des questions, envoyez un MP à Kaysa .]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 8 Jan - 17:34
Invité
Spoiler:
 

Mais qu'avait-elle fait pour se retrouver dans un tel pétrin ?! Décidément, Mable avait le don de se fourrer dans les ennuis …

Pourtant, la journée avait bien commencé ! La petite Serdaigle s'était levé de bonne humeur, comme d'habitude. Il n'était pas trop tôt, car elle profitait de l'absence de cours pour se détendre un peu. Mais pas trop tard quand même, hein ? Il ne fallait pas pousser non plus, un peu de sérieux ! Donc, vers neuf heure, elle avait émergé tranquillement et s'était rendue dans la grande salle où elle avait retrouvé Iris. Bon, vous vous doutez bien que, comme d'habitude, elle n'avait même pas cherché midi à quatorze heure. Directement à la table des Poufsouffle pour dire bonjour à celle qu'elle considérait maintenant comme sa grande sœur. Et comme tous les matins (enfin comme tous les matins ou elle la trouvait là), elle lui dit affectueusement bonjour (ou lui sauta dessus, au choix). Pour ensuite se mettre à babiller joyeusement tout en mangeant ce que la Poufsouffle lui avait gentiment donnée pour le petit-déjeuner. Certains étaient grognon quand ils venaient de se lever, et bien … pas Mable. ! Qui, à vrai dire, ne se posait même pas la question de savoir si oui ou non, elle gênait les personnes qui l'entouraient avec son bavardage incessant ! Sitôt son petit-déjeuner ingurgité, elle avait décidée d'aller étudier un peu. Elle se sentait l'humeur au travail ce matin-là. Bien entendu, elle avait prévue de le faire avec Iris et peut-être même qu'elle pourrait trouver quelques Serdaigles volontaire ! Elle alla donc trouver son groupe d'amis, en convenant avec la sixième année de se retrouver à la bibliothèque dans une petite demi-heure.
Mable savait que que les filles de 1ère année de Serdaigle ne dormaient pas toutes. Certains lits étaient vide lorsqu'elle avait quitté le dortoir. Alors, pourquoi pas de même pour les garçons ? Et elle savait également où les trouver ! A savoir, soit dans la salle commune, là ou ils étaient encore lorsqu'elle l'avait quitté, soit déjà à la bibliothèque. Sauf si ils avaient prévus autre chose, mais elle n'était pas au courant, dans ce cas. Elle opta pour la salle commune où effectivement, ils se trouvaient, pour ensuite leur proposer son activité de la mâtiné. Tous ses amis présents acceptèrent et ils se dirigèrent donc vers la bibliothèque pour y retrouver la Poufsouffle et y passèrent la mâtiné à étudier comme les sages petites Serdaigle qu'ils sont.

L'après-midi, cela avait été plus mouvementé ! Il était prévue depuis la veille que son amie Tess et elle se joignent à Lumina Weasley, une Gryffondor de 4ème année, pour explorer le château. Cette dernière avait l'habitude de mener de telles expéditions et encore plus depuis que Poudlard était coupé du reste du Monde. Bien sur, cela n'avait pas échappé aux oreilles des deux premières années qui avaient sauté sur l'occasion pour satisfaire leur curiosité. Après tout, ce n'était pas tous les jours que Mable pouvait faire partit d'une bande d'explorateur ! L'idée était alléchante, et puis, c'était drôlement amusant. Apparemment, la jeune Poufsouffle partageait son avis. Aussi, elle les avait retrouvé, elle et la Gryffondor, qu'elle ne connaissait pas plus que ça, pour prendre route vers de nouvelles aventures. Et quelle aventure ! Lumina les informa de la destination de l'expédition qui se trouvait être les cachots. Mable n'y avait pas encore mis les pieds, parce qu'elle n'avait pas vraiment de raison de s'y rendre, c'était une occasion d'inaugurer. Dans la bonne humeur, les trois filles prirent route. Mable ne faisait que suivre tout en bavardant. Comment toujours, une conversation animée débuta entre Tess et elle. Conversation à laquelle Lumina devait surement peiner à participer. Et blablabla et blabla ! Et voilà que j'ai lu ça par ci, et que j'ai vu ça par là ! Comment ça Mable raconte ENCORE sa vie ?! Bon, ok, juste un peu. Et ça, c'est quoi ? Et par là, ça mène ou ?

« Eh Lumina ! Tu viens souvent ici ? » demande-t-elle, en une énième question.

Pourquoi cette question, justement ? Et bien, parce que ça faisait un petit moment qu'elles étaient là. Que les couloirs défilaient. Qu'elle n'avait rien trouvé. Et que Mable était complètement pommée. Ça c'était sur …
Ah bon ? Tess aussi ? Mais son amie ne connaissait pas le coin ? Elle croyait que si pourtant …
Mais Lumina était là, heureusement ! … QUOI ?! Elle aussi ne savait pas ou elles étaient ? Olalala, là, elles étaient dans le pétrin. Mais comment peut-on se perdre dans les couloirs de Poudlard ? Ils n'étaient pas si nombreux que ça, quand même ! En faite, si. Mais généralement on trouvait toujours une sortie. Sauf que dans les cachots, c'est moins drôle. Il y fait plus sombre et on se sent un peu enfermé, en faite …

« Euh … on fait quoi maintenant ? J'ai entendu dire qu'il y en a, on ne les a jamais retrouvé parce qu'ils se sont perdus dans les cachots … C'était une bêtise, hein ? » demanda-t-elle naïvement.

Oui, on arrivait à lui faire croire, relativement beaucoup de chose. Quand elle n'allait pas vérifier l'exactitude des informations dans les livres de la bibliothèque … Encore une blague de sa cousine Darla ! Le problème, c'est que cette information, elle n'avait rien trouvé dessus qui l'aide à savoir si elle était vraie ou pas. Elle comptait donc plus ou moins sur les deux filles pour la rassurer. Ça ne pouvait qu'être des contes, pas vrai ?
Et plus elles avançaient, plus elles se perdaient. Non, c'est bête ce qu'elle disait là ! On ne peut pas faire plus perdu que perdu. Au moins une chose dont elle était sur. C'est triste, parce que ça n'aide personne. Mais un véritable miracle allait se produire. Oui, elles allaient croiser un sauveur. Un héros. Un mirage ! Elles allaient rencontrer un Serpentard ! Au loin, à l'angle d'un couloir, il y avait bien une silhouette. Qui venait dans leur sens et qui se rapprochait. Mable en était sur, c'est pourquoi …

« Oh ! Regardez, regardez ! Y a quelqu'un !! » s'exclama-t-elle à l'intention des deux autres.

Puis, elle se mit à courir vers le dit sauveur avant de s'arrêter face à lui. Non sans trébucher, ce qui n'est absolument pas étonnant. Qu'elle soit suivit ou non n'avait pas grand importance, car elles avaient quelqu'un pour les secourir. Un grand sourire aux lèvres, elle le regardait en levant la tête.


« Bonjour ! Moi, c'est Mable, je suis à Serdaigle. Et elles, c'est Tess de Poufsouffle et Lumina de Gryffondor ! On est perdu dans les cachots - c'est que c'est grand ici ! -, on faisait une expédition pour trouver une sortie vers l'extérieur. Et on aurait besoin de ton aide pour trouver la sortie ! Enfin, pas celle vers l'extérieur, celle qui nous ramène au hall d'entrée … Ok ? » expliqua-t-elle immédiatement.

Elle venait, en effet, de raconter leur vie. Mais … Était-ce un secret ? Pas vraiment. Et d'ailleurs, il leur aurait posé la question, non ? Sans doute pas, non ... M'enfin, elle pouvait pas savoir.


« Je me demande pourquoi on a pas cherché une carte avant de partir, d'ailleurs. Je suis sur qu'il doit y avoir ça à la bibliothèque … On est pas maline, tout de même !» continua-t-elle de déblatérer.

Et voilà, elles était sauvées ! Ce qu'elle n'avait pas compris, c'est qu'elle était en face de Drago Malefoy …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Jan - 21:42
Drago ne s’était pas levé bien tard, ce matin : il n’avait pas l’habitude de dormir toute la matinée, trouvait que cela lui faisait perdre du temps. En même temps, pour ce qu’il faisait de son temps… Bref, cela n’avait pas vraiment d’importance. Il avait donc gardé son rythme habituel malgré l’absence de cours : le Serpentard n’avait pas l’habitude de dormir énormément. Ce n’était pas forcément le cas de ses amis : tant pis. Drago s’était montré au fur et à mesure de moins dépendant des physiques de Crabbe et Goyle, notamment parce qu’il avait bien grandit et qu’il n’était pas un mauvais sorcier, loin de là. Cela lui plaisait bien, de montrer qu’il était indépendant en se promenant seul. Plus solitaire qu’avant, oui : cela ne l’empêchait pas de faire partie des gens à la tête des Serpentards. Il était allé prendre son petit déjeuner rapide en passant dans les cuisines, se débrouillant plus ou moins pour préparer un café. Sa matinée avait été calme, peut-être trop calme pour Drago Malefoy : il avait essentiellement traîné dans la salle commune, s’était entraîné à quelques sorts, avait lu. Il avait retrouvé par la suite ses acolytes, avec qui il était allé aux cuisines, histoire de pouvoir manger quelque chose. Drago, en parfait petit gosse de riche, ne savait pas cuisiner. Ainsi, il avait été sacrément embêté par le sort d’Hellson : et puis, c’était pas à LUI de faire à manger, que diable ! Il devait tout de même réussir à manger : de ce fait, il demanda à quelques Serpentards ou – fait tout de même plus rares – gens d’autres maisons avec qui il se trouvait en bons termes de lui faire à manger, sans leur donner l’impression de les exploiter bien entendu – il devait s’assurer qu’ils continuent à le nourrir, il n’était pas assez stupide pour perdre la chance qu’il avait de pouvoir manger bien qu’il ne sache pas cuisiner. Cela dit, à chaque repas, il se disait qu’il ferait mieux d’apprendre quand même un minimum à se faire à manger : bien que ce soit une tâche qu’il jugeait basse, il se rendait bien compte que, peut-être, un jour, il serait confronté à un cas de figure dans lequel il devrait ne compter que sur lui-même pour manger. Oui, il finirait par apprendre : mais pour l’instant, il décida de laisser ses deux gardes du corps à leur gourmandise pour regagner, seul, la salle commune des Serpentards.

Là-bas, l’ennui ne tarda pas à le cueillir. Il discuta brièvement avec quelques uns de ses condisciples, tranquillement, embêta un première année sans être pour autant particulièrement méchant – au bout du compte, les plus jeunes Serpentards, s’ils avaient parfois peur de lui, savait en général que, sauf exception, Drago n’avait pas une dent contre eux. Il les appréciait même, dans le sens où ils étaient souvent facilement influençables du fait de leur jeunesse et qu’il pouvait ainsi se pavaner comme il voulait devant eux. Mais de là à traîner régulièrement avec eux, fallait pas déconner : ils n’étaient après tout que des gamins. Quoi qu’il en soit Drago se lassa vite : il aperçu une balle, de la taille d’une balle de golfe et de couleur rouge, sur une petite table, non loin du fauteuil dans lequel il s’était affalé. Un sortilège d’attraction et elle se trouvait dans sa main. Un autre sortilège et, de cramoisie, elle passait à un vert émeraude intense. Pensif, il s’amusa un court instant à la lancer en l’air pour la rattraper d’une main, n’ayant vraiment rien à faire. L’enfermement ne lui plaisait pas vraiment : il avait l’impression qu’on se jouait de lui, qu’il y perdait de sa puissance factice… Bien que d’un autre côté, ne pas avoir d’incarnation d’autorité était intéressant pour le petit prince qui pouvait ainsi assoir sa domination sur une bonne partie des Serpentards – ceux que se laissaient faire. Pour les autres, comme Alice, et bien, il disait qu’ils étaient alliés, alors que, et ce bien qu’il l’appréciait, il aurait bien entendu préféré qu’on obéisse qu’à lui, qu’on se soumette uniquement à ses dogmes. Mais il s’était fait à l’idée qu’il aurait un plus grand contrôle sur les gens s’il acceptait de s’allier plus ou moins avec les autres fortes têtes de Serpentard. Quoi qu’il en soit, ce n’était alors pas la question : Drago Malefoy s’ennuyait, il décida donc qu’il ne servait à rien de s’attarder stupidement dans la salle commune. Les distractions ne venaient pas à lui, ce serait lui qui viendrait aux distractions ! Il glissa donc la balle dans la poche du jeans qu’il portait aujourd’hui, se l’appropriant sans complexe. Ce qui était abandonné dans cette salle commune était toujours potentiellement à lui, s’il le décidait.

Le Prince des Serpentards décida, sur un coup de tête, de se promener un peu dans les cachots : il les connaissait bien, il s’y était après tout déjà perdu dans ses premières années à la recherche de sa salle commune. Mais maintenant, tout allait bien : il avait fait des cachots son domaine, ou presque. Il n’était pas inquiet alors qu’il se promenait, tranquillement, les mains nonchalamment enfoncées dans les poches de son jeans. Il réfléchissait à une activité potentielle : il pouvait par exemple retourner dans sa salle commune, prendre son balai et aller voler un peu, dans le parc ou sur le terrain de Quidditch. Ou il pourrait s’aventurer hors des cachots pour trouver des élèves à torturer. Pour exposer un peu plus l’image de monstre qu’il s’était construite. Il erra doucement, sans croiser une seule présence pendant un long moment : et puis d’un seul coup, il aperçu, au loin, un groupe d’élèves. Trois élèves, en fait : il n’eut pas le temps de se poser la moindre question que l’une des trois jeune filles – car il ne s’agissait que de filles – courut vers lui. Il haussa un sourcil, la voyant trébucher, ne bougeant pas. C’était lui qu’elle regardait comme ça ? C’était lui qu’elle était heureuse de rencontrer ? C’était sûrement une première année, avec sa bouille adorable et son innocente naïveté. Drago rajusta le col de sa chemise blanche, qu’il portait sous son pull sombre au col en V – il faut dire que les cachots ne sont pas l’endroit le plus chaud du château. Et puis, la posture arrogante, il écouta la jeune fille, haussant lentement un sourcil.

Ainsi, elles étaient perdues ? Et elles comptaient sur LUI pour les sortir de là ? Après réflexion, s’il ne connaissait pas les deux premières années – Tess et Mable –, la plus âgée des trois filles lui disait bien quelque chose… Lumina, c’était une Weasley, une gryffondor, comme l’avait souligné la petite fille qui lui avait sauté à la gorge. La distraction avait donc fini par arriver d’elle-même. Croisant les bras, sourcils levés, un sourire abominablement arrogant se dessina sur ses lèvres alors qu’il toisait la petite Serdaigle de toute sa hauteur, répondant d’abord à sa dernière remarque.

« C’est le moins que l’on puisse dire. »

L’amabilité n’était pas vraiment la qualité première de Drago, non. Mais cela pouvait à la limite passer pour une plaisanterie peu méchante, une simple taquinerie : ce n’était en fait qu’une mise en bouche : Drago Malefoy était capable de bien mieux que ça. La voix trainante, il décida de récapituler ce que la petite fille lui avait dit, comme pour faire durer le suspense.

« Ainsi, vous vous êtes perdues en voulant stupidement explorer les cachots à la recherche d’une sortie alors que vous savez très bien que le sortilège d’Hellson empêche quiconque de quitter l’enceinte du château. Je vois, très malin, bravo. »

L’ironie était bien entendu mordante. Un résumé à la Drago n’aurait pu être gentil, oui. Décroisant les bras, son sourire arrogant s’élargissant encore un peu, il renfonça ses mains dans ses poches et se pencha très sensiblement vers Mable, comme pour montrer par le corps qu’il était déjà trop bon d’accepter de les écouter et de leur parler.

« Je ne vois pas pourquoi je vous aiderais. Qu’est ce que je gagnerais à jouer les gentils garçons qui auraient décidé, dans une grande magnanimité, de guider trois gamines ? »

Oui, Lumina n’était plus exactement une gamine : mais pour Drago, c’était comme si. Et puis, c’était une Weasley ! Le jeune Malefoy s’amusait, oui, en plus de jouer les opportunistes en cherchant un gain à la suite d'une aide éventuelle. Il ne comptait pas les laisser partir si vite, et s’amuser à leur dépends : il attendait déjà de voir quelles raisons les jeunes filles lui donneraient. Parce que ce serait après tout bien la première fois que Drago ferait preuve d’altruisme envers qui que ce soit, pas vrai ? Ouvertement, en tout cas. Il n’avait aucune raison d’agir ainsi, du moins, à son goût. Il verrait bien ce qu’il en serait : pour l’instant, son sourire encore insupportable de supériorité sur les lèvres, s’étant redressé, il toisait les jeunes filles de toute sa hauteur, un sourcil légèrement levé. Alors ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Jan - 15:36
    Depuis que Poudlard était coupé du monde extérieur, la petite Tess n’en faisait qu’à sa tête, au plus grand désespoir de ses sœurs et de son frère. Tous s’étaient donnés pour mission de prendre soin les uns des autres. Sarah avait même proposé à Tess de dormir dans le dortoir des Gryffondor, ce dont Tess rêvait. Sauf que là, la petite Poufsouffle avait qu’une envie : se débrouiller seule. Elle en avait un peu marre du cocon familiale, marre qu’on la compare à ses grandes sœurs. Alors qu’avant elle mettait sa famille en premier plan, tout ce qu’elle voulait à présent, c’était exister en tant que personne, plus en tant que petite dernière d’une grande famille. Ainsi, elle se levait à l’heure qui lui convenait, se couchait tard, se préparait à manger toute seule … Bon, sur un point, elle n’avait pas changé : elle était toujours aussi sociable et prenait encore tout le monde pour ses amis.

    Alors que la journée avait déjà bien commencé, Tess sortit de son lit, pas vraiment consciente de l’heure qu’il était. En tout cas, il n’y avait plus personne dans le dortoir. Elle se coiffa rapidement, un ou deux coup de brosse, sans plus, enfila un jeans et un sweet coloré - plus besoin d’uniforme aujourd’hui, pour son plus grand plaisir - et descendit en trompe les escaliers menant à la salle commune, comme à son habitude. Elle y trouva son frère, plongé dans un livre et le salua. Ok, elle voulait se débrouiller sans eux, mais elle n’allait quand même pas leur faire la tête pour autant ! Tess parla même un peu avec lui, prit de ses nouvelles. Même si elle n’en avait pas l’air, elle s’inquiétait tout de même pour sa famille … Ils avaient toujours compté pour elle et même si elle rêvait d’indépendance, c’était encore le cas. Aussi, c’est quand elle apprit l’heure qu’il était qu’elle fut contrainte de partir. Elle avait rendez vous avec Lumina Weasley, une Gryffondor un peu plus âgée et son amie Mable, de Serdaigle pour un projet et elle était déjà un peu en retard. Rapidement, elle embarqua quelques sachets de patacitrouilles, de chocogrenouilles, des fizwizbiz et de surprise de Bertie Crochu et d’autres friandises car elle n’avait pas encore mangé.

    Tess apprit le projet de Lumina lorsqu’elle rejoint les deux filles. Quoi ? Oui, elle avait bien accepté de participer à une expédition sans savoir de quoi il était question, vous avez bien compris. Mais ça, c’était Tess. Tant que c’était amusant, elle accepté les yeux fermés. Et puis ce serait l’occasion pour elle de connaître un peu plus Lumina, à qui elle n’avait jamais eu le temps de parler, curieusement. Leur destination était donc les cachots. Tess était d’autant plus contente qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’aller visiter, pour de multiples raisons. D’abord, l’interdiction de s’y rendre par ses frères et sœurs sous prétexte que l’on fait de mauvaises rencontres. Bon, Tess ne se serait pas gêné pour enfreindre cette stupide interdiction, mais elle avait été très occupé à chercher des passages secrets dans les couloirs des étages, ajouté à ça les devoirs, les cours et le temps passé à se faire des amis, la Poufsouffle n’avait pas eu le temps de descendre plus bas que la cuisine. C’est pourquoi elle suivit ses deux amis, de très bonne humeur. Durant tout le chemin, elle discuta avec Mable de tout et de rien, comme à leur habitude, ne laissant pas souvent la pauvre Lumina parler. Sans s’en rendre compte en plus, les deux plus jeunes étaient plus qu’absorbée dans leur conversation. Mable parlait de livres qu’elle avait lu, entre autre et Tess lui posait des questions, s’assurant de retenir un maximum de chose pour sa culture personnelle. Mable interrompit leur conversation lorsqu’elle demanda à Lumina si elle venait souvent dans les cachots. Tess regarda alors la Gryffondor.


    «  J’espère que tu sais où on est, » commença-t-elle, « parce que moi, je n’en sais rien, absolument rien. Je vous ais déjà dit que c’était la première fois que je venais ici ? »

    Oui, bien sûr qu’elle l’avait déjà dit. Dans l’excitation, elle oubliait ce qu’elle avait pu dire ou non. Quand Lumina annonça qu’elle ne savait pas où elles étaient, Tess fronça légèrement les sourcils. Puis, elle haussa les épaules et son grand sourire revient rapidement sur son visage.

    « Bah, c’est plus marrant comme ça ! »

    Tess n’avait apparemment pas la même notion de l’amusement que les autres, certes. Mais pour elle, elles auront plus de mérite en sortant de là, et elles se souviendront plus longtemps de ce moment passé dans les cachots, paniquant - enfin ce n’était pas le cas de Tess - à l’idée de retrouver la sortie. Et elles pourront raconter cette expédition à tout le monde, telles des héroïnes. Mable se souvint alors de quelque chose qu’on lui avait raconté : certaines personnes n’étaient jamais revenu des cachots. Ah ? Tiens, c’est drôle mais …

    «  Tu sais qu’on m’a dit la même chose ? » dit Tess en croisant les bras, tentant de se souvenir, «  Ouais, c’est mes grands frères, tu sais je t’en ai déjà parlé Mable, les jumeaux Jack et David ! Je crois qu’ils m’avaient dit qu’ils avaient jamais retrouvé un ami à eux. »

    Mais bon, entre ce qu’ils racontaient et ce qui était vrai, il y avait généralement un très large fossé. Du coup, Tess n’avait pas jugé bon de le signaler avant de pénétrer dans les cachots. Les trois jeunes filles continuèrent cependant à avancer, jusqu’à ce que Mable voit quelqu’un à l’angle d’un couloir. Celle-ci se mit à courir alors que Tess et peut être aussi Lumina peinait à voir la silhouette. Faisant entièrement confiance à son amie Serdaigle, Tess la suivit. En effet, en face d’elle, se trouvait Drago Malefoy, un Serpentard particulièrement populaire que la Poufsouffle aurait aimé connaître un peu mieux, ses ainés ne racontant que du mal de lui. C’est là que lui vient une idée. Si Malefoy les aidait, elle apporterait une preuve qu’il n’était pas méchant, et sa sœur de Gryffondor, Sarah, se méfierait peut être moins des verts et argents ? Elle serait même contrainte à aller le remercier pour avoir sauver sa sœur d’une imminente disparition ! Tess jubilait, heureuse d’avoir l’occasion de montrer à Sarah qu’elle avait raison au sujet d’un bon nombre de Serpentard.

    Mable fit les présentations et Tess adressa un signe de main à Drago lorsqu’elle annonça son prénom. Elle expliqua la situation d’une très bonne manière et la Poufsouffle la laissa donc faire, même si elle avait très envie d’intervenir. Les politesses, elle connaissait au moins. Quand Mable énonça l’idée d’une carte, Tess fronça les sourcils, pensive.


    «  Mable, avec une carte, ça serait trop facile, et donc moins amusant, tu ne crois pas ? » dit-elle complètement convaincu. Elle leva ensuite la tête en direction de Drago, tout innocente. «  N’est-ce pas ? Tu es de mon avis, hein ? »

    Tess n’écouta pas vraiment les réflexions de Drago parce qu’elle, elle l’avait fait surtout pour s’amuser. Et puis, elle était du côté d’Hellson, donc trouver une sortie pour contrer ses plans, c’était assez stupide, non ? Elle ne se sentait pas concerné par les remarques du Serpentard. Et quand il demanda pourquoi il devrait les aider, Tess se lança dans un long discours. Digne d’elle en fait. Le pire, c’était qu’elle croyait en ce qu’elle disait.

    «  Ben, tout simplement parce qu’en ces temps de crise, il faut s’entre-aider ! Et tu ne peux pas laisser trois adorables petites filles seules, perdues dans les sombres couloirs des chachots. Pense à ton karma voyons ! Avec un mauvais karma, il peut t’arriver de très mauvaises choses. Un jour, une amie à ma mère lui a raconté que son mari s’était retrouvé avec un nez, une oreille, une bouche, trois sourcils, six yeux et quatre bras en plus parce qu’il n’avait pas recueillit un scrout à pétard affamé ! Tu te rend compte ?! A St Mangouste, le seul remède qu’ils ont trouvé fut les bonnes actions. Et à chaque bonnes actions, une des anomalies disparaissaient. Ce serait dommage s’il t’arrivait la même chose. Tu a un très beau visage, on te l’a déjà dit ? T'es même plutôt canon, avec quelques années de plus, je serais sortie avec toi, sans hésitation ! Ton karma mit de côté, tu pourras apprendre des tas de choses en compagnie de Mable. C’est fou tout ce qu’elle sait ! Et Lumina pourrait te confier quelques passages secrets utiles, ceux que tu connais pas. Depuis le début de l’année, elle n’arrête pas d’en chercher ! Et puis moi, j’ai de la nourriture plein le sac ! Patacitrouilles, chocogrenouilles, dragées de Bertie Crochue, des fizwizbiz et j’en passe ! Et je suis d’excellente compagnie à ce qu’on dit ! »

    Tess finit son monologue par un large sourire et battit des paupières. Franchement, il ne pouvait plus refuser après ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 18 Jan - 11:37
Invité
Spoiler:
 

Ce matin-là, comme à son habitude depuis que le château était coupé du monde extérieur, Lumina se leva tard. Elle avait d'ailleurs de nombreuses choses à préparer,et notamment son expédition de l'après-midi avec deux jeunes filles de premières années: Mable et Tess qui étaient, en plus, bonnes amies et risquaient de papoter et de lui faire oublier pourquoi elles étaient là.

Mais bon, pour l'instant, elle devait d'abord déjeuner et travailler un peu pour ne pas perdre la main. Elle se prépara donc: quelques coups de brosse, un Jean, un tee-shirt et hop, direction la Grande Salle ! Elle y salua une ou deux connaissances, y croisa Harry Potter qu'elle s'amusa à draguer cinq minutes puis mangea en vitesse (enfin pas trop non plus).

Quelques minutes plus tard, elle était de retour dans la tour de Gryffondor et commençait à travailler un peu sur le cours de sortilèges (enfin, sur le dernier sort qu'elle avait appris avant la disparition des professeurs). Lorsque ce fut fini, elle décida de se consacrer à l'expédition qui n'allait pas tarder à commencer. Aujourd'hui, elle se passait dans les cachots. Seulement, voilà, Lumina n'avait pas encore eu le temps de les explorer depuis son arrivée à Poudlard. Elle regarda donc une carte vite fait et vit que cela allait être difficile de trouver une sortie là-dedans car c'était un vrai labyrinthe. De toute façon, elle faisait cela plus pour occuper le temps car elle était pour Hellson et se doutait bien qu'il n'avait laissé aucune sortie sur l'extérieur.

L'heure d'y aller arriva enfin. Dans le hall, elle retrouva les deux premières années et leur annonça où elles allaient. Puis elles se mirent en route. Hélas, après de longues minutes où les deux fillettes papotèrent (perturbant légèrement Lumina), elles se retrouvèrent vite perdues. Mable lui demanda si elle savait où elles étaient. Lumina, avec un bien faible sourire, répondit:


-Hélas non. Je viens aussi ici pour la première fois. Désolé !!!

Puis elle essaya de les consoler et de les raisonner sur les personnes disparues dans les cachots qui étaient, bien sur, des histoires créées pour effrayer les plus jeunes, elle le savait bien.

-Mais non. Personne n'a jamais disparu ici. C'est des histoires crées pour effrayer les petits sorciers ...

Elle avait mis toute sa conviction et boosté les petites. Elles reprirent la route tout doucement quand Mable se mit à courir vers une silhouette au loin qui, Lumina le savait, ne pouvait être qu'un Serpentard. Elle décida donc de la suivre en compagnie de Tess. Une fois arrivées, Mable fit les présentations. C'est là que Lumina vit qui était devant eux: Drago Malefoy .Bah, il ne manquait plus que lui, l'ennemi de tout les Weasley .Elle se força tout de même à l'écouter et à écouter Tess lui proférer les raisons de pourquoi il devait les aider. Elle décida de prendre la suite pour qu'il ne s'en aille pas avant d'avoir pris une décision:

-Elle a tout à fait raison. Certes, tu es un Serpentard de Septième année et nous ne sommes qu'une Gryffondor de Quatrième année et deux élèves de premières années de Serdaigle et Poufsouffle. Mais, comme elle le dit, si tu nous aide, on pourra t'aider en retour mon cher, comme un échange de bons procédés. Et, une fois dans le hall, on oublie tout et on redevient des ennemis. Comme ça, personne ne saura jamais ce qui s'est passé sauf si on le crie partout mais on le fera pas. Ça marche, oui ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 20 Jan - 21:20
Invité
Spoiler:
 

Mais Tess disait vraiment n'importe quoi !

« Ba, ça aurait été plus intelligent. Là, on est perdu. On est même obligé de demander à Drago ! » répondit automatiquement la Serdaigle à Tess à propos d'un hypothétique carte de Poudlard, cependant que celle-ci cherchait l'assentiment du Serpentard.

Appeler le Vert-et-Argent par son prénom ne dérangeait pas vraiment Mable. C'était plus simple. Et puis, c'était son prénom, donc c'était logique, non ? Par contre, ce qui l'était moins, c'est ce qui allait suivre …
Il refusait leur demande. Comment ça il ne voulait pas les aider ?! Mais c'est super méchant ! Bon, d'accord, ils ne se connaissaient même pas. Mais on ne lui demandait pas la baguette de Merlin ! Juste de les raccompagné au hall d'entrée. Franchement, qui était ce Serpentard pour se montrer aussi égoïste ?! Tout le monde avait l'air de dire que Drago Malefoy - parce que oui, elle savait quand même son nom. Qui ne connait pas Drago Malefoy, honnêtement ? - était le pire de tous les Serpentard de Poudlard. Et apparemment, ils n'avaient pas tord. On disait de lui qu'il était égoïste, vaniteux, manipulateur et autres joyeuseté ! Mable, qui a une fâcheuse tendance à vouloir toujours tout savoir, s'était promis un jour d'aller voir ce Serpentard et de juger d'elle-même. « Toujours vérifier les dires des gens » lui dirait son père. Et bien, c'était un conseil qu'elle appliquait à la lettre. Aujourd'hui, c'était chose faite ! Elle discutait avec Drago Malefoy. Et elle n'aimait pas trop ce qu'elle voyait. Elle qui n'aimait pas avoir de relation négative, elle ne fallait surtout pas qu'elle s'attende à s'en faire un ami. Et cela la contrariait déjà. Elle connaissait bien une autre Serpentard, qui elle était tout à fait charmante. Et pourtant, tout le monde disait de Pansy Parkinson que s'était une vraie vipère. Mais ça, elle n'en parlait à personne. Parce que c'était leur secret à toutes les deux.

Bientôt, Tess intervint dans la conversation. Dans un long monologue, elle entreprit d'expliquer au Serpentard par A + B le bien fait de son aide. En gros, si il les aidait, il ne perdait rien. Bien au contraire ! Et en quelques phrases bien menées, elle exposa tous les avantages de cheminer avec elles trois. La conversation, la nourriture et de croustillants secrets. Quoi de mieux ?! Franchement, son amie était vraiment très intelligente elle aussi. D'ailleurs, Mable rougit légèrement quand Tess complimenta son intelligence. Même si elle en avait conscience - on le lui disait bien assez souvent – cela lui faisait toujours plaisir. Et non, elle n'était absolument pas vantarde ! Soyons bien d'accord là-dessus … La preuve, elle ne le disait pas, se contentant de le penser très fort.
La Serdaigle n'arrivait pas à savoir si les paroles de Tess avait eu un impact sur le Serpentard et d'ailleurs, Lumina ne laissa même pas le temps à celui-ci de répondre. Et PAF ! Voilà qu'elle rajoutait ses arguments personnels. Par contre, Mable trouva ces dits arguments particulièrement bizarre. Qui a dit qu'elles étaient ennemis avec Drago ? Elle n'avait pas l'intention d'être ennemi avec lui ! Par contre, elle ne serait pas très contente si il ne les aidait pas …


« Elles ont toutes les deux raisons ! » déclara-t-elle de façon implacable, « Sauf que je ne suis pas l'ennemi de Drago ! C'est la première fois que je lui parle ! Hein qu'on est pas ennemi ? » demanda-t-elle au principal concerné.

Il était totalement logique qu'il soit d'accord avec elle. Franchement, on ne peut PAS être ennemi avec une personne qu'on ne connait pas. Il était intelligent - et beau comme disait la Poufsouffle, ce qui n'enlevait rien - et quand on est intelligent, on sait ça ! Et d'ailleurs, il allait forcément accepter ! Ce qu'elles lui proposaient là était honnête et follement avantageux ! Et puis, Tess avait raison, encore une fois, le KARMA !


« Bon, tu es d'accord alors ? » continua-t-elle, semblant déjà presque certaine que l'affaire était réglée, « De toute façon, tu voudrais pas te retrouver avec un autre nez au milieu du front ! Ou … des doigts implanté dans le ventre ! Pas vrai ? » questionna-t-elle, « Il faut prendre très au sérieux ces choses-là. Si l'amie de la Maman de Tess lui a raconté ça, c'est que c'est vrai. Enfin, je vérifierais quand même, mais je fais confiance à Tess. Et puis, elle a raison, tu es très beau. Ça gâcherait vraiment tout ! Par contre, je sortirais pas avec toi. Même si j'avais ton âge. Parce que tu n'es pas gentil ! » asséna-t-elle.

Si avec ça, elle s'imaginait qu'il allait la suivre … Elle avait très certainement tord.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Jan - 23:22
Ce fut l’autre première année qui prit la parole : Tess. Bien qu’il ait l’air de s’en moquer totalement, comme si rien de ce qu’elles pourraient dire ne permettraient à Drago Malefoy de faire preuve d’amabilité envers elle et de les guider vers le hall, il accorda une véritable attention aux paroles de la jeune Poufsouffle. Il était curieux de voir quels arguments elle pourrait avancer : mais en posant cette question toute simple, jamais il n’aurait cru qu’il aurait droit à une réponse aussi longue et surtout, aussi spontanée. Super, il était tombé sur une bavarde bien extravertie… Peut-être même deux vu que les premières années semblaient toutes deux du genre à parler sans la moindre difficulté aux inconnus. Autant cela l’agaçait dans l’immédiat, autant il ne tarda à voir les points positifs de cette rencontre : il pouvait être ainsi certain que, s’il décidait de les accompagner pour une raison quelconque qu’il ne connaissait pas encore, il ne risquait pas de s’ennuyer. Et justement, mettant de côté le fait qu’il ne savait même pas quand la petite fille réussissait à remplir ses poumons d’enfants d’air tant elle parlait, voilà qu’elle avançait des raisons plus ou moins acceptables pour lesquelles il était censé les aider. Elle se concentra surtout sur une histoire qui fit hausser un sourcil à Drago : le karma ? Il voulait bien qu’il existe la magie vu qu’il vivait depuis sa naissance baigné dans un univers qui n’avait rien d’ordinaire. Mais le KARMA ! Il trouvait l’idée tout simplement grotesque, de la façon dont le présentait Tess en tout cas. Des mutations pour faire payer la vilénie et qui se soignaient à coup de bonnes actions… C’était bien la première fois que le serpentard entendait quelque chose d’aussi grotesque. Son existence en tant que beauté avérée était en elle-même un contre exemple de cette histoire qu’il trouvait tout bonnement stupide : il n’avait jamais été gentil, ou en tous cas jamais avec beaucoup de monde – et il ne voyait personne qui pourrait témoigner de sa gentillesse auprès d’autrui. Cela ne l’empêchait pas d’être, à son sens et malheureusement pour ses pauvres chevilles, à celui d’autres également, une « vraie bombe ».

D’ailleurs, la gosse enchaîna sur son physique, justement : comment ça PLUTOT canon ? Il était carrément canon, elle voulait dire, d’une beauté à couper le souffle, une gravure de mode, un exemple de classe, l’égérie même de l’élégance, la personnification du charme ! Le compliment, qui aurait dû le flatter – et qui le fit tout de même légèrement – le heurta plus qu’autre chose : à entendre cette fille, la beauté du jeune Malefoy ne se détachait pas vraiment des beautés conventionnelles, il restait dans le lot : c’était bien une chose que notre aristocrate détestait. Il devait savoir, au fond, que s’il était beau il n’était pas non plus vraiment exceptionnel. Mais il refuserait toujours de l’avouer, bien entendu, préférant se montrer imbu de sa personne et de son physique à chaque instant. Il fronça donc les sourcils à ce qui était pourtant un compliment de la petite fille et qui ne lui suffisait bien évidemment pas – sa majesté était toujours si facile à satisfaire, vous le savez bien à force... Elle serait sortie avec lui, disait-elle ? Mais si lui n’en avait pas envie ? Oh, elle était plutôt mignonne, pour l’instant : mais quelle allure aurait-elle dans six ans ? Personne ne pouvait le prévoir. Or, il ne sortait qu’avec des très belles filles –histoire qu’elles soient à peu près à sa hauteur, prétendrait-il. Et donc, si la naïve enfant avait eu quelques années supplémentaires et aurait voulu sortir avec lui, il n’était pas sûr qu’il lui aurait accordé ce qui était à son sens un immense privilège : tout dépendait du physique qu’elle aurait eu. Enfin, cela n’avait que peu d’importance. Elle enchaîna ensuite sur les intérêts qu’il pouvait avoir à venir avec eux, cette histoire totalement ridicule de karma mise de côté : Drago se demanda tout de même si les jeunes filles arriveraient à trouver des arguments véritablement valables de son point de vue à lui pour qu’il les aide à retrouver leur chemin, les choses pouvant peut-être être intéressantes après cette fable stupide. Au fond, ce n’était qu’un test pour vérifier si les trois jeunes filles étaient capable de capter suffisamment son attention s’il décidait de les aider… Ou de s’amuser à leurs dépends.

Tess avança tout d’abord les connaissances prodigieuses de sa jeune camarade : presque malgré lui, un sourire arrogant se dessina sur les lèvres de Drago. Comme si une première année pouvait lui apprendre quelque chose, à lui, Drago Malefoy ! Franchement… A vrai dire, il était possible que Mable sache des choses qu’il ignore : il ne pouvait tout savoir, et les deux élèves n’avaient pas les mêmes centres d’intérêt. Mais si c’était bien le cas, le seul homme présent refusait de l’admettre ou même seulement de l’imaginer : et puis quand bien même elle connaissait des choses qu’il ignorait, cela était sûrement inutile ou stupide, comme cette histoire aberrante de karma que la petite Poufsouffle venait de lui broder. Par la suite, elle parla de l’aide que Weasley pourrait lui apporter : rien que le fait qu’elle puisse éventuellement lui apprendre quelque chose était intolérable pour Drago. Certes, elle ne lui avait jamais rien fait, ou rien de bien méchant quoi qu’il en soit. Certes, elle était plus âgée que Mable – bien qu’elle reste nettement plus jeune que lui. Mais non d’une chocogrenouille, c’était une WEASLEY ! Cette famille de traitre à leur sang ne méritait qu’à peine qu’il pose les yeux sur l’un de ses membres. Son éducation lui avait enseigné à mépriser tous les Weasley, quels qu’ils soient : Lumina ne pouvait donc échapper à cette règle qui lui avait été inculquée dès la petite enfance. Ainsi donc, Drago refusa catégoriquement l’idée qu’elle puisse lui faire connaître quelques passages secrets : il était dans le château depuis plus longtemps qu’elle, il était un véritable solitaire qui se plaisait à errer dans les couloirs et surtout, surtout, elle faisait partie d’une famille qu’il ne pouvait supporter. Elle était à ses yeux condamnée par sa naissance, et il ne comptait pas lui laisser la moindre chance de se sortir de ce piège. Enfin la petite Poufsouffle termina sur les intérêts qu’il aurait à rester en sa compagnie à elle : ainsi, elle avait des sucreries ? Elle le prenait pour Crabbe ou Goyle ? Certes, Drago n’avait rien contre le sucré : quand il était plus jeune notamment, il adorait que sa mère lui envoie régulièrement des colis de friandises. Mais cette tendance au sucré s’était amoindrie alors qu’il grandissait. Et puis franchement, l’attirer avec de la nourriture… Il trouvait cela bien trop bas pour lui. Finalement, la gosse conclu en affirmant qu’elle était d’excellente compagnie : un peu présomptueuse, peut-être ?

Drago voulut laisser planer un silence, afin que les jeunes filles soient vraiment dans l’attente de sa réaction, comme s’il avait besoin d’un temps de réflexion pour pouvoir donner la réponse qui avait surgie dans son esprit : mais Lumina brisa le silence qu’il comptait installer. Cela le contraria quelque peu. Il l’écouta cependant, se montrant inhabituellement patient. Mon cher ? D’où se permettait-elle pareille familiarité ? Non mais, sérieusement, elle se prenait pour qui ? Et puis, comme si elles pourraient l’aider en quoi que ce soit… Il n’y avait pas un seul domaine ou, présentement, il pensait qu’elles pourraient l’aider. Sauf s’il demandait les mots de passe de leurs trois maisons ? Hm, idée intéressante. Exploitable plus tard peut-être. Oui, il pourrait éventuellement marchander les mots de passe : il ne savait pas exactement ce qu’il en ferait, mais les avoir pouvait être une bonne idée. Surtout pour celui des Gryffondors, ses ennemis, qu’il ne pourrait avoir sous presque aucune autre condition – sauf peut-être s’il décidait de martyriser un première ou deuxième année, mais il risquait ensuite de se retrouver face au trio ou à Potter, et il n’en avait absolument pas envie. Prendre des risques inutiles, c’était pas vraiment son dada : pour lui, ce n’était nullement de la lâcheté, mais du calcul et de la préservation. Obtenir les mots de passe par un moyen pacifiste n’était décidément pas une mauvaise idée du tout : il lui fallait un peu de temps pour la reconsidérer. La suite de la tirade de Lumina le ramena au moment présent : tout oublier et redevenir ennemis ? Et surtout, que personne ne sache qu’il avait été – plus ou moins – gentil envers de pauvres jeunes filles égarées ? Mouais… Que le bruit courre que Drago Malefoy était moins mauvais qu’il le laissait paraître pouvait être intéressant : mais d’un autre côté, il n’était pas prêt à quitter l’image de monstre qu’il avait mis des années à construire. Et puis si cette histoire s’ébruitait, tout le monde allait sûrement dire qu’il était mesquin et qu’il ne les avait aidées que par intérêt. Le pire, c’est que les gens qui diraient cela n’auraient pas tort, ou pas tout à fait : il ne faisait jamais rien sans rien.

La petite fille qui lui avait sauté à la gorge évoqua soudain un point très intéressant : ils n’étaient pas ennemis. Et le pire, c’était qu’elle avait raison. Il ne les considérait pas comme ses ennemis, elles n’avaient pas ce privilège. Elles n’avaient pour le moment droit qu’à son mépris : elles n’étaient après tout que des gamines qu’il ne connaissait pas, et l’indifférence était rarement de mise dans les relations de Drago envers les autres. Il n’y arrivait à vrai dire jamais ou presque, peut-être parce que lui-même n’aimait pas qu’on lui soit indifférent : en tous cas, Mable l’amusa clairement alors qu’elle martela ses derniers mots comme une accusation, un sermon, une remontrance. Elle l’amusa tant qu’il se laissa même aller à un rire, faible et assez mesquin, mais un petit rire quand même. Signe encourageant de l’humanité qu’il dissimulait. Et puis, lentement, son sourire arrogant ne quittant pas ses lèvres, il répondit.

« Nous ne sommes pas ennemis. »

Ce qu’il ne précisait alors pas, c’était le mépris qu’il éprouvait à leur égard. Peut importait, il continua.

« Je ne crois pas à ces histoires de karma. Ce sont des fables qu’on raconte aux enfants naïfs pour leur faire croire qu’il faut être gentil et bla bla bla parce que c’est pas bien d’être méchant et puis c’est tout. Quelle vision manichéenne… Bref. »

Drago se moquait que, dû à leur jeune âge, les deux plus petites ne connaissaient peut-être pas le mot « manichéenne », qui ne faisait après tout pas partie du langage le plus courant – merci les lectures régulières quoi que toujours discrètes. C’était plus une remarque en l’air pour lui-même, en fait. Il ne comprenait pas vraiment les gens qui s’acharnaient à faire de bonnes actions : parfois, les voies les plus sombres permettaient également d’atteindre ses objectifs.

« Et je n’ai besoin de l’aide de rien ni de personne, les enfants. »

Il était fou de voir à quel point cette dernière interjection, habituellement affectueuse, devenait méprisante dans sa bouche. Il passa une main dans ses cheveux, faussement négligemment. Puis il se retourna pour faire quelque pas, avant de jeter un regard en arrière, le sens de la mise en scène naturellement encré en lui et la démarche toujours aussi aristocratique.

« Vous venez ou vous attendez le débarquement des hypogriffes sauvages ? »

Dans un langage normal, cela voulait dire d’accord, j’accepte de vous aider à sortir d’ici. En réalité, ce n’était pas exactement ce qu’il comptait faire : pour l’instant, il trouvait amusant d’égarer un peu plus les jeunes filles, profitant de la confiance qu’elles avaient mise en lui pour réfléchir à un véritable gain qu’il tirerait de son aide – s’il ne décidait pas de subitement les abandonner, las de ces trois jeunes filles. Ainsi, il avait décidé d’éviter tous les endroits connus des cachots, comme les salles de cours habituellement utilisée pour les potions : il verrait bien ce qui arriverait par la suite. Une chose était sûre, le tout serait intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Jan - 18:53
    Tess fut offusquée par la remarque de Lumina, si bien qu’elle émit un « Oh » de surprise, les yeux grands ouverts, bouche bée. Non mais comment pouvait-elle dire que Drago était un ennemi ? Sérieusement, Tess n’en revenait pas, pas du tout. Pour elle, la notion même d’ennemi était banni de sa manière de penser, le terme ne faisait même pas partie de son vocabulaire. Ou du moins, elle refusait de l’employer. Pourquoi ? Tout simplement parce que pour elle, tout le monde était son ami. Pas d’ennemi. C’était son objectif et à Poudlard, ce n’était pas une nouveauté. Depuis la rentrée, elle approchait tous les élèves, de n’importe quelle maison, n’importe quel âge. Elle partait du principe qu’avoir des ennemis, c’était mal, ça n’attirait que des ennuies. Et puis c’était … Nul. Tess ne voyait pas d’autres mots. Mable était aussi de cet avis, expliquant aussi rationnellement que possible que vu que c’était leur première rencontre, le Serpentard ne pouvait pas être son ennemi. Tess hocha vigoureusement la tête.

    - Bah ouais, quoi ! On peut pas être ennemi … C’est stupide, on se connait pas ! Et puis d’ailleurs, j’ai pas d’ennemi moi !

    Tess se redressa, fière de ce qu’elle avançait. Ce n’était pas donné à tout le monde après tout. Enfin, certaines personnes n’aimaient pas la petite, à cause de sa spontanéité, de son éternelle bonne humeur et de son côté … Pot de colle. Du coup, la Poufsouffle s’acharnait presque sur ces gens là, les harcelant à la première occasion. Sauf que pour elle, ce n’était pas du harcèlement à proprement parlé … C’était plus une manière de faire connaissance, un peu forcé, certes, mais cette méthode s’avérait efficace. Et Tess était du genre coriace, plus qu’un Magyar à Pointes peut être. Aussi, elle fut heureuse de constater que Drago était de son avis, à elle et à Mable. Son visage s’illumina, un grand sourire se dessina, laissant apparaître toutes ses dents blanches. Evidemment, elle ne faisait guère attention au sourire arrogant du jeune homme, trop contente qu’il pense comme elle : c’était bon signe.

    La petite fronça les sourcils lorsque le Serpentard annonça qu’il ne croyait pas au karma. Quoi !? Mais quel sacrilège ! Il n’avait pas peur d’être défiguré ? De vivre dans le malheur ? Il était fou ou quoi ? Manichéen ? C’était quoi ça ? Encore un mot digne de sa grande sœur, Chloé. Tess ne savait pas ce qu’il voulait dire et elle s’en fichait un peu en fait. Elle était tellement choquée par les paroles de Drago qu’elle ne réfléchit pas ce que ce terme pouvait signifier. Non, ce n’était pas sa priorité. Tess n’avait pas à s’en vouloir s’il arrivait quelque chose de mauvais à Malefoy. Elle l’avait averti des risques, à lui d’agir en conséquence. Même si elle avait très envie qu’il la croit car elle ne voulait pas qu’il se retrouve avec quatre nez au lieu d’un. Elle se mit en tête de le surveiller donc, à l’avenir, afin qu’il soigne son karma, comme elle le faisait elle-même. Tess était en effet du genre généreuse et offrait son aide à tout le monde. C’était naturel chez elle en vérité. Du coup, elle estimait que, puisqu’elle faisait des tas de bonnes actions, il ne lui arriverait rien de fâcheux. Et aussi bizarre que cela puisse paraître, elle avait généralement beaucoup de chance. Tess ne manqua donc pas de lui faire une remarque, d’un ton assez autoritaire, sec, inhabituel chez elle.


    - Tu devrais pourtant. Ce n’est pas de simples histoires, c’est la vérité. Au moins, je t’aurais prévenu !

    Mable semblait avoir des doutes sur les dires de Tess, vu qu’elle prévoyait de vérifier. Enfin, elle lui faisait quand même confiance, ce qui fit oublier ce détail à la Poufsouffle. Cependant, elle affirma qu’elle trouvait que Drago n’était pas gentil. Tess d’adressa alors à Mable, comme si le Serpentard n‘était pas là.

    - Je le trouve plutôt sympathique moi, et je suis sûre qu’il fait son méchant juste pour nous impressionner ! Ils font tous ça !

    Tess fit un clin d’œil à son amie. Perspicace ? Non, juste habituée. Enfin, pas tant que ça. Une fois, elle avait parlé avec sa sœur, Chloé, d’une personne qu’elles connaissaient toute les deux et qui se comportait avec tout le monde assez méchamment, surtout avec les plus jeunes. A force de l’observer, et après que Tess l’ait fait fuir, Chloé lui avait confié sa pensée : d’après elle, cette personne voulait se forger une réputation de dur à cuire et pour ça, elle se montrait distant, froid. Et du coup, elle refusait tout bon rapport avec quelqu’un, de peur de gâcher l’image qu’elle s’était forgée. Par la suite, Tess avait tout naturellement tenté d’avoir une réelle conversation avec cette personne qui se révéla être quelqu’un de bien, très sympathique et que la seule manière qu’elle avait trouvé pour se faire respecter c’était de se montrer méchant avec la plupart des élèves. Du coup, à chaque fois que quelqu’un se comportait de façon similaire, Tess arrivait à la même conclusion : l’élève voulait juste se donnait une image de dur. Et c’était ce qu’elle pensait de Drago.

    Les enfants ? Et puis quoi encore ! Le jeune homme n’avait que 6 ans de plus qu’elle et il n’était pas encore majeur, ou du moins Tess le pensait. Elle en avait marre qu’on l’a prenne pour une gamine, qui ne sait pas se débrouiller toute seule. C’est la raison pour laquelle elle voulut se détacher de ses sœurs et de son frère. Depuis qu’Hellson avait fait de Poudlard un huis clos, Tess ne les avait pas vu très souvent, mis à part son frère parce qu’il était souvent dans la salle commune des Poufsouffles. Elle en avait marre d’être traitée comme la petite fille à protéger. C’était si … Rabaissant ? Toujours est-il qu’elle avait décidé de se rebeller et de se débrouiller seule. Du coup, elle se retrouvait à la tête d’un petit groupe de première année avec son amie Stacy qui pensait comme elle. Et elle adorait cette nouvelle liberté.


    - Tu sais, on n’est plus des « enfants » comme tu le dis si bien. Si ça se trouve, on est bien plus mature que toi par certains aspects. Et Lumina a 14 ans en plus, c’est plus une ado !

    Tess s’était sentie obligée de lui répliquer quelque chose, d’abord parce qu’elle avait la fâcheuse tendance à dire tout ce qui lui passait par la tête sans penser que ses paroles puissent blesser quelqu’un. Elle se montrait toujours très spontanée, ce qui pouvait être une qualité comme un défaut au final. Tout dépendait de la situation, et de la personne en face d’elle.

    La Poufsouffle ne put en dire plus : Drago partait devant. Avaient-elles réussit à le convaincre ? Oui, apparemment, puisque, d’une manière un peu brusque, il les invitait à le suivre. Inutile de le dire, mais Tess était ravie. Quand elle raconterait ça à son frère et ses sœurs ! Encore une preuve qu’on peut compter sur les Serpentard et que c’était des personnes parfaitement fréquentable, Malefoy en tête. Evidemment, elle ne se doutait pas un seul instant que le jeune homme avait peut être un plan caché. Pour Tess, il allait répondre à leur requête, tout simplement, pour son karma. Pourquoi aurait-il accepté sinon, s’il n’y croyait pas un tout petit peu ?

    Tess le rattrapa rapidement et essaya de marcher à sa hauteur, ce qui était difficile vu que lorsqu’il faisait un pas, elle devait en faire deux. Elle était plus petite que la moyenne, n’ayant pas encore connu de période de croissance. D’après ses parents, cela ne saurait tarder. Mais Tess, elle s’en fichait. Elle aimait bien sa petite taille, pour elle c’était loin d’être un handicap. Non, elle ressemblait toujours à une mignonne fillette, qui attendrissait les adultes. Elle ne voulait pas quitter cette période, même si paradoxalement, elle en avait marre qu’on la traite comme une enfant. En fait, elle avait peur de connaître le moment ingrat de l’adolescence, où tout change … Pas qu’elle se soucie de son physique, mais pour une raison qu’elle ignorait, elle craignait de changer totalement, pas que d’apparence. Elle ne voulait pas se renfermer sur elle même, comme un de ses cousins devenu totalement froid. Enfin, pour elle, ce temps serait loin, et elle comptait sur ses amis, sa famille, pour la remettre sur le droit chemin, au cas où.


    - Dis, c’est comment Serpentard ? La salle commune, l’ambiance … Je suis à Poufsouffle donc je connais et puis j’ai deux sœurs, une à Serdaigle, une à Gryffondor, qui me racontent tout. Mon frère est à Poufsouffle, comme moi, donc je sais rien de Serpentard, à part ce que les autres m’ont dit …

    Tess haussa les épaules et sourit, regardant Drago, l’air admiratif. Un rien l’intéressait en fait. Et puis, ce sujet de conversation lui était venu comme ça. De nature bavarde, elle était capable de parler de tout et de rien, comme Mable. Autant dire qu’elles s’étaient bien trouvées toutes les deux !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 3 Mar - 15:14
Invité
Spoiler:
 

Alors qu'elle s'apprêtait à répondre, Tess répondit de nouveau. Décidément, elles étaient bien bavardes et optimistes, ces premières années. La discussion dériva encore, le karma, le mot "ennemi"(elles étaient folles ou quoi ces petites???), l'emploi du mot "les enfants"par Malefoy(etc.).

Puis Drago partit enfin, les laissant seules derrière. Lumina ne savait pas trop quoi faire, seule avec deux petites à ses côtés. Suivre le vil Serpentard ou bien rester plantée à vie dans les cachots ? Cependant, sa décision fut vite prise : il fallait continuer. D'ailleurs, Malefoy les invitait à le faire.


Lumina se mit donc en marche, suivie de Tess et Mable. Par prudence, elle sortit sa baguette (mais discrètement pour éviter aux jeunes Serdaigle et Poufsouffle de voir qu'elle se méfiait du Serpentard). Le chemin avait l'air long et difficile à suivre si on ne le connaissait pas bien. Or, qui mieux qu'un Serpentard pouvait connaitre les cachots ? Elle espérait donc qu'il ne les perdait pas, malgré la baguette sortie.

Alors qu'ils avançaient, Tess eut l'idée de vouloir discuter. Lumina s'approcha donc pour voir ce qu'elle demandait au Serpentard : de toute façon,elle ne pourrait pas arrêter la conversation, même si elle disait un ou deux mots. Lumina fut alors interloquée:cette innocente jeune fille demandait à Malefoy de lui parler de Serpentard. Lumina eut envie de la taper gentiment mais se retint. Après tout, ça occuperait une bonne partie de leur temps. Elle plaça juste deux mots à l'intention de Drago:


-Si tu le veux seulement, répond-lui.

[Edit Drago : J'ai corrigé certaines "erreurs", je t'envoie immédiatement un MP pour t'expliquer ;)

Edit Lumina:j'ai vu ça.Merci bien à toi ;)(Aie,j'ai remercié un Serpy' )]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 15 Mar - 20:53
Invité
Spoiler:
 

Mable avait laissé apparaître un immense sourire sur son visage quand il avait confirmé leur non-inimitié. Ba voilà ! N'avait-elle pas raison – une fois de plus ? Bon, ça avait mal commencé entre eux. Mais peut-être était-il de mauvaise humeur ? Fatigué ? Méfiant ? En dehors de ça, il était surement très gentil. Après tout, s'était un ami de Pansy. Elle avait l'air de beaucoup l'aimer, mais si il était méchant avec elle, ce ne serait surement pas le cas, pas vrai ? Jeunesse et naïveté …

La seconde pensée qu'eut Mable fut qu'il était assez étonnant de regarder Drago car on ne savait que rarement ce qu'il pensait. Il n'affichait qu'une froide indifférence. Parfois, un sourire narquois apparaissait sur ses lèvres. Comme lorsque Tess avait abordé l'intelligence de la Serdaigle. Mable analysait cette information un peu tard. Mais elle ne savait qu'en penser. Que signifiait ce sourire ? Sa nature lui criait de ne pas y faire attention. Sa réflexion lui soufflait que ce n'était pas forcément très positif. Ni spécialement gentil. Et alors ? Devait-on toujours être gentil ? Parfois, il arrivait qu'on soit mesquin, cela ne justifiait pas qu'on vous enferme à Azkaban ! Oui, Mable excusait beaucoup le comportement des autres. Même quand il lui causait du tord. Il lui arrivait même de ne pas s'en rendre compte du tout … Mais ça restait rare !
Pour en revenir à Drago, on pouvait souvent apercevoir un haussement de sourcil. Mais pas plus. Impossible de savoir ce qu'il pense. Et c'était assez frustrant pour Mable qui adorait tout savoir, sur tout.
Lorsqu'il avait rit - un miracle, sans aucun doute - la Serdaigle n'aurait même pas su dire si il était amusé ou si il se moquait d'elles. Elle n'en savait rien et elle était bien décidé à changer ce fait !

Le pire fut lorsqu'il déclara ne pas croire à leur explication sur le karma. Mais ma parole, il cherche à ce qu'elle s'énerve, ce Serpentard ! Elle prit d'emblée une mine choquée et un peu vexée. Déjà, elles n'étaient pas des gamines ! Bon ok … Elle n'aurait pas su se débrouiller toute seule sans personne. Mais elle avait 12 ans, par les caleçons de Merlin ! Ce fut pire quand il les appela ''Les enfants'' … Les quoi ?! Nan mais oh ! Il se prend pour qui celui-là ?! Et puis, elles disaient la vérité ! Tess répliqua qu'il devrait les croire, ce à quoi Mable répondit:


« Tu pourras pas te plaindre si demain matin au réveil, tu as un orteil qui pousse sur la tempe ... »

Ceci avait été dit en toute conscience. Oui oui, elle y croyait. Elle ne trouvait même pas ça étrange. Après tout, elle faisait confiance à Tess. Et puis, n'étaient-ils pas des Sorciers ? Tout était possible, c'était ça la magie !
Cependant, l'emploi du mot ''Manichéenne'' lui fit froncer les sourcils. Elle avait déjà entendu ce mot ... Peut-être que c'était sa mère qui l'avait dit ? Ou alors son père qui lui avait apprit, un jour ? Comme beaucoup de mots intelligent et abracadabrant qu'il adorait lui sortir. Elle aussi elle adorait ça. Après tout, elle apprenait plein de chose et après, elle comprenait tout. Elle l'aurait oublié, alors ? L'horreur ! Elle devait absolument s'en souvenir. Hum … ''Manichéenne'' … ''Vision manichéenne'' … Non. Impossible de se rappeler. Mince !

Mable se retint de justesse de couper la parole à Tess pour demander la signification de l'adjectif. La Poufsouffle lui disait qu'elle le trouvait sympathique. Comme quoi il se comporterait ainsi pour les impressionner. Pour qu'elles ne l'approchent pas plus, aussi peut-être. Sans doute, en effet. Lorsque la jeune Poufsouffle lui fit un clin d'œil, Mable lui répondit d'un faible sourire. Elle ne savait pas trop quoi en penser. Elle trouvait juste ça bizarre. C'était quoi l'intérêt de s'isoler des autres en étant méchant ? Non, vraiment, elle ne comprenait pas. Au contraire ! Il devrait s'ouvrir aux autres. Il apprendrait à les connaître. Peut-être même qu'il se ferait des amis qu'il n'avait même pas soupçonné ! Et il apprendrait plein de chose. Sur les autres mais également sur le reste. La communication, ça valait parfois un bon livre de cours. C'est vrai, Mable était adepte du « Je vais vérifier à la bibliothèque », mais parfois, elle reconnaissait que certaines réponses pouvaient être dénichées, ailleurs. C'est pourquoi, elle n'aurait jamais adopter le comportement du Serpentard. Mais après tout, c'était lui qui se retrouvait détesté de tous … A son aise ! En attendant, notre petite Serdaigle, elle préférait se lier aux gens, découvrir de nouvelles choses et profiter de la vie. Chacun son objectif, pas vrai ?

Il réussit cependant à la surprendre lorsqu'il se retourna pour partir. Tout de suite, la Serdaigle pensa qu'il les laisserait là. Comme trois licornes effarouchées. Et puis, il leur fit comprendre à sa façon qu'elles pouvaient les suivre. Aaaaah ! C'est Tess qui avait raison. Il était gentil, finalement.
Immédiatement, la Poufsouffle lui emboita le pas. Mable fit de même. Elle adressa un sourire à Lumina quand celle-ci les suivit. Puis, elle rattrapa son amie et le Serpentard afin d'écouter leur conversation. Dans le but d'y participer, bien sur.
Lorsque Tess embraya sur le sujet Serpentard, Mable se mit à sourire en coin. La Poufsouffle lisait dans son esprit. C'est exactement ce que la Serdaigle avait l'intention de faire. C'est-à-dire … Soutirer des informations à cette source qu'est Drago ! Qui mieux que le Prince de Serpentard peut parler de la salle commune de Serpentard, de la maison Sepentard en général et de ces membres ? Personne. Décidément, elles étaient vraiment chanceuse sur ce coup-là. D'abord, elle se perdait – ce qui n'était pas forcément ce qu'on appellerait avoir de la chance – puis, elle rencontrait un Serpentard qui connaissait le chemin de la sortie par cœur. C'était le destin ! Bon ... Elle connaissait bien un autre Serpentard, Presley son cousin, mais il n'était pas du genre bavard, si bien qu'elle n'avait pas tenté de se renseigner auprès de lui.

Lorsque Lumina précisa qu'il n'était pas obligé de répondre, mais seulement si il en avait envie, Mable la fusilla du regard. Pas méchamment, ça avait plutôt été instinctif. Un peu comme-ci elle lui disait « Mais ça va pas la tête de lui dire ça ?! ». Il manquerait plus qu'il l'écoute et qu'il se taise. Elles auraient tout gagnées !


« Mais non, réponds Dragoooooooo ! » le supplia-t-elle en trottinant de l'autre côté du Serpentard, « Nous, on a pas le droit d'aller chez les Serpentards. J'adorerais savoir comment c'est ! Vous êtes sous le lac non ? Mais ça veut dire que par les fenêtres vous voyez les créatures qui se baladent dans l'eau ? » demanda-t-elle en s'illuminant pensant à cette hypothèse pour la première fois.

Elle s'imaginait déjà la nage majestueuse des sirènes. Elle avait déjà vu des illustrations dans un livre de la bibliothèque. Elles n'étaient pas vraiment belle. Mais elles restaient des créatures fascinante. Elle imaginait aussi les bancs de poisson. Si poisson il y avait. Le Calamar Géant qui se baladerait tranquillement. Et même les strangulots, tiens ! Vraiment trop cool !
Ils suivaient toujours le couloir quand Mable eu soudain une illumination et s'adressa à leur guide:


« Dis ! C'est pas par là, le hall ? » demanda-t-elle en pointant derrière son dos avec son pouce, « Enfin, ce n'est qu'une supposition, mais comme on en vient et que toi, tu viens surement de ta salle commune … » expliqua-t-elle, « Mais bon, on a tellement tourné en rond que je me trompe très certainement ! »

Peut-être qu'il allait pas réussir à les perdre, en fin de compte …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Avr - 9:34
Avant qu’il se détourne, elles avaient eu l’air mécontent, les deux plus jeunes : frustrées qu’il ne les croit pas, sans aucun doute. Mais Drago Malefoy avait l’esprit bien trop fermé pour croire à des pareilles histoires, aussi ne s’en offusqua-t-il pas et préféra-t-il ignorer totalement les remarques qu’elles lui avaient faites. De toutes façons, son but n’était présentement pas de se mettre ces demoiselles à dos en entrant dans un débat totalement débile et stérile sur le karma : il avait bien d’autre projets et il devait faire attention à ce qu’elles ne s’énervent pas directement s’il voulait continuer de s’amuser à leurs dépends… Ou s’il voulait obtenir les mots de passes de leurs maisons. Cette idée faisait de plus en plus de chemin dans son esprit, aiguisant son envie et ses désirs empiriques sur le château. Le vert et argent jeta un vague coup d’œil aux jeunes filles qui l’avait suivit après son invitation un peu bourrue. Il plissa les yeux en voyant, observateur, la baguette de Lumina : évidemment. Weasley le diabolisait sans doute. Comme tous les Weasley. Et comme les trois quart des Gryffondors. Oh, il ne disait pas qu’elle avait tort : mais cette attitude, bien que largement justifiée, ne lui plaisait pas du tout. Naturellement méfiant, il ne pouvait supporter qu’elle ait sa baguette sortie alors que lui se trouvait désarmé : certes, il était rapide pour dégainer, mais le simple fait que la situation ne soit pas à son avantage le mettait mal à l’aise. Comme un animal blessé et piégé, il ressentait le besoin de montrer que lui aussi était capable de se protéger, qu’il avait une baguette, voire même qu’il était dans la possibilité d’attaquer le premier. Ainsi, il profita de la vue d’une flaque d’eau sur le sol pour sortir sa baguette et, d’un sortilège informulé – il était assez doué dans ce domaine, ce qui l’avait, au départ, fort surpris – la faire disparaître. Ainsi, il faisait d’une pierre deux coups : puisque cette flaque d’eau était devant la petite Tess, il pouvait donner l’impression d’avoir fait cela pour l’empêcher de glisser et donc, pour la protéger. Tout n’était que calcul à cet instant. Et s’il garda sa baguette à la main, il la baissa et ce fait semblait on ne pouvait plus naturel.

Puis le Serpentard fut pris d’assaut, d’abord par la petite Poufsouffle. Des informations sur Serpentard ? Elle voulait connaitre des choses sur la maison la plus haïe de Poudlard ? Celle des tyrans en herbes, des monstres sur pattes, des partisans du Lord ? Encore et toujours cette vison caricaturale de sa maison. Le pire était qu’il n’avait pas le droit de s’en plaindre : c’était en partie lui qui participait à la véhiculer – lui, Alice, Joy, quelques autres et la haine que ressentaient à leur égard les Gryffondors, une haine si ancienne que Drago se demandait parfois si les Gryffondors se souvenaient de quoi elle découlait. Oh, il comprenait qu’on le déteste, lui, ou qu’on haïsse Alice : mais il y avait bien des Serpentards qui trainaient avec des Gryffondors, et qui se retrouvaient néanmoins jetés des autres Gryffondors, curieusement – surtout des plus extrêmes comme, pour ne citer qu’elle, Kaysa Potter. Enfin, il avait beau s’en déplorer intérieurement, il ne fallait pas compter sur lui pour tenter de briser les préjugés. Sauf si ça pouvait lui rapporter quelque chose – autres que de nombreux amis qui pouvaient vous blesser sans vergogne et à qui vous étiez obligés de pardonner. Certes, les Serpentards était différents : malins, ils étaient parfois bien trop solitaire pour plaire aux autres maisons et pour que la cohésion dans la maison règne. Et alors ? Ce n’était pas là une raison pour les isoler et les haïr tous, sans faire attention aux quelques éléments positifs de cette maison. Enfin, tant pis. Drago partait de l’idée qu’il ne pourrait rien faire pour arranger des siècles de préjugés, et qu’en plus, il n’avait pas envie de prendre le moindre risque sentimentalement parlant.

La jeune Gryffondor glissa quelques mots à son intention, ensuite. Ne répondre que s’il en avait envie ? Ca lui paraissait tellement évident… Comme si quelqu’un pouvait contraindre le Prince des Serpentards à faire une chose dont il n’avait pas envie ! Non mais, franchement… Oh, il y avait bien une personne : et, bien peu courageux, il était capable d’obéir par peur. Mais cette personne qui avait tous droits sur lui, tout comme celles susceptibles de l’effrayer, n’étaient pas dans le château. Ils ne pouvaient actuellement rien lui faire : le château était ainsi son domaine, son empire. Sa liberté. Parfois, il essayait d’imaginer ce qu’aurait été sa vie à Dumstrang : mais en fait, il ne préférait même pas le savoir. Après tout, quelle importance ? Il était, présentement, à Poudlard, à Serpentard. Et il ne savait pas encore vraiment ce qu’il allait faire : livrer des choses sur Serpentard ? Ou au contraire, ne rien dire et laisser la déception envahir les traits de la Poufsouffle ? Ah, de la Serdaigle aussi, de toute évidence. Car la voilà qui – et cela flattait sans conteste l’égo de monsieur – venait de la supplier de leur parler de Serpentard, en posant rapidement une foule de question. Et en précisant qu’elles n’avaient « pas le droit » de venir dans la salle commune des verts et argents… La bonne blague. Comme si les interdictions comptaient encore maintenant que les adultes avaient désertés. Ralentissant sensiblement l’allure pour que les jeunes filles – sa haute taille allait en désavantage des demoiselles, et lui adorait ça – n’ait pas à lui courir après, il voulu laisser planer le doute, un instant.

Mais le silence ne dura pas : Mable se demanda, à voix haute, s’ils ne faisaient pas fausse route. S’il n’en montra rien, la peur saisit un instant Drago. Zut alors ! Cette gosse n’allait pas faire foirer son plan ! Heureusement, il avait pris une décision qui allait bien lui servir : Mr Hyde allait faire quelques pas de rédemption vers le Dr Jekyll. Oh, ce n’était pas un changement trop radical non plus, ce serait bien trop peu discret. Mais un sourire léger, timide, se dessina sur les traits de Malefoy, on ne pouvait plus faux mais Drago était, malheureusement pour les trois filles, un excellent acteur. Sa réputation le précédait certes : mais les deux plus jeunes semblaient n’en avoir que faire. Quand à la jeune Weasley… Bah, il verrait bien comment elle prendrait le fait de voir ce monstre tant décrié, à Gryffondor sûrement plus que n’importe où, se révéler bien plus gentil qu’on le lui avait dit. Le manipulateur tourna la tête vers la Serdaigle, comme pour mieux exposer l’ersatz de sincérité qui planait au fond de ses yeux si bleus. Il avait le mensonge dans la peau.

« Ne t’inquiète pas, c’est un raccourci. Enfin, ce sera quand même un peu long. Je connais les cachots comme ma poche. Fais-moi confiance. »

La confiance… Quelques instants après, le voilà qui tournait de nouveau la tête pour fixer l’horizon. Faire confiance à Drago Malefoy était une entreprise risquée : surtout que là, il ne faisait que leur mentir. Cependant, il décida d’enchainer sur le sujet qui semblait tant intéresser les demoiselles : sa salle commune. Il prenait soin, comme avant, de parler d’un air un peu ennuyé, sans excédent d’amabilité qui serait bien trop louche. Juste comme un homme glacial et mesquin d’apparence qui daignait montrer la gentillesse qu’il dissimulait. Même si ce n’était qu’un masque.

« Serpentard est très… Verte. En effet, on est sous le lac, et on a des grandes fenêtres, mais on ne voit rien au travers. Rien sinon une lumière un peu verdâtre, qui doit être produite par magie vu qu’on est trop enfoncés dans les profondeurs pour que ce soit la lumière du jour, et qu’il y a cette lumière de jour comme de nuit, bien qu’elle soit moins intense la nuit. Il fait assez humide, aussi, et froid : mais là encore, je crois qu’on est protégés par un sortilège. Quand on m’a dit qu’on était sous le lac, à mon entrée à Poudlard, je m’attendais à bien pire. »

Sachant tout à fait que la simple et sommaire description des lieux qu’il venait de faire ne suffirait pas, il enchaîna immédiatement sur les Serpentards eux-mêmes.

« On est un peu perçu comme les grands méchants loups de l’école… Je suis sûre que vous avez pu entendre les pires des horreurs sur mon compte. »

Sourire en coin, puis il reprit.

« Parfois, ça peut être fondé. Mais en fait, ce qui ne plaît pas, c’est notre indépendantisme. D’après ce que j’ai compris, la loyauté et l’amitié sont des valeurs clés chez les Poufsouffles et les Gryffondors, et les Serdaigles s’entraident au moins dans le domaine du travail. Nous, on est des solitaires. Ca ne nous empêche pas d’avoir des amis, mais je ne crois pas qu’un seul Serpentard considère sérieusement toute la maison comme sa famille. C’est comme ça, et parce qu’on ne raisonne pas comme les autres maisons, on est diabolisés. »

C’était à la fois un portrait fidèle et un portrait dissimulateur qu’il venait de faire. Certes, les Serpentards étaient connus pour être bien plus solitaires et moins amicaux, moins chaleureux que les autres. Mais s’ils étaient aussi haïs, ce n’était pas que pour ça : c’était parce que certains de leurs spécimens étaient vraiment mesquins, comme lui qui se servait actuellement des trois jeunes filles en se victimisant très légèrement – tout en gardant une attitude tranquille qui était censée montrer qu’au bout de sept ans, il s’y était fait et cela ne le dérangeait plus. Ainsi, il tenta une approche sur le sujet qui l’intéressait.

« Moi non plus, je ne connais pas vos maisons. J’ai beau avoir des amis à Serdaigle et Poufsouffle, ce qui n’est pas le cas, traditionnellement, avec Gryffondor, je n’ai pas eu d’échos sur vos maisons. Je ne connais pas non plus vos mots de passe – parce que vraiment, depuis que les adultes ne sont plus là, plus personne ne se soucie de l’interdiction de faire entrer des élèves d’autres maisons dans leur salle commune. Du coup, vous verrez facilement des Serdaigles chez les Gryffondors, par exemple, ou autres. »

Certes. Il ne demandait pas directement le mot de passe à chacune des filles – il doutait même avoir une chance de l’obtenir auprès de la Gryffondor, à moins d’un miracle – mais il espérait qu’elles allaient mordre à l’hameçon et répondre sans se rendre compte à sa requête implicite. Si elles lui donnaient leurs mots de passe, aux moins les deux petites filles, elles seraient sûre de retrouver le chemin du Hall. Sinon… Et bien sinon, il verrait bien ce qu’il ferait d’elles.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Avr - 18:26
    Tess bouillait d’impatience. Serpentard, c’était un peu un mythe pour elle. Cette maison grouillait de gens intéressants. Du moins, c’était son avis. Et plus elle passait du temps avec eux, plus elle se confortait dans son idée. Elle en avait un peu marre qu’on voit les verts et argents comme les grands méchants de Poudlard, alors que ce n’était pas forcément une vérité. Regardez Drago par exemple : non seulement il les aidait à sortir des cachots, mais il veillait sur elles en plus ! Tess le remercia chaleureusement lorsque celui-ci se plaça devant elle pour l’empêcher de marcher dans une flaque d’eau. Encore un truc à raconter à ses sœurs et son frère tiens ! De plus, Drago Malefoy n’était pas un cas isolé. Tess connaissait pas mal de Serpentard qui se montrait sympathique avec elle comme Eden Swan ou certains élèves de première année qu’elle côtoyait de temps en temps grâce à un cours commun.

    Drago semblait ne pas vouloir leur répondre immédiatement, ce qui attrista un peu Tess. Elle avait alors jeté un regard désapprobateur lorsque Lumina avait signalé au jeune homme qu’il n’était pas obligé de répondre à ses questions. Hein ? Quoi ? Bien sûr que si, il était obligé ! Par politesse au moins ! Et s’il ne voulait pas en faire un roman, tant pis, mais il devait délivrer quelques détails sur Serpentard. Pourquoi ? Parce que Tess lui avait demandé avec une telle gentillesse et qu’elle avait tellement envie d’avoir une description de cette maison par le dénommé Prince de Serpentard pardi ! Mable fit remarquer, entre temps, qu’ils tournaient un peu en rond mais le jeune Serpentard lui répondit qu’il les emmenait vers un raccourci. La petite Poufsouffle, qui n’avait qu’une idée en tête, ne l’avait pas remarqué. Non, elle se contentait de suivre la troupe et de guetter l’instant où Drago allait leur parler de sa maison. Et il finit par le faire, fort heureusement.

    Tess buvait littéralement ses paroles. Elle l’écouta avec de grands yeux pétillants, en le fixant. A un moment, elle manqua de trébucher sur une dalle un peu plus relevées que les autres mais se rattrapa de justesse au bras du jeune homme – sauveur jusqu’au bout. Le tout sans quitter son sourire. Il avait commencé par la description de leur salle commune, une pièce « verte » d’après lui. Tess aimait bien cette couleur, couleur qu’elle associait aux grenouilles et crapauds qu’elle aimait tant. Malheureusement, ses parents n’avaient pas voulu lui en acheter et elle avait reçu en échange, pour fêter son entrée à Poudlard, un chaton qu’elle ne voyait pas beaucoup depuis qu’elle l’avait pris au château : il passait son temps à vadrouiller, comme sa maîtresse soit dit en passant. Sa propre famille lui avait raconté que les Serpentard étaient pires que de la mauvaise herbe … Les discours les plus virulents venaient des plus grands de ses frères, les jumeaux ainsi que de Sarah, des Gryffondors. Mais Tess défendait toujours les verts et argents lorsque sa fratrie commençait à débattre. Indépendantisme ? Indépendant, c’est ça ? Pourquoi Drago utilisait des mots aussi recherchés ? Il ne se trouvait pas en présence d’adulte pourtant, il pouvait se permettre de parler un peu plus familièrement, non ? Bon, Tess ne s’y attarda pas vu que le discours du Serpentard était très intéressant … Mieux qu’un cours, assurément.

    - Oh ne t’inquiète plus ! Moi, je ne vous diabolise pas du tout. Non et je fais de mon mieux pour que plus personne ne vous voie comme les méchants de Poudlard !

    Vous l’aurez compris, Tess entrait complétement dans le jeu du jeune homme, qui devait se réjouir d’avoir trouvé une gamine naïve à qui soutirer quelques informations. Avec elle, il avait gagné le gros lot. Elle ne pensait pas du tout que toutes ces confidences étaient entièrement intéressées, qu’elles n’étaient pas gratuites. Non, pour le moment, Tess ne voyait que le pauvre petit Drago Malefoy, le Prince des Serpentards, qui se plaignait du jugement que leur portaient les autres élèves.

    Lorsque le jeune homme évoqua les mots de passe et le fait que les élèves profitaient du fait qu’il n’y ait plus d’adultes pour aller dans les salles communes des autres, Tess sourit. Elle était la première à le faire, après tout.

    - Je dors parfois dans le dortoir de ma sœur, de Gryffondor, et il m’arrive aussi d’aller dans la salle commune des Serdaigles. J’en profite maintenant que les adultes ne sont plus là ! Et les préfets n’arrivent pas à nous en empêcher de toute manière !

    Ils avaient essayé, en vain. Et puis, ce serait vraiment difficile pour eux de surveiller les entrées de chaque salle commune toute la journée. Ils avaient alors rapidement abandonné, ayant mieux à faire.

    - Du coup, je connais leur mot de passe, mes sœurs me les ont donnés. Et du coup, je peux aller comme je veux dans trois salles communes sur les quatre. Il me manque le mot de passe de Serpentard en fait et je pourrais aller presque partout dans le château. Vous faites comment pour entrer chez vous ? Vous devez répondre à des questions comme pour les Serdaigles ?

    Décidemment, Tess parlait trop. Si sa sœur Sarah était là, elle s’empresserait de lui lancer un sort qui lui lierait la langue afin de l’empêcher de dire un mot de plus. Enfin, rassurez-vous : Tess a peut-être tendance à faire confiance facilement aux gens, mais elle n’irait pas trahir une promesse faite à ses deux sœurs. En effet, ayant peur que leur petite sœur prête à tout pour aider Hellson, elles lui avaient fait promettre qu’en aucun cas elle donnerait les mots de passe de Gryffondor et Serdaigle. Pour ce qui est de celui de Poufsouffle, son frère l’avait également mise en garde. La situation entre eux étant déjà plutôt houleuse due à ses choix, Tess ne voulait pas rompre cette promesse.

    - Oh et si tu veux, je peux te parler des autres maisons ! J’ai beaucoup d’ami dans les autres maisons, et puis il y a aussi mes frères et mes sœurs. Mais j’arriverais pas à faire un aussi beau discours que toi sur chacune des maisons.

    Tess fit une petite grimace, pour montrer qu’elle était désolée de ne pas pouvoir lui rendre la pareille, ou du moins d’aussi bonne qualité. Elle avait adoré ce que Drago avait dit sur les Serpentard, c’était si beau, si vrai … Et même si elle avait un aussi grand charisme que lui, elle ne possédait pas tout son vocabulaire. Ou sa finesse d’analyse. Ou du moins, elle ne se pensait pas capable. Par contre, elle savait que Mable en était capable, elle qui était si intelligente ! Elle se tourna alors vers son amie, un sourire aux lèvres.

    - Mais Mable, je pense qu’elle peut le faire. Pour les Serdaigles surtout. Oh et puis je crois que c’est plus intéressant pour toi d’avoir l’avis de chacune de nous, puisqu’on est dans des maisons différentes.

    La jeune fille eut un instant de réflexion, sourcils froncés puis elle passa une main dans ses longs cheveux bruns …

    - Waa, je viens d’avoir une révélation ! On est quatre, et à nous quatre, on représente tout Poudlard ! C’est fou, ça, non ?

    Tess éclata de rire, ce qui dura un petit instant. Elle se reprit tout de même, pour revenir au sujet principal.

    - Bon, moi je vais te parler un peu de Poufsouffle. La salle commune est normale, elle sort pas de l’ordinaire quoi. C’est très chaleureux : si on a besoin de quelque chose, on trouve toujours quelqu’un pour nous aider par exemple. Mais je pense que toutes les maisons sont chaleureuses à leur façon, suffit de vraiment se sentir chez soi, être à l’aise dans sa maison. Et puis, c’est souvent très animé avant le couvre-feu - et même après, soit dit en passant -, il y a beaucoup de fêtards faut dire !

    Tess sourit de plus belle. Elle ne manquait pas une occasion pour faire partie de ceux-là mais son frère gardait toujours un œil sur elle pour la calmer un peu. Mais essayer de s’incruster chez « les grands » n’était pas évident, malgré son excentricité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Juin - 16:34
On dit que personne n'a jamais disparu dans ces cachots...

Nos quatre jeunes gens continuent de s'aventurer dans les entrailles des cachots, Drago en tête d'expédition. Le don pour le mensonge que possède le Serpentard n'est plus à prouver et les trois jeunes filles continuent de le suivre. Soupçonnent-elles quelque chose ? On ne dirait pas. Pourtant, si l'on fait attention, on peut voir que Lumina fronce légèrement les sourcils en observant autour d'eux avec insistance. Et quel est donc cet étrange et long couloir dans lequel ils débouchent, soudain ? Même Drago n'est pas tout à fait sûr d'avoir déjà vu ça dans les cachots, qu'il connaît pourtant comme sa poche. Il ne laisse rien transparaître, néanmoins. Le couloir, relativement étroit, semble s'étirer très loin. L'obscurité empêche d'en voir le bout, malgré les quelques torches faiblardes accrochées çà-et-là aux murs. Des portes, de part et d'autre du couloir, s'alignent par dizaines, toutes fermées. Que faire ? Tenter sa route par là ou rebrousser chemin ? Finalement, les quatre jeunes gens se mettent en route à travers cet étrange couloir, Drago semblant toujours sûr de lui quant-au chemin à emprunter pour sortir d'ici. Sauf que Lumina s'arrête soudain et demande au Serpentard, un soupçon d'accusation dans la voix, s'il ne chercherait pas à les embobiner. Puis elle décide, sans demander l'avis de quiconque, d'essayer de sortir de ces cachots par elle-même. Elle ouvre une porte au hasard et a tout juste le temps d'ouvrir la bouche en se tournant vers les deux premières années, prête à leur demander ce qu'elles comptent faire, qu'une force invisible semble l'attraper. Tout se passe en quelques fractions de secondes : la surprise se fige sur le visage de la jeune Gryffondor et elle est soudain propulsée à une vitesse surhumaine en arrière, droit dans la pièce plongée dans une obscurité totale. La porte qu'elle a ouverte se referme brutalement derrière elle, dans un fracas de tous les diables, et le bruit caractéristique du verrou qui se ferme résonne de manière sinistre. Puis le silence tombe, lourd, pesant, inquiétant.


On dit que personne n'a jamais disparu dans ces cachots...
Vraiment ?

(Et voilà un rebondissement dans votre sujet ! Vous pouvez répondre dans l'ordre que vous souhaitez et la disparition de Lumina est faite pour que la suppression de son compte ne vous bloque pas ;))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 15 Juil - 16:47
Invité
Mable commençait à bien apprécicer le Serpentard. En plus de les aider à retrouver leur chemin, il discutait avec eux et les aidait en cas de besoin. Comme quand il fit disparaître la flaque d'eau devant Tess, comme-ci, il avait peur qu'elle ne se blesse. La Serdaigle en resta, d'ailleurs, coite d'admiration. Elle connaissait ce sort, pour l'avoir lu dans les livres de sortilèges des années supérieurs. Mais, elle ne savait pas encore le maitriser. Elle se promit de l'apprendre au plus vite. Il pouvait se révéler très utile. Et puis … Elle se sentit tellement insignifiante à ce moment, avec ces maigre connaissance pratique, qu'elle décida de maitriser le plus de sortilège possible. Elle reporta vite son attention sur ses camarades non sans noter cette promesse dans un coin de son esprit.

Elle faisait confiance à Drago désormais, même si elle avait été méfiante au début. Elle ne voyait pas pourquoi ils s'amuseraient à les perdre dans les cachots. Après tout, ça ne lui apporterait strictement rien. Et puis, il avait l'air tellement sincère qu'elle ne pu que le croire. Surtout lorsqu'il l'avait regardé dans les yeux -Tess avait raison, il était vraiment beau, décidemment-, elle avait vu la sincérité dans son regard. Et un regard ne trompe pas ! Aussi, elle décida d'arrêter de se poser des questions. Il les aidait. Et si il disait qu'il connaissait le chemin et qu'il leur faisait prendre un raccourci, c'est que c'était la vérité !

Lorsqu'il se mit à parler de Serpentard, Mable fit un sourire plus grand que jamais. Il était genttil finalement ! Comme quoi, malgré ce qu'on en dit, les Serpentard ne sont pas si mauvais. D'ailleurs, Drago expliqua que leur maison était diabolisée. Mable était totalement d'accord, et comme lui, elle trouvait ça dommage. La majorité des élèves critiquaient et rejetaient les Serpentard dans leur ensemble, sans les connaître tous. C'était absurde ! Sa mère lui avait apprit la tolérance et Mable avait toujours mit un point d'honneur à apprendre à connaître les gens avant de se faire un avis sur eux. Aussi, elle ne critiquait pas les Serpentard et elle apprendrait à connaître Drago, avant de se faire un avis sur lui. La preuve qu'elle avait raison d'agir ainsi, puisqu'elle avait d'abord prit Drago pour un méchant jeune homme. Mais en faite, il se révèlait plus gentil qu'il n'y parrait. Toujours prendre gare au apparence …
De plus, il parlait bien. Avec beaucoup de charisme et il arrivait à captiver son auditoire. Mable était littéralement pendu à ses lèvres. Tout comme Tess.
La Poufsouffle était d'ailleurs d'accord avec eux quand à la vision des Serpentard, tandis que Lumine restait silencieuse. C'est vrai que les Gryffondors n'aiment pas beaucoup les Serpentard …


« Oh ne t’inquiète plus ! Moi, je ne vous diabolise pas du tout. Non et je fais de mon mieux pour que plus personne ne vous voie comme les méchants de Poudlard ! » disait Tess.

« Je trouve ça nul de juger les gens sur leur maison. Surtout que la majorité des élèves n'ont jamais vraiment parlé avec aucun Serpentard. Comme tu le dis, on a chacun nos défauts, mais tout le monde juge les Serpentard sur un ou deux élèves de ta maison et quelques bruits de couloir sans vous connaître vraiment. Ce n'est pas vraiment intelligent ... » renchérit Mable d'un ton sérieux.

Ensuite, Tess expliqua qu'elle rendait souvent visite aux Gryffondors et aux Serdaigles mais qu'elle n'avait pas la chance de pouvoir entrer dans la salle commune des Serpentards. Mable se demanda si, au moins, elle y avait des amis. Puis, elle se fit la réflexion que c'était sans importance parce que Tess avait cette particularité de se faire des amis partout ou elle allait. La Serdaigle était d'ailleurs impressionnée par ce fait. Son amie était vraiment très sociable ! Un peu comme elle, en faite. En mieux, sans doute.
Finalement, elle proposa Mable pour expliquer les autres maisons. Elle semblait penser que la Serdaigle le ferait mieux qu'elle, et cela fit rougir la principale concernée. Y arriverait-elle vraiment ? Bien sur ! Suite à ça, elle fronça les soucils et réfléchit avant d'avoir une éclair dans le regard. La jeune Serdaigle regarda son amie d'un regard interrogateur. Quelle idée venait-elle d'avoir ? La Poufsouffle fit alors remarquer qu'à eux quatre, il représentait les maison de Poudlard pour ensuite éclater de rire. Mable la suivit dans son hilarité. C'était amusant, en effet ! Et incroyable aussi. Quelle était la probabilité que cela arrive ? Mable aimait bien l'idée de ce mélange de maison. Elle était pour le mélange des maisons qui entrainait toujours d'interessant débats. Et Dieu sait qu'elle aimait discuter avec les autres afin de partager son avis et apprendre de nouvelle chose.
Ensuite, Tess fit un bref résumé de la maison Poufsouffle. Après quoi, un silence se fit, que Mable s'empressa de combler:


« Dans la salle commune de Serdaigle, c'est toujours calme. C'est rare qu'il y est beaucoup de bruit. Ou alors, les soirs de victoire au Quidditch. Victoire de Serdaigle ou pas, d'ailleurs. Enfin, sauf celle de Serpentard» précisa-t-elle en haussant les épaules, l'air de dire n'importe quoi, « Parfois, on voit des groupes d'élèves rigoler entre eux, mais jamais trop fort. Les élèves de Serdaigle respectent toujours le calme pour ceux qui travaillent. Et d'ailleurs, il y toujours quelqu'un qui travaille dans la salle commune. Toujours ! En faite, l'ambiance est assez studieuse. On sait s'amuser à Serdaigle, mais on aime aussi surtout travailler. Ou apprendre de nouvelles choses. C'est d'ailleurs pour ça que je suis dans cette maison. Parce que j'aime plus que tout apprendre ! De plus, pour rentrer dans la tour de Serdaigle, il n'y a pas de mot de passe. C'est le heurtoir en forme d'Aigle qui nous pose une énigme. Mais Tess l'a déjà dit ! Et si tu réponds correctement, il te laisse entrer. Sinon, il faut attendre que quelqu'un d'autre réponde. C'est embêtant si tu n'as pas la bonne réponse. Mais ça nous permet de développer notre esprit logique » expliqua-t-elle, « En ce qui concerne l'esprit de notre maison, tous les élèves de Serdaigle s'entraident en ce qui concerne les cours. Enfin, sauf quelques exceptions, parce que après tout, nous sommes tous différents. Mais généralement, on trouve toujours une aide quand on en a besoin à ce niveau-là. Pour ce qui est de nos autres problèmes, on trouve de l'aide auprès de nos amis. Mais parfois près d'un élève bien intentionné. Mais pas toujours. Je pense que les Serdaigles ne sont pas aussi loyaux envers leur camarade de maison que Poufsouffle ou Gryffondor. Mais sans doute plus que Serpentard, j'en ai l'impression. En faite, on est entre les deux. Ça dépend de la personne. Certains sont indépendants, d'autres moins. »

Elle fit une pause afin de reprendre légèrement son souffle suite à cette tirade qu'elle avait débitée d'une seule traite. Souvent, il lui arrivait de se laisser emporter par son enthousiasme. Elle réfléchit un instant sur ce qu'elle pouvait encore dire. Bien entendu, elle trouva rapidement.

« Sinon, la salle commune est tapissée de livres. On trouve beaucoup de bibliothèque, et les livres portent sur plein de sujets différents. Que se soit les livres utiles aux recherches de cours, ou tout simplement pour la culture personnelle. Il y pas mal de fauteuil et quelques canapés pour pouvoir se poser durant sa lecture. Il y a aussi des tables pour pouvoir travailler en groupe. Bref, elle est aménagée afin de permettre à tous d'agrandir leur connaissance. J'aime bien cette ambiance studieuse mais chaleureuse à la fois. Et d'ailleurs, j'ai été dans la salle commune de Poufsouffle à plusieurs reprises et je trouve que ... »

Pendant qu'elle discutait avec ses camarades, les cachots se firent de plus en plus sombres. Et les couloirs toujours plus étroit. Elle ne remarqua même pas qu'ils étaient en train de se perdre bien plus loin qu'ils ne l'étaient auparavant. Tout comme elle ne remarqua pas que Drago semblait hésitant quand à leur position. Leur conversation était juste stimulante, et c'est tout ce qui comptait à cette instant. Puis, sans prévenir Lumina dit:


« Mais on est ou là ?! Tu serais pas en train de nous perdre, Malefoy ?! » l'accusa-t-elle.

Mable resta bouche-bée. Non seulement, elle venait de se faire couper la parole, mais en plus, elle se rendait enfin compte d'où ils étaient. Elle fronça légèrement les sourcils.

« C'est pas un peu bizarre comme endroit ? Ca a plus l'air d'un passage secret qu'un couloir menant au hall d'entrée ... » fit-elle remarquer, « On s'est de nouveau perdu ? … Ou alors, on a trouvé un nouveau couloir magique !? » s'extasia-t-elle.

Seulement, Lumina ne semblait pas partager son enthousiasme. Elle qui adorait découvrir de nouveau lieu semblait très mal prendre le fait que Malefoy tentait de les perdre dans les cachots. Elle avait bien compris son petit jeu, et elle ne goutait pas à la plaisanterie. Elle ne possédait pas la naiveté des deux premières années. Et l'attrait que représentait la découverte de ce lieu ne semblait pas l'atteindre tandis qu'elle accusait Malefoy. Elle était en colère. Aussi décida-t-elle de retrouver le hall d'entrée toute seule. Comme ils étaient maintenant tous dans un couloir étroit doté de multiples portes, elle en ouvrit une. Elle s'appretait à parler lorsqu'une force invisible la projeta dans la pièce qu'elle venait d'ouvrir.
Mable la vit entrer à l'intérieur. Elle eut comme l'impression que quelqu'un la poussait violemment à l'intérieur. Ou bien que quelqu'un la tirait, elle n'aurait sur le dire. Mais l'important, c'est qu'elle n'y était pas entrée consciemment. Et surtout, qu'aucune main ne l'avait attrapé pour l'attirer à l'intérieur. Elle avait bouger seule. Mais pas de son propre chef. La petite Serdaigle laissa échapper un cri de surprise en même temps que la porte se refermait en claquant dans un fracas du tonerre. Puis, un court silence se fit un instant suivit du cliquetie du verrou. Le silence qui tomba ensuite fut complet et lourd de surprise. Mable regardait l'endroit ou se trouvait Lumina un instant auparavant, la bouche ouverte …

Là, elle allait vraiment commencer à flipper !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juil - 18:53
Drago était fier. Sa mission était plus ou moins accomplie : comme prévu, il enchantait les gamines qui le croyaient alors gentil, tout du moins plus gentil qu’il l’avait semblé au premier abord et que ce que la rumeur disait sur son compte. Il pouvait donc se servir d’elles, en faisant bien attention à ne pas briser les faibles racines d’une confiance naissante, évidemment. Dray n’ignorait pas comme il était charismatique, en usait et en abusait : malgré sa mesquinerie confirmée, son antipathie avérée, il faisait tout de même partie de ces personnes qu’on écoutait généralement jusqu’au bout lorsqu’elles commençaient un discours un tant soit peu sérieux – on oublie donc les fanfaronnades de monsieur, de même que sa tendance moqueuse. Parfois, il se risquait à se dire qu’être haut placé au ministère, et donc obligé de communiquer, ne lui déplairait pas : être sous les feux de la rampe était un désir qu’il entretenait depuis fort longtemps, son ambition n’ayant que peu d’égale. Pas forcément ministre de la magie, il serait trop exposé et ne pourrait pas vraiment n’en faire qu’à sa tête, il en avait bien conscience. Mais chef du département des sports, par exemple, ce serait plaisant à son goût : il adorait le Quidditch, et cela lui donnerait des entrées avantageuses pour les plus grands matchs. Oh, bien sûr, il se doutait que ce ne serait pas de tout repos. Mais il était capable de devenir politicien : son charisme existait bel et bien, et il était capable d’afficher un sérieux insoupçonné quand on le voyait se pavaner, insupportable d’arrogance et profitant de ses acquis et des autres pour essayer de faire de Poudlard son royaume. Oui, il n’était pas idiot, il n’était pas seulement un petit crétin vantard qui se contentait de voler le talent des autres : il suffisait par exemple de voir comme il savait se débrouiller sur un balai, ou comme il était habile pour confectionner des potions, pour s’en rendre compte. Le seul obstacle à son ambition n’était autre que sa lâcheté : peureux, il reculait à la moindre anicroche, et craignait bien trop son avenir pour songer trop longtemps à celui-ci. Il n’était pas encore prêt à quitter le château et son mode de vie épicurien, encore moins maintenant qu’il était enfermé à Poudlard sans savoir s’il finirait un jour par s’en sortir.

Il guidait encore les trois jeunes filles et avait passé son tour de parole : d’ailleurs, il avait peut-être un peu trop parlé, dissimulant habilement les défauts des Serpentards certes, mais il n’empêchait que, tout bien réfléchi, il aurait pu se passer de ce discours. Ou le faire bien moins développé. Cette pensée s’accentua alors qu’il écoutait les déblatérations de la petite Poufsouffle. Elle ne lui apportait rien de ce qu’il voulait : il savait comment étaient les Poufsouffles, de réputation au moins, et celle-ci semblait coller tout à fait à l’image que projetait la gamine. Et si jamais elle avait compris le vœu sous entendu de Drago, elle n’y répondait pas. Il en fut contrarié, d’autant plus qu’à essayer de se concentrer à la fois sur les paroles de Tess au cas où celle-ci lâcherait par mégarde une information sur sa maison qui intéresserait Drago et sur la surveillance attentive qu’il faisait de Lumina, de qui il se méfiait plus que de raison, surtout depuis qu’elle avait sorti sa baguette, sans compter le fait qu’il devait prendre garde à où il mettait les pieds pour ne pas glisser, il commençait à ne plus être vraiment sûr du chemin à suivre. C’était trop bête : il ne pouvait pas se retrouver dans la position de l’arroseur arrosé, pas vrai ? A avoir essayé de perdre les petites filles pour les faire chanter ensuite si besoin était, il ne pouvait pas s’être perdu. Impossible. Si son inquiétude parut une seconde alors qu’il fronçait les sourcils, il s’en débarrassa bien vite : les souterrains du château se ressemblaient énormément, c’était tout. Il ne reconnaissait pas vraiment l’endroit faute d’avoir fait vraiment attention aux lieux où il allait lors de ses explorations mais saurait retrouver son chemin et finirait par trouver un autre couloir dont il se rappellerait, voilà tout. Et si son inquiétude croissait alors qu’il trouvait le discours de la poufsouffle plutôt ennuyeux, ne l’intéressant que sur le point qu’elle donna sur Serdaigle où l’on n’avait visiblement pas besoin de mot de passe, et qu’il ne l’écoutait donc plus que d’une oreille. C’était un portrait pétri d’une naïveté qu’il trouvait écoeurante.

Puis la parole fut donnée à la Serdaigle, qui confirma les paroles de la Poufsouffle. Ainsi donc il suffisait de répondre à une question pour entrer dans leur salle commune… Parfait. Vraiment parfait. Qu’est ce que c’était, une misérable petite question, pour un esprit tel que le sien ? Surtout si des premières années étaient capables de répondre à ces questions. Certes, les Serdaigles étaient connus pour leur esprit : mais il était alors persuadé qu’il pourrait déjouer une malheureuse question si celle-ci lui permettrait d’entrer chez les Serdaigles. Et si jamais il n’y parvenait pas, il réessaierait plus tard. Qu’y ferait-il ? Lui-même ne le savait pas vraiment alors. Peut-être en profiterait pour semer la zizanie, plus ou moins discrètement. Mais il n’avait pas de clair problème avec les Serdaigles : et il craignait trop que Pandora lui en veuille s’il faisait chose pareille et qu’elle l’attrapait. Peut-être pourrait-il lui rendre visite, alors : mais il ne tenait pas particulièrement à aller la chercher directement dans sa tour, conscient que cela montrerait trop clairement son attachement à elle. Bah, toute information était bonne à prendre : un jour peut-être aurait-il besoin de savoir comment entrer chez les Serdaigles. Surtout s’il voulait dominer le château, avoir accès à tous les lieux était encore la meilleure des solutions. Peut-être l’un de ses alliés serait intéressé par l’information… Qu’il ne livrerait bien entendu que s’il y gagnait. Ils avaient beau être plusieurs à la tête du groupe de Serpentards conservateurs, chacun avait ses influences et ils ne se consultaient pas systématiquement. Et bien sûr, ils essayaient tous d’y gagner : il était hors de question pour quelqu’un comme Drago de se contenter d’être un gentil toutou à la botte de quelqu’un, même s’il estimait ce quelqu’un : il était un meneur, voilà tout. Et un meneur ne peut supporter la révolte de ceux qui le suivent.

C’est pourquoi la révolte de Lumina, pourtant plus que justifiée, fut très mal prise par notre vert et argent. Plus parce qu’elle avait raison et qu’elle risquait alors de briser la confiance que les petites mettaient en lui que parce qu’elle se révoltait vraiment d’ailleurs : contrairement à Mable et Tess, elle n’avait jamais voulu vraiment le suivre, et il était clair qu’elle se méfiait de lui depuis le début. Il feignit alors la surprise et l’offuscation, comme si son accusation était absolument ignoble et vide de sens. Comme si les paroles des deux jeunes filles l’avait auparavant trop captivé, il regarda autour de lui, donnant l’impression de découvrir les lieux : et le froncement de sourcil perdu qui en suivit termina de transmettre le message qu’il comptait livrer, l’atroce mensonge qui permettait d’afficher une inquiétude qu’à moitié feinte. Il voulait leur faire croire qu’il s’était perdu involontairement, trop attentif à la conversation des deux filles : et s’il ne reconnaissait effectivement pas les lieux, c’était à avoir voulu les perdre, en réalité, bien évidemment. Les couloirs des cachots étaient trop semblables et il s’était fait prendre à son propre piège. Bien entendu, sa fierté qualifierait plus ce fait par « égarement passager qui serait vite arrangé », mais il était bel et bien perdu. Il comptait donc protester, dire qu’il n’avait pas VOULU les perdre… Mais avant cela, Lumina ouvrit la porte et se fit tout simplement happé. Si la surprise fut de primeur, la satisfaction suivit: il se voyait donc débarrassé de cette enquiquineuse de Weasley. Mais il vit attention à ce que les deux petites filles ne le voient pas. A la place, il fronça violement les sourcils et cracha, une fois la surprise passée.

« … Non mais quelle idiote ! »

Il fallait désormais qu’il improvise avec les nouvelles conditions qui lui étaient imposées. Il ne pouvait se permettre de se montrer indifférent au sort de la Gryffondor, et il devait faire semblant de gérer la situation, non seulement parce qu’il ne tolèrerait pas que ces gamines se révèlent plus compétentes que lui mais aussi parce qu’il ne voulait pas gâcher les efforts qu’il avait fait auparavant. A vrai dire, Dray n’avait qu’une envie : s’enfuir à toutes jambes pour ne pas se risquer à perdre des écailles dans ce couloir inconnu. Mais ni son orgueil, ni les petites filles ne pourraient le tolérer. Il se trouver alors coincé avec sa peur, obligé de faire bonne figure. Il n’hésiterait cependant pas à abandonner les petites filles pour sauver sa peau. Il avait toujours réagi comme ça avec les gens qu’il ne connaissait pas vraiment. Du coup, il s’avança vers la porte derrière laquelle avait disparu Lumina, avec plus de prudence que nécessaire. Il tenta de l’ouvrir d’un sortilège : évidemment, cela ne fonctionna pas. Le fait lui arracha un juron en plus d’un froncement de sourcil. Il tenta un ou deux autres sortilèges, informulés toujours, pour faire exploser le verrou, par exemple et si c’était possible : il fut confronté à l’échec. Il se tourna alors vers les jeunes filles, estimant qu’il avait fait le nécessaire pour qu’elles ne pensent pas qu’il était prêt à les abandonner s’il leur arrivait malheur.

« Je n’arrive pas à ouvrir la porte. Je ne pense pas qu’elle rencontre de problème : même si je n’ai jamais vu cet endroit, on reste dans une école. Ca m’étonnerait que Dumbledore laisse des lieux trop dangereux accessibles à ses élèves. »

La logique était là, Drago était resté le plus froid possible alors qu’il n’avait qu’une envie, retourner sur ses pas. D’ordinaire, il tâchait de prononcer le nom du directeur avec le plus de mépris possible : il s’en était alors tout simplement passé. Il continua, comme pour rassurer les deux enfants et surtout, pour qu’elles l’écoute et le suive dans ses idées.

« Je pense qu’il vaudrait mieux qu’on retourne sur nos pas. Il faut qu’on regagne le hall. Je crois que j’ai dû me tromper d’un couloir, je ne suis jamais venu ici. Mais si on recule, je saurais retrouver notre chemin. »

Drago avait surtout très peur de ce qui arriverait si l’une des deux fillettes décidaient d’ouvrir une porte : le courage n’était vraiment pas sa qualité première et, s’il essayait de le cacher à Mable et Tess, cela restait un fait établi. Il ne lui restait donc plus qu’à espérer que les deux premières années ne soient pas plus téméraires que lui…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Juil - 18:04
Spoiler:
 

Les filles continuèrent à suivre Drago Malefoy sans se soucier de rien. Naïveté de l’enfance ! Enfin, Lumina n’avait pas l’air très confiante. Tess n’y fit pas vraiment attention, ce n’était pas bien important. Tant que Drago ne se vexait pas, tout allait bien. Mable prit la parole à son tour et Tess l’écouta attentivement, bien qu’elle connaisse déjà la vie chez les Serdaigle, par les dires de sa sœur Chloé. L’avantage d’avoir des frères et sœurs plus âgés était que Tess était rarement perdue dans le château. L’inconvénient était que bien souvent, tout ce qu’elle avait pu entendre ne correspondait pas tellement à la réalité. Et parfois, il s’agissait carrément de mensonges … Enfin, elle savait que ses aînés ne pensaient pas à mal, ils voulaient seulement lui raconter des histoires extraordinaires, pour la faire rêver, ou lui faire peur aussi, bien que pour ça, ce n’était pas évident, vu qu’elle était très téméraire en temps normal.

Tess remarqua cependant que Drago restait un peu silencieux. Elle s’en inquiéta un instant, de peur qu’il trouve inintéressant ce qu’elle racontait mais finit par se faire une raison : certaines personnes n’aimaient pas parler, il devait être comme ça, après tout, elle ne le connaissait que depuis peu et ne pouvait pas être incollable à son sujet. Avec ces gens-là, Tess faisait la conversation à elle toute seule : n’appréciant guère le silence, elle trouvait toujours quelque chose à dire. Ses parents ne savaient pas de qui elle tenait ce trait de caractère, mais ils étaient toujours étonnés de la voir trouver un sujet de conversation lorsque personne ne parlait. Devant un film, par exemple, ou devant la télévision moldue, elle avait dû mal à se tenir, elle se sentait obligée de dire un mot, ce qui énervait tout le monde chez elle. Et elle énervait aussi tous les élèves de la salle commune lorsque certains voulaient un peu de calme pour travailler, ou se retrouver entre eux. D’ailleurs, Mable mentionna Poufsouffle, sa maison. Tess se reprit donc et attendit la suite, qui n’arriva pas. En effet, Lumina accusa Malefoy de les avoir perdus. Elle ouvrit sa bouche en grand, choquée de cette accusation et lui jeta un regard noir – fait rare chez elle – et prit la défense de Drago, les mains sur ses hanches.

- Non mais tu délires Lumina !? Je suis sûre que Drago sait parfaitement où on est, il nous as bien dit qu’il nous sortirait des cachots ! Hein tu sais où on est ?

Tess se tourna vers Drago et son expression surprise la convainc que la Gryffondor se faisait des idées. Sauf que Mable fit remarquer que cet endroit n’était pas normal, qu’il ressemblait à un passage secret. Et Tess, après observation, vit qu’ils se trouvaient dans un couloir avec plusieurs portes. Un couloir magique ? Son sourire réapparut immédiatement. Ca, ça lui plaisait bien.

- Oh ouais ! On va s’amuser un peu !

Sauf que ce qui se passa après n’était pas marrant du tout. Lumina prit la mouche et ouvrit une porte, prétextant pouvoir se débrouiller sans l’aide de Malefoy. Et d’un coup, plus de Lumina. Elle avait tout bonnement disparu. Une force l’avait aspiré. Evidemment, Tess s’inquiéta. Après tout, c’était une de ses amies … Drago la traita d’idiote mais elle n’y fit pas attention, encore sous le choc. C’était … Surprenant. Le Serpentard tenta ensuite d’ouvrir la porte, en vain. Tess ne bougeait plus, essayant de comprendre comment quelque chose de ce genre avait pu se passer à Poudlard. Ne lui avait-on pas dit que le château était un endroit sûr ? Drago essaya de rassurer les deux premières années, confirmant les pensées de Tess. Poudlard n’était pas dangereux. Magique, mais pas dangereux.

Que faire maintenant ? Le jeune homme proposa une solution : faire demi-tour. Tess était partagée. Ce n’était pas son genre de reculer devant l’obstacle, non, elle, elle fonçait dedans. Elle n’avait pas peur, elle était surtout inquiète pour Lumina et puis elle était avec un septième année, un assez bon élève, et Mable qui bien qu’elle soit qu’en première année, accumulait déjà pas mal de connaissances utiles. Elle n’était donc pas entourée de novice en magie, et elle se sentait naturellement en sécurité. Alors, elle était plutôt d’avis de continuer, contrairement à Malefoy. Seulement, son avis comptait car elle avait confiance. Et devant son intention de faire demi-tour, elle ne pouvait qu’hésiter. Avait-il peur ? Oh non, cela étonnait Tess, qui l’idéalisait peut être un peu. Ou bien, il souhaitait revenir sur leur pas pour ne pas mettre en danger la vie des deux fillettes, pour leur sécurité. Naïveté, naïveté … Tess ne s’imaginait pas une seconde que Drago était quelqu’un de lâche. Non, pour elle, il était comme un preux chevalier, prêt à venir au secours de toutes les petites filles perdues dans les cachots. Elle réfléchit un instant avant de prendre la parole.

- Oh moi je préférerai continuer. C’est vrai, derrière l’une de ses portes, il y aura peut être quelque chose qui nous aidera à sortir du château, à faire rentrer les professeurs et tous les autres adultes ! Imagine comment les autres te verrai Drago : comme un héros !

Au final, Tess voulait vraiment continuer. Et elle essayait de convaincre Mable, et surtout Drago. S’il la suivait, Mable resterait.

- Comme tu l’as dit, le professeur Dumbledore veut la sécurité de ses élèves et il interdit souvent l’accès aux étages à risque, hein ? Donc, derrière ces portes, il n’y a, logiquement, rien de dangereux.

Et pour illustrer ses propos, elle se dirigea vers une porte, l’ouvrit en quatre vitesse, pour que ni Mable, ni Drago puisse l’arrêter. Elle inspecta vite fait la pièce, sans l’aide de sa baguette et elle se tourna alors vers eux, triomphante.

- Vous voyez, il n’y strictement rien à craindre !

Mais Tess n’avait pas vu que déjà, des tentacules vertes sortait lentement de l’encadrement de la porte pour s’approcher d’elle, non, elle était bien trop occupé à persuader les deux autres de continuer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3917
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Sep - 22:19
Spoiler:
 

    C'était une matinée ordinaire pour la septième année des Serpantards. Depuis que le sort emprisonnait Poudlard : toutes les journées se ressemblaient au plus grands désespoir de Jesse qui commençait à devenir chèvre à rester enfermer. Elle était persuadée qu'à Durmstrang ce genre de chose ne serait jamais arriver pour la simple et bonne raison que personne -extérieur à l'établissement- n'oserait rentrer. Quant à perturber l'équilibre de l'école il ne fallait même pas y penser : les châtiments corporels coupaient toute envie de rébellion contrairement à ici où se rebeller était devenu une mode. Ainsi tout le monde allait dans les salles communes de tout le monde sauf celle des Serpentards au plus grand plaisir de Jessie qui n'avait pas envie de voir un arc-en-ciel de robe dans la salle intrigante et mystérieuse des verts et argent. Notre protagoniste avait beau être amis avec plusieurs élèves de différentes maison : elle aimait garder un peu de distance et elle pouvait faire confiance à la salle commune bien que certains Serpentards l'exaspère plus que certains élèves. Et oui il faut de tout pour faire un monde enfin si certaine personne n'était pas là : cela ne chagrinerait pas l'ancienne élève de Durmstrang.
    Jessie était programmer comme une horloge et à 6h30 précise ses yeux s'ouvrirent. Le temps d'enfiler un jeans et un chemisier blanc, de mettre ses doc, elle était dans la salle commune. Elle s'était levée tôt pour essayer de voir comme tout les matins un rayon de soleil qui percerait l'eau du lac. Mais il n'y avait jamais rien à croire que la salle commune des Serpentds était vraiment loin de la surface. Puis elle se plaisait à sillonner du regard l'immense étendue pour tenter d'apercevoir une sirène ou une étrange créature qui peuplait le lac et qui vous faisait frissonner. Généralement une sorte d'immense requin poisson rôdait tôt le matin devant les fenêtres : il effrayait les plus jeunes et fascinaient les plus âgés. Jessie faisait partit de ses personnes curieuses à toujours vouloir tout savoir sur ce qu'il l'entourait. Elle avait donc entreprit des recherches mais n'avait rien trouver sur ce mystérieux poisson qui narguait l'étudiante quasiment tout les matins. Quant elle le trouva des yeux, elle est rester quelques minutes à le suivre, sans bouger, dans l'obscurité la plus totale : personne n'était levée donc elle n'avait pas allumer la lumière mais elle n'avait pas besoin de lumière : une mystérieuse lumière s'échappait des eaux du lac et éclairait un peu la salle. Jessie aimait être dans le noir, cela la ressourçait un peu comme une plante. Lorsque la créature partie, elle fit de même pour se diriger vers les cuisines et puis des pas commençaient à se faire entendre dans les dortoirs alors elle préférait partir plutôt que de parler : ce n'était pas son but aujourd'hui.
    Malgré l'absence des adultes, le château n'était pas trop en bazar... Bon il faut le dire vite fait car la cuisine commençait à ressembler un peu à une porcherie ce qui énervait Jessie pour la simple et bonne raison qu'elle était maniaque : tout était propre, même trop propre chez elle. Elle ne supportait pas que ses affaires soient mal rangés, ses cours mal écrit, elle psychotait d'une force que personne n'imaginait même si elle le cachait. Freiner cette envie de ranger était limite insoutenable dès qu'elle rentrait dans les cuisines que les elfes de maisons occupaient avant le sort. Les couloirs de Poudlard étaient calme, rien ne semblait pouvoir rompre ce silence si agréable. Parfois on entendait les chouettes des élèves voler autour de château mais mise à part les pas de Jesse : aucun bruit ne se faisait entendre. Jesse-Rose enleva sa main de sa baguette qui s'était automatiquement mise lorsqu'elle vit l'état de la cuisine. Elle respira un bon coup et dû utiliser le sort d'Accio plusieurs fois pour trouver la bouilloire et du thé seul le pain et le beurre étaient bien rangés dans le garde-manger. Le temps de préparer son petit déjeuner, elle fredonnait Les Pleurs de St Colombe, elle jouerait sûrement cet air tout à l'heure mais pour l'instant son ventre dirigeait ses faits et gestes alors il était inconcevable pour son estomac de jouer quoique ce soit à l'instante. Deux griffondors rentrèrent, un garçon et une fille qui semblaient étrangement complice : cela sauta aux yeux de Jessie qui conclu très vite qu'ils étaient ensemble. Cela ne fit que remuer le couteau dans la plaie : elle avait été aussi niaise que ça avec Aleksei... Depuis qu'elle était à Poudlard elle jouait, elle séduisait mais jamais sérieusement. Quand la Serpentard s'engageait c'était pour longtemps, elle n'avait pas eut encore de déclic et pourtant ce n'était pas les garçons qui manquaient. Seul peut-être Drago ou Aaron pourrait être à la hauteur d'Aleskei mais elle à dû mal à faire confiance bien que Aaron lui ai démontré qu'elle pouvait se reposer sur lui. Pour Drago c'était plus compliquer que ça, à vrai dire elle ne supportait pas qu'il tourne autour d'autre fille et inversement mais pour l'instant rien n'est définit entre eux ce qui donne une relation étrange. Pour en revenir à nos moutons, Jessie ne supportait plus les minotages des deux élèves, elle décida donc de partir en prenant soin de laver tout ce qu'elle avait salit.
    La sorcière retourna dans la salle commune qui était occupée cette fois-ci, elle salua de la tête les sixième années qui voulaient lui parler mais comme dit précédemment elle n'avait pas envie de parler. Elle leur expliqua assez gentiment qu'elle leur parlerait plus tard et monta dans les dortoirs des filles. Celles qui occupaient sa chambre avec elle était très gentille, dans le lot il y avait Alice ce qui confortait beaucoup Jessie car elle estimait qu'avec Selena c'était ses seules amies chez les serpents. Ce n'est pas avec Pansy qu'elle sera amie : jamais ! Les filles dormaient encore pour la plus part, sans faire de bruit elle fit son lit et sortit sa valise avec un D gravé dessus comme Durmstrang. Elle était rouge sang et noir comme les couleurs de l'école. Dedans il y avait tout ce qui lui était précieux et qu'elle ne voulait pas qu'on découvre. Des lettres, des cahiers, des objets et bien d'autres choses mais surtout son violon. Les lettres étaient principalement de son arrière grand-père qui avait été élève à Poudlard, chez les Serpentards naturellement. Jessie prit ces dernières, s'allongea sur le lit et commençait à les relire, son ancêtre était un vraiment un être formidable, il n'était pas buté, méchant, égoïste comme les autres. Il était la sagesse incarné. En les lisant, elle remarqua qu'une des lettres n'avaient pas été ouverte, intriguée Jessie l'ouvrit et put lire :

    « Ma Jessie, si tu lis cette lettre c'est que tu as relu toutes celles que je t'ai envoyer et cela me touche. Si je t'écris cette lettre dans le secret le plus totale c'est pour te révéler un secret qui devrait piquer ta curiosité à vif : personnes, pas même Dumbledore ne sait ce qui ce trouve dans les cachots, certaines cellules datent des fondateurs et non pas été ouverte. Je les ai exploré et j'ai regretter pendant longtemps ce geste fou car quand on pense les connaître par cœur on se rends compte qu'on ne les connait pas. Si tu cherches bien je t'ai glisser dans ta protection de violon la carte soigneusement plier. Utilise-la mais je t'en conjure ne va jamais, au grand jamais dans les zones que je n'ai pas explorer et n'ouvre aucune porte : je t'en prie.
    A bientôt.
    S.G. »


    Une écriture manuscrite digne des plus grands écrits religieux, les initiales de son grand-père, Jesse-Rose n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait de lire : c'était bien lui qui avait écrit ça. Sans plus attendre, elle se dépêcha de rouvrir sa malle pour prendre son étui à son violon et chercha dans les moindres recoins et trouva finalement un papier plier, jaunit par le temps. La sorcière l'ouvrit et vit en effet qu'au crayon noir des traits avaient été soigneusement tracés. Excitée, des étoiles dans les yeux, elle rangea sommairement – pour une fois – les lettres et ferma sa valise avant de courir à l'extérieur de la salle commune et se diriger vers les cachots. De là elle suivit à la lettre les indications de son grand-père qui avait marquer parfois ce que contenait les pièces devant lesquelles elle passait. Il n'avait pas froid aux yeux en tout cas car il avait ouvert plusieurs portes. Certains ne contenaient que des squelettes, il n'était même pas sûr que ça soit des vrais. Alors qu'elle s'enfonçait de plus en plus en essayant de mémoriser tout les détails qu'elle pouvait pour rebrousser chemin si jamais elle en avait besoin, elle sortit sa baguette pour avoir plus de lumière : Jessie aimait bien voir où elle allait.
    Lorsque les lumières autour d'elle se sont éteintes, la sorcière s'est arrêtée nette et à commencer à paniquer légèrement. Elle mit la carte dans sa poche arrière en l'enfonçant soigneusement pour ne pas la perdre. Son cœur à commencer à battre de plus en plus vite à un tel point qu'on aurait pu danser grâce sur le rythme qu'il avait prit. Elle serra sa baguette et ne se fiait maintenant qu'à son ouïe. Un bruit de porte qui s'ouvre, un grincement qui fit dresser les poils à Jessie qui se retourna et tendit son bras pour illuminé la zone d'où le bruit venait. Des courants d'air froid passèrent autour d'elle, la serpentard ne se sentait pas du tout à l'aise, comme épier. Elle tourna les talons pour continuer son chemin, il y avait encore des lumières en face d'elle qui n'avaient pas été éteintes. Jessie accélérait son pas de plus en plus, des voix, des silhouettes étaient dans la lumière. Lorsqu'une porte derrière elle se flanqua, que les lumières se rallumèrent, elle se mit à courir. En approchant des trois personnes, elle reconnu la tête blonde de Malefoy et deux autres filles qui semblaient jeunes. Une d'entre elle était devant une porte ouverte :

      « Rassurez-moi vous n'avez pas ouvert la porte j'espère ? »

    Essoufflée, elle posa ses mains sur ses genoux et c'est en regardant le sol qu'elle pu voir des tentacules vertes s'approcher dangereusement de la jeune fille. Sans réfléchir, Jessie pointa sa baguette sur les choses visqueuses :

      « Diffindo ! »

    Un cri perçant se fit entendre, raisonnant dans les couloirs froids des sous-sols. Jesse se boucha les oreilles et ouvrit la bouche : quoique ce soit la bête n'aimait pas le sort qu'avait lancer la sorcière. A vrai dire qui aimerait : les morceaux de tentacules couper bougeaient encore mais les celles qui avaient subit le sort étaient rentrés dans la pièce.

      « IL FAUT FERMER LA PORTE ! » cria Jesse-Rose pour surpasser le cri de la bête.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 1 Oct - 0:31
Invité
Spoiler:
 


Mable n'était pas téméraire. Elle pouvait même être une vraie trouillarde quand la situation se révélait plus effrayante que prévue. Comme le montrait son inquiétude devant le phénomène qui venait de se dérouler devant ses yeux. A savoir, l'enfermement et la disparition de Lumina. Mais ce que Mable était sans aucun doute, c'était curieuse ! Aussi, quand Drago proposa de faire demi-tour, après avoir vainement tenté d'ouvrir la porte, elle fut partagé entre son envie de fuir cet endroit bizarre -et de toute évidence, dangereux, elle n'avait d'ailleurs pas encore refermé la bouche qu'elle avait ouvert de surprise- et son envie d'ouvrir toutes les portes pour savoir ce qui se trouvait derrière. Parce qu'après tout, il fallait le reconnaître, si même Drago, Prince parmi les Serpentard, ne connaissait même pas ce couloir des cachots, qui était le Royaume des Verts-et-Argents, Mable avait bien envie de les découvrir en sa compagnie. Ainsi qu'en celle de son amie Tess. Après tout, leur expédition initiale avait pour but l'exploration des parties du château qui leur était encore inconnue, pas vrai ? Et bien, c'était le moment ou jamais. Mable s'apprêtait donc à ouvrir la bouche, -qu'elle avait finalement refermée- afin d'expliquer son point de vue. Mais Tess fut plus rapide qu'elle.

« Oh moi je préférerai continuer. C’est vrai, derrière l’une de ses portes, il y aura peut être quelque chose qui nous aidera à sortir du château, à faire rentrer les professeurs et tous les autres adultes ! Imagine comment les autres te verrai Drago : comme un héros ! Comme tu l’as dit, le professeur Dumbledore veut la sécurité de ses élèves et il interdit souvent l’accès aux étages à risque, hein ? Donc, derrière ces portes, il n’y a, logiquement, rien de dangereux. » dit-elle.

Mable aurait du se douter que Tess serait immédiatement partante pour découvrir les lieux. Si elle n'était pas téméraire, son amie de Poufsouffle elle l'était ! De plus, il était clair qu'elle faisait tout pour convaincre ses camarades de la suivre. En faite, elle s'adressait plus à Drago qu'à elle. Soit elle pensait que Mable était déjà partante. Soit, elle en avait rien à faire mais ce serait quand même étonnant pour une amie. Ou soit, elle voulait l'avis de Drago. Après tout, il était là pour les ramener au hall d'entrée par pour les materner pendant qu'elle s'amusait à explorer ce lieu. Il avait déjà la gentillesse de les aider, elles n'allaient pas lui imposer ça quand même. Mais peut-être que lui aussi était curieux de découvrir ce qui se cachait dans ces lieux. Et peut-être qu'il était beaucoup trop responsable pour seulement envisager l'idée. Il cherchait sans doute à les mettre en sécurité. Oui, ça ne pouvait qu'être ça !

Finalement, Mable ne savait plus si elle voulait rebrousser chemin ou continuer. Voir son amie si enthousiasme promettait une belle balade. Mais … qui sait ce qui se cachait ici … ? Olalalala, ça y était ! La jeune Serdaigle bouillait déjà d'impatience de le découvrir !
Mais Tess n'avait pas finis sa technique de persuasion. Après ses arguments, elle entreprit de démontrer qu'il n'y avait aucun danger. Elle se dirigea à toute vitesse vers l'un des portes, l'ouvrit sans ménagement afin de vérifier le contenu de la pièce. Puis, elle se retourna vers eux en leur assurant qu'il n'y avait absolument rien à craindre.
Mable fit un clin d'œil à son amie comme pour lui signifier qu'elle se débrouillait comme une chef. Puis, elle s'adressa au Serpentard.


« Tu sais Drago, si tu as envie de continuer, tu peux nous le dire ! Tess à l'air déjà plus que partante et finalement … moi aussi ! » dit-elle, déjà certaine que son raisonnement tenait la route quant au intention de Drago, « T'inquiètes pas pour nous, dis-toi que si on se perd encore plus, personne ne pourra nous le reprocher. On fait un peu ce qu'on veut maintenant qu'il n'y a plus aucun adulte, non ? Donc, on peut décider de continuer sans risque de se le voir reprocher. Et puis, comme tu l'as dis, Dumbledore n'aurais jamais laissé quelque chose de dangereux à Poudlard avec autant d'élèves qui y étudie. Ou alors, il aurait sécurisé l'accès. Alors, on ne risque rien ! »

Elle lui fit un sourire radieux. Généralement, ça marchait bien pour convaincre les adultes de faire ce qu'elle avait envie de faire. Ils la trouvaient mignonne. Et puis, elle était intelligente, et ils avaient tendance à se dire qu'elle avait raison, finalement. Du coup, elle adoptait souvent cette technique, un peu inconsciemment. Tandis que Tess montrait tous les points positifs d'une tel expédition au fils Malefoy, Mable elle, testait la carte affective. Peut-être que cela marcherait. Ou peut-être pas. De toute façon, même sans ça, leurs arguments étaient imparables ! Et puis, Mable était persuadée qu'au fond, le Serpentard était un grand aventurier. Juste un peu plus raisonnable que la moyenne. Mais, elles n'avaient pas envie de l'être et donc, il ne le serait pas puisqu'il était sur qu'elles étaient d'accord. Logique, non ? Mais absolument !

La jeune Serdaigle n'avait donc pas remarqué les énormes tentacules qui approchaient vicieusement de son amie. Bien trop absorbée par sa conversation. Peut-être les aurait-elle remarqué à l'instant si Jesse-Rose Greenwood n'avait pas débarqué à cet instant. Ce qu'elle faisait là, la petite brune n'en savait strictement rien. Mais elle fut bien surprise de la voir s'approcher. En faite, elle fut plutôt surprise de l'entendre s'adresser à eux, si bien qu'elle sursauta vivement. La main sur le cœur, elle se retourna vers elle et l'observa essayant de calmer les battements irréguliers de son cœur. Elle ne la connaissait que de vue et de nom. Elle n'avait pas vraiment entendu parler d'elle. Enfin si, disons plutôt qu'elle avait entendu un peu de tout. De « Une Serpentarde comme les autres » à « Plutôt sympa. On croirait pas qu'elle vient de Dumstrang ! », en passant par « Jesse qui ?! ». Mais hormis ces quelques informations plutôt maigre, elle n'en savait pas plus.

Sa première pensée fut donc de s'interroger par sa présence ici. Sa deuxième pensée fut de s'enthousiasmer d'avoir trouvé un autre compagnon de route. Une autre Septième année de Serpentard qui plus est. La troisième pensée fut d'écouter ce qu'elle dit:


« … pas ouvert la porte j'espère ? »

Ah ? Kézako ? La porte ? On ne devait pas ouvrir la porte ? C'est ça ? Mais … pourquoi ?

« Oh ! Bonjour Jesse-Rose Greenwood ! Qu'est-ce que tu …? »

Le reste de sa phrase devait à la base ressembler à peu près à ceci: « … fais là ? Toi aussi tu voulais explorer les cachots ? Moi c'est Mable Weiss, je suis en première année à Serdaigle. Elle c'est Tess Jekelm et elle est à Poufsouffle en première année aussi. Et lui, c'est Drago Malefoy. Mais tu le connais déjà vu qu'il est dans ta maison. C'est ton ami ? On venait de décider d'ouvrir une de ses portes et c'est Tess qui l'a fait. Pourquoi tu nous demandes ça ? C'est interdit ?  ». Mais bref, finalement, jamais personne n'entendra ces paroles, car le blonde hurla quelque chose qui ressemblait étrangement à un sort. La Serdaigle ne comprit strictement rien à la situation mais apparemment, il y avait urgence !

Dans la confusion, des tentacules furent tranchées par ce qui se révéla être un sort de découpe. Un cri inhumain résonna. On ordonna de fermer la porte dans un hurlement et la Serdaigle se mit à brailler à la vue du sang et de ces membres mutilés. Mais c'était quoi ça ?!

Bon … Une fois remise de son choc, et étant la plus proche, la première année sauta sur la porte et tenta de la refermer. La manœuvre en elle-même aurait pu fonctionner car elle avait presque clos entièrement la porte. Sauf qu'elle ne fut pas très réussite puisque la bête -devrait-on dire la chose ?- avait décidée de s'emplafonner dedans au même instant. C'est donc dans un vole plané artistique qu'elle atterrit sur … sur quelque chose de mou … Quelque chose de mou ?!
Une tentacule en faite. Une tentacule gigotante bien que séparée du corps de son propriétaire. Une jolie tentacule visqueuse qui commença à s'enrouler autour de sa taille. Puis, une autre autour de son mollet droit. Et encore une autre autour de sa cheville gauche. Sauf que ces deux dernières n'étaient pas coupés, elle était belle et bien accroché à la bête. Et elle avait bien l'air décidées à tirer la jeune fille à elle qui d'ailleurs commença à glisser au sol. Alors, la jeune fille attrapa la première chose qu'elle avait sous la main, à savoir la cheville de Drago et s'y retint. Elle cria:


« AAAAAAAAAAHHHH !!! Aidez-moi ! AIDEZ-MOI !! »

Sa baguette ? Totalement oubliée. Mais, elle auvait au moins essayé, non ? Bon, maintenant, ils étaient bien dans la panade mais … il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils n'allaient pas la laisser se débrouiller seule avec ce truc. Sinon, elle était bien partie pour se faire manger par une créature visqueuse et tentaculaire. Si bouche elle avait ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Oct - 13:09
Bien entendu, ç’aurait été bien trop demandé à ces gamines que d’écouter la sagesse faite homme. Certains diraient plutôt la lâcheté faite homme, particulièrement du côté des rouges et or : on pouvait certes le leur accorder, mais le fait était le même : si elles l’avaient écouté, jamais elles ne les auraient tous mis dans un tel pétrin. La plus grande crainte de Drago se réalisa devant ses yeux et ce, sans qu’il puisse faire quoi que ce soit pour l’en empêcher. Ce fut la petite Tess qui commença à tenter de flatter son ego : et si la démarche de la gosse aurait pu fonctionner au vu des rêves de grandeur et de reconnaissance de Drago, il était bien trop terrorisé pour se laisser séduire par l’idée de continuer l’exploration par delà ces portes fermées. C’était comme lorsqu’il pensait à son avenir : il était immédiatement séduit par des postes importants, laissant simplement ceux d’Aurors aux suicidaires mais ne tardait pas à cesser d’y penser, trop effrayé par la perspective même d’avoir un avenir, de se confronter à l’inconnu. Peut-être qu’il n’aurait jamais dû avancer l’argument de la protection des élèves par ce cher Dumbledore : s’il l’avait employé afin de rassurer les gamines quant au sort de Lumina Weasley, auquel il était profondément indifférent, il était évident qu’il pouvait tout à fait il y avoir quelques dangers maintenant qu’il n’occupait plus le château à cause de ce cher Hellson. Décidemment, plus les choses avançaient et plus Drago détestait ce type : il méprisait ses idées et détestait le fait de ne plus être sûr de sa sécurité et de son petit confort… Bien que, paradoxalement, cela lui permettait de grandir et, peut-être de se sentir mieux, loin de son clivage derrière les barrières imposées par son père. Oh, il restait l’imbuvable Drago Malefoy, le petit lâche qui discriminait les nés-moldus, prônant la pureté du sang, et étalait son nom comme s’il s’agissait là de celui d’un monarque. Mais il ne serait certainement plus tout à fait le même lorsque les choses redeviendraient normales.

Sans qu’il n’ait le temps de faire quoi que ce soit pour la retenir, la gosse se jeta alors sur la porte la plus proche d’elle, voulant lui démontrer par A plus B qu’il n’y avait strictement aucun danger et que, non seulement excitante, leur exploration se révèlerait vite sans le moindre risque, que ce soit pour leur vie, leur fierté ou leur intégrité. Il n’eut pas le temps d’admettre qu’elle avait raison, ne voyant rien au premier abord dans l’obscurité de la pièce, que Mable attaqua à son tour. Si Tess avait tenté de le convaincre en parlant de l’image extérieure dont il bénéficierait suite à une expédition miraculeuse qui pouvait potentiellement leur faire découvrir une partie du château inconnue, les menant même au mieux – ou peut-être au pire ? Drago n’aurait pas été capable de le définir si on lui avait posé la question – à une sortie vers le monde extérieur, la petite Serdaigle s’empressa d’assurer à son ainé qu’il n’avait pas à s’en faire pour elles. Plus le temps passait et plus Dray commençait à regretter le mauvais tour qu’il avait voulu jouer aux gamines. S’il avait su où ça l’emmènerait, aucun doute qu’il leur aurait immédiatement ri au nez, pour les abandonner à leur triste sort, ne leur donnant aucune indication sur le lieu où elles se trouvaient. Il se serait fait un plaisir de les imaginer errant dans les cachots, pestant contre le mauvais prince des Serpentards. Au lieu de quoi il se trouvait là, avec elle, entouré de danger potentiel, confronté dans tous les cas à l’entêtement de deux gamines inconscientes. Drago se demanda un instant ce qui lui avait pris à évoquer le directeur de l’école : les deux gosses lui faisaient visiblement totalement confiance, sûrement trop emportées par leur enthousiasme ou par la naïveté de leur jeunesse. Or, comment savoir si tout était aussi sécurisé maintenant qu’Hellson l’empêchait de surveiller ses précieux élèves ? Toutes les règles étaient foutues en l’air depuis qu’il avait lancé son sortilège : il y avait fort à parier que l’accès aux endroits interdits n’était plus aussi complexe qu’auparavant.

Drago n’eut cependant pas le temps de contredire les jeunes filles ou d’ordonner à Tess de refermer immédiatement la porte qu’elle s’était empressée d’ouvrir : la terreur pure s’empara de son visage à la vue d’horribles tentacules épaisses et visqueuses. Qu’est ce que c’était que ce truc ? Peut-être que s’il avait mieux suivi, et continué, les cours de soin aux créatures magiques Drago l’aurait-il su. Au lieu de quoi il eut comme premier reflexe de reculer d’un pas, serrant plus fort sa main sur sa baguette comme s’il avait craint que la créature la lui arrache. Il n’eut à nouveau pas le temps de dire quoi que ce soit que, déjà, Jesse-Rose arriva. Il avait l’étrange impression que tout allait trop vite autour de lui alors que lui-même se trouvait au ralenti : le septième année n’eut alors encore une fois pas le temps de dire quoi que ce soit pour lui répondre, outré, qu’il n’y était pour rien dans l’ouverture de cette porte : elle mettait déjà Tess hors de danger pour un petit instant en tranchant net les tentacules de la bête, provoquant chez elle un cri abominable qui fit bondir Drago de surprise. Il tenta alors de se reprendre, jugeant qu’il ne pouvait pas briser si vite et pour une bêtise de la Poufsouffle son image de Serpentard sauveteur, qui volait aux secours des pauvres brebis égarées qu’étaient les deux premières années : il se tint plus ou moins prêt à lancer des sorts, le dos plus droit et sa prise sur sa baguette légèrement plus légère pour que ses mouvements soient suffisamment fluides. Il aurait pu, avec Jesse-Rose, sauver ainsi les deux premières années : ils arrivaient tous les deux à la fin de leurs études, ils devaient être capables de vaincre quelques paires de tentacules, non ? L’unique erreur de Drago fut que, dans la précipitation, il ne se plaça pas de trois quart comme il l’aurait dû. Ce microscopique défaut dans sa position changea la donne.

Mable s’était déjà ruée sur la porte pour la fermer : aussi se préparait-il à couvrir ses arrières. Elle tomba sur une tentacule qui lui entoura la taille : par cette pointe timide de courage qui s’était emparée de lui et qu’il ne saurait expliquer, il ne tarda pas à lancer un bel incendio sur la tentacule, le sort basique ne montrant qu’il était en septième année par sa grande précision vu que la tentacule seule fut touchée par les flammes. Ainsi, Mable ne risquait pas d’être étouffée par la tentacule coupée nette par le sort de Jesse-Rose. Seulement, la seule chose que Drago n’avait pas calculée était le fait que Mable, paniquée, allait saisir sa cheville. Il n’aurait jamais cru qu’une gosse aussi fluette puisse avoir autant de force. A cause de sa position, il manquait d’équilibre : le sol, déjà humide, des cachots était rendu plus glissant encore par des résidus de… tentacule. Ce qui n’aurait jamais dû arriver arriva : la petite Serdaigle fit alors chuter le blond qui, dans un reflexe idiot pour tenter de se rattraper quelque part, lâcha sa baguette qui retomba un peu plus loin. Pris de panique, entrainé avec la jeune fille, glissant sur le côté – il était tombé sur son épaule qui lui était alors bien douloureuse, il eut alors le reflexe le plus moldu qui soit : il tenta de s’accrocher à ce qu’il pu, le mur étant juste à portée de ses mains – il avait eu de la chance de ne pas s’y cogner en chutant, d’ailleurs. Il se cassa d’ailleurs un ongle dans la manœuvre et, s’il en souffrit, il fallait s’attendre à ce qu’il s’en plaigne franchement une fois que tout serait réglé et qu’ils seraient sauvés. Pour le moment, il eut simplement la chance de trouver un creux dans le vieux mur de ce cachot, très fin mais, heureusement, les doigts de Drago l’étaient aussi. Involontairement et aidé par sa peur, Dray pu démonter alors qu’il ne se contentait pas d’avoir une belle gueule et de savoir jeter des sorts : il était également musclé, juste assez pour tenir au moins un peu contre la créature inconnue. Ce fut en toute logique à Jesse-Rose qu’il s’adressa, sa voix rendue plus aigue par la peur alors que les traits de son visage étaient déformés à la fois par la peur et par l’effort – il n’avait pas l’habitude de bander tant ses muscles.

« BORDEL, JESSIE ! FAIS QUELQUE CHOSE ! »

Oui, lui qui avait pourtant une fierté gargantuesque demandait de l’aide à celle avec qui il jouait au chat et à la souris. Il avait sérieusement pensé à faire lâcher Mable en lui donnant des coups de talons, seule sa propre survie étant censée compter à l’instant : mais il avait été rattrapé de justesse par un élan raisonnable qui lui faisait espérer qu’elle tiendrait suffisamment longtemps agrippée à sa cheville, sans la casser de préférence, et que lui-même tienne assez pour laisser le temps à Jesse-Rose d’intervenir et de les aider tous les deux. Nul doute qu’il se sentirait par la suite blessé d’avoir eu besoin d’être sauvé, mais il n’y songeait pas une seule seconde pour l’instant, se contentant de faire « contre force » contre la créature qui ne pouvait que l’avoir à l’usure, parfaitement conscient qu’il était inutile de tenter de récupérer sa baguette en s’agrippant d’une main au creux qu’il avait trouvé, par miracle, dans ce mur : d’un bras, il n’aurait pas la force nécessaire pour tenir, et elle était trop loin de toute façon. Il ne pouvait que grimacer de peur et de douleur pour ses pauvres muscles. Et attendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3917
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Oct - 21:59
Spoiler:
 

    Jesse avait pour habitude de soigner ses entrées mais là le temps était compter : elle avait eut trop peur pour pouvoir penser à autre chose que : COURIR ! Et pafff elle tombe sur deux premières années et un Serpentard qu'elle connait très bien puisque ce n'était que Drago. Cela la rassura en partie : au moins il savait bien manier les sorts. Elle fit peur à une des deux filles qui avait poser la main sur son cœur : ce n'était pas le but de Jesse mais pas le temps de s'excuser : il y avait plus urgent à l'instanté. Tout s'enchaîna : un quelques secondes ce fut l'autre fille qui fut attaquer à cause du cri. Jesse n'avait rien vu venir. La sorcière allait se tourner vers Drago mais ce dernier semblait bien trop occupé car lui aussi était entrainer à l'intérieur de la pièce. Il s'accrochait au mur : Jesse respira un grand coup et ordonna :

      « Toi tu te ne t'approches plus de cette porte compris ?! Tu te met là et tu ne bouge plus. Dès que ta copine sors tu la prends avec toi et sous aucun prétexte je ne veux vous voir dans la pièce ok ?! »

    Puis elle partit à la rescousse de Malefoy et de la jolie petite fille, elle évita tant bien que mal les tentacules qui la voulait pour dessert. Elle rentra dans la pièce à contre cœur :

      « Lumos Maxima. »

    Bah oui elle voulait voir ce qu'elle allait devoir tuer pour sauver les deux élèves, elle leva la tête pour voir que c'était une immense plante mélanger à un pouple. Le croisement était ignoble... Drago appelait à l'aide, la petite fille criait : Jesse avait envie de leur dire de la fermer pour qu'elle puisse se concentrer. Très rapidement elle compris qu'elle devait définir les priorités : garder Drago et la fille en vie. Bon elle allait essayer de ralentir les tentacules :

      « Impedimenta. »

    La chance était avec eux : le sortilège de ralentissement marcha alors qu'elle ne l'avait fait que quatre fois dans sa vie. Elle courut donc vers la base de la tentacule ignoble. Drago avait lâché : et merde !

      « Sectumsempra. »

    La tentacule étant plus épaisse : elle devait plus se concentrer, une gelée verte sortit de la tentacule engluant les jambes de Jesse. Pas très original mais elle avait vu que le sort de coupe avait marcher et elle n'essayait pas de prouver sa force : elle voulait juste sauver Drago et la première année. Le reste lui importait peu. La créature se mit à crier de nouveau mais Drago et la fille étaient en partie libre :

      « Allez-y courrez bon sang ! »

    Elle suivit la marche et commença à courir malgré le sang gluant qu'elle avait à ses pieds, Jesse savait que ni Drago, ni elle ne seraient de taille face à cette bête mais cette dernière n'avait pas dit son dernier mot et avait vraiment envie de manger. Bah oui ça serait trop facile après tout non ? Durant sa fuite, ce fut autour de Jesse d'être tirer par une tentacule. *Et merde !* Pensa-t-elle. Heureusement elle serrait fermement sa baguette – à un tel point que ses phalanges étaient blanches – et pour cause : elle était terrifiée ! Contrairement à Drago et à la jeune fille, la plante ne prit pas la peine de la faire glisser et la souleva directement :

      « Ahhhhhhh ! »

    Jesse se retrouvait la tête à l'envers à plusieurs mètres du sol. Immédiatement entrainer vers la bouche de la créature qui ressemblait un peu à une bouche de Kraken : Jesse dans un dernier espoir lança un sort de glue perpétuelle vers la bouche, les dents de la créature et espérait que cela allait marcher. Bingo, la créature était de moins en moins contente c'est sans réfléchir qu'elle lança :

      « Bombarda Maxima. »

    Cela marcha à merveille sauf que la créature projeta violemment Jesse dans sa chute contre un mur. Notre blonde n'avait pas penser à tout sous le coup de la panique. Elle tomba sur des squelettes mais sur le coup ne s'en rendit pas compte, tellement elle était sonnée. Elle avait mal à sa tête, elle voyait flou, elle sentait quelque chose couler le long de son front. Jesse prit appuie sur le mur qui l'avait blesser et cria :

      « Drago... ! Merde m'abandonne pas ! Il y à quelqu'un ? »

    Elle ne voulait pas que les deux filles rentrent dans cette pièce de nouveau. Heureusement que tout était plus ou moins sombre, Jesse se dirigeait vers la lumière. Mais plus elle avançait, plus elle avait mal et se sentait faible. Et merde elle allait mourir dans un endroit répugnant et rejoindre les autres squelettes... La bête aurait au moins put l'achever...


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Oct - 0:48
Spoiler:
 

L'attention de Tess fut un instant attirée par une jeune fille blonde qui arrivait vers eux en courant. Ainsi, elle n'avait toujours pas remarqué qu'une créature se déplaçait petit à petit vers elle. Lorsque la fille arriva à leur hauteur, la Poufsouffle la gratifia d'un grand sourire et était prête à se présenter - ce que Mable semblait avoir commencé, donnant ainsi le nom de la Serpendard, Jesse-Rose - mais son sourire disparut lorsque la fille lança un sort qui fit sursauter Tess. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on la coupe dans son élan comme ça. Cependant, elle comprit pourquoi Jesse n'avait pas attendu lorsqu'elle entendit un cri perçant, provenant de la porte. Elle remarqua avec stupéfaction une espèce de tentacule gisant sur le sol : tout son plan pour convaincre Drago de continuer tombait à l'eau en fait … Mais ce n'était pas forcément à cela qu'elle pensa, non, elle allait s'extasier devant le magnifique sort qu'avait lancé la nouvelle arrivante parce qu'elle ne pouvait pas en faire autant. Sauf que la blonde l'en empêcha, lançant l'ordre de fermer la porte.

Tess était un peu perdue face à tant d'agitation : Mable criait à la vue du sang et des tentacules, Jesse-Rose semblait paniqué et Drago avait clairement changé d’habitude. La Poufsouffle finit par se boucher les oreilles car elle ne supportait plus le cri perçant de la chose. Et puis elle ne comprenait pas pourquoi des trucs pareils se trouvaient dans le château : ils avaient pas dit précédemment qu'à Poudlard, les élèves se trouvaient hors de danger parce que Dumbledore veillait à la sécurité de ses élèves ? Donc, logiquement, cette créature ne devait pas être dangereuse ! C'était d'une évidence ! Son célèbre sourire revient alors et elle allait faire part de ces révélations, mais à ce moment là, Mable se dirigea vers la porte pour obéir à Jesse-Rose, sauf que rien ne se passa comme prévu et la bête de cette salle attrapa son amie de Serdaigle. Tout se passait si rapidement que Tess avait du mal à suivre. Toujours est-il que Mable s'agrippa à la cheville de Drago, l'entraîna alors vers l'intérieur de la salle. Il appela Jesse à l'aide, ce qui vexa Tess. Ok, elle n'était qu'en première année et elle avait très peu de connaissances en sort, mais elle aurait pu au moins essayer. La Poufsouffle s'apprêta alors à brandir sa baguette, prête à faire n'importe quoi quitte à lancer le sort que la jeune fille blonde avait lancé … C'était quoi encore ? Doffundi ? Diffondo ? Un truc dans le genre, ça ne devait pas être compliqué à faire, même si elle était loin d'être une lumière en sortilège. Cependant, Jesse-Rose l'interrompit, lui disant de ne pas bouger et elle lui confia une mission : dès que Mable serait libérée, elle devait la prendre et courir. Bien, elle avait comprit. Jesse-Rose, en lui attribuant une tâche, avait eu une idée judicieuse, sans le vouloir : si on avait demandé à Tess de simplement ne pas bouger, vous pouvez être sûr qu'elle aurait fait quelque chose, qui aurait sûrement eu une incidence sur la situation. Par exemple, elle aurait été tout à fait capable de passer devant la Serpentard dans le but de sauver Mable et Drago elle-même, en lançant le sort qu'elle avait utilisé, pour prouver à tout le monde qu'elle pouvait se montrer intelligente et grande elle aussi. Donc au final, elle resta sagement à sa place, prête à sprinter dès qu'elle aurait récupéré son amie, ayant conscience qu'elle pouvait faire quelque chose d'autres que tenter de la libérer directement de la créature.

- Ok, je fais ça, tu peux me faire confiance ! Lui répondit-elle en se redressant.

Même si Tess était assignée à la porte, elle ne put s'empêcher de regarder ce qu'il se passait à l'intérieur, gardant une distance raisonnable tout de même. Elle était curieuse et téméraire, certes, mais pas suicidaire. Il lui restait tout de même un peu de bon sens, même si elle avait du mal à se faire à l'idée qu'elle devait rester planter devant la salle, sans rien faire. La pauvre Jesse, si Tess se faisait happer elle aussi, elle aurait du mal à tous les secourir, même si elle semblait très débrouillarde. Elle put donc admirer le travail de la Serpentard, qui éclaira la pièce à l'aide du sort de Lumos pour commencer et enchaîna sur différents sorts inconnus pour Tess, aussi inconnus que le Diffondo de tout à l'heure. La petite Poufsouffle était captivée par les actes héroïques de Jesse-Rose et elle ne reprit ses esprits seulement lorsque cette dernière ordonna de courir. Elle entra dans la salle en trombe pour aider Mable à se relever en lui demandant si elle allait bien ( parce qu'elle s'était inquiétée quand même ), lui attrapa la main et suivit Drago vers la sortie. Elle oublia même de regarder à quoi ressemblait exactement la créature, elle était trop occupée à faire ce que Jesse-Rose lui avait demandé. Quelque part, elle voulait que cette Serpentard soit contente, fière d'elle : Tess la prenait pour une super-héroïne tout droit sortie d'une bande dessinée moldue.

Tess courut vite et finit par lâcher la main de Mable au bout d'un moment, constatant qu'elle suivait parfaitement. Elle jeta un coup d'oeil derrière elle et s'arrêta alors instantanément : elles se trouvaient toutes seule au milieu du couloir. Drago n'avait pas suivit, tout comme Jesse-Rose et tout ça n'était pas normal.

- STOOOOOP, cria-t-elle à l'intention de Mable.

Elle prit le temps de respirer un peu, avant de continuer.

- Y'a un problème, Jesse-Rose et Drago sont pas derrière.

Et sans prévenir, elle rebroussa chemin, sans même inviter son amie Mable à la suivre. De toute manière, elle se doutait bien qu'elle ne resterait pas toute seule et elles n'étaient pas très loin de la pièce de toute façon. Au pire, elle s'excuserait plus tard, mais elle était trop inquiète pour continuer. Et elle était incapable de sortir de là toute seule, de toute façon. Baguette en main, elle se précipita à l'intérieur en prononçant les mots « lumos » et aperçut Drago qui aidait Jesse-Rose à avancer, le cadavre de la chose à proximité ainsi que des … Squelettes ?! Cette salle était vraiment glauque en fait, mais Tess n'en fut pas choquée, elle en était presque fascinée. Bizarre, hein ? Ne cherchez plus à comprendre, c'est Tess.

Elle entendit vaguement Mable l'appeler, mais elle fut trop préoccupé par l'état de la blonde pour lui répondre.

- Mais … Mais il s'est passé quoi ici ? Tu m'as dit de partir avec Mable, alors je suis partie, mais vous avez pas suivi …

Tess s'arrêta un instant, pensant à un truc. Non, ce n'était pas possible ! Non, vraiment. Enfin, elle posa quand même la question, pour être sûre.

- Vous avez pas essayer de nous abandonner au moins ? Ce serait pas sympa ! Et illogique. Pourquoi venir nous sauver pour nous laisser toutes seules après. Vraiment illogique, pas vrai ?

La Poufsouffle secoua la tête, chassant cette idée de son esprit. Non, à ce stade, le groupe pensait à survivre ensemble. Du moins, c'était ce que Tess pensait. Oubliant tout ceci, elle s'approcha de Jesse-Rose et là, elle écarquilla les yeux : elle avait remarqué que du sang coulait de son front.

- Oh non mais c'est quoi ça ! Tu as mal ? Bien sûr que tu dois avoir mal, nom d'un dragon ! Du sang, du saaaang ! Et moi je m'inquiète parce que vous nous aviez laissé courir devant ! Non mais je délire là ! Drago, tu peux pas faire quelque chose ? Ou Mable, Mable, tu connais des tas de trucs, tu peux arranger ça ?

Elle se tourna vers Mable, pleine d'espoir. Elle savait qu'elle lisait des tas de bouquins, parfois inutile, mais elle savait aussi que dans certaines situations, ses livres inutiles pouvaient se révéler très précieux, c'était le moment idéal, là !

Tess soupira, dépassée par la situation. Elle n'était qu'une gamine après tout. Et c'est dans ce genre de moment qu'elle regrettait un peu d'avoir rejeté son frère et ses deux sœurs, lorsque Poudlard avait été mis sous huis clos. Ils avaient prévu d'encadrer la petite Poufsouffle, ce qui ne lui plu pas, et elle finit par les remballer, prétextant qu'elle pouvait se débrouiller seule, sans protection. Elle jouissait depuis d'une certaine liberté qu'elle adorait, mais parfois, c'était un peu difficile à supporter. Enfin, elle arrivait toujours à trouver quelqu'un pour l'aider, comme ici. Et elle trouvait aussi des premières années, des jeunes comme elle, qui avait décrété qu'ils deviendraient indépendants. Donc dans tous les cas, elle pouvait trouver du soutien. Et sa fratrie avait accepté cette nouvelle situation, à moitié en tout cas. Elle finit par prendre la main de la Serpentard pour l'aider à avancer, même si, avec son petit gabarit, elle n'était d'aucune utilité. Mais c'était l'intention qui compte, n'est ce pas ?

- Je crois qu'en fait, ça vaut peut être mieux qu'on essaie de trouver le hall, hein … murmura-t-elle, presque avec regret, mais consciente du danger.

Elle se retourna pour voir si la créature bougeait, mais elle était soit complètement sonnée, soit réellement abattue. Dans tous les cas, elle semblait inerte. Tess s'adressa à alors à Jesse-Rose, resserrant sa main sur la sienne. Et elle recommença à parler normalement, comme si ce qui venait de se passer n'existait pas. Elle préférait ne plus y penser au final. C'était une encore une enfant et même si elle ne fut pas choquée à la vue de l'état de la pièce du massacre, cela l'affectait un peu, d'autant qu'ils auraient pu y rester. D'ailleurs, elle espérait fort qu'il n'était rien arrivé à Lumina.

- Tu es notre héros Jesse-Rose. Et dire que je te connaissais pas avant. Moi c'est Tess au fait. Tess Jekelm, peut être que tu connais mon frère ou une de mes sœurs... En tout cas, tu peux être sûre que je vais leur parler de toi, et de comment tu nous as sauvé, Mable, Drago et moi. D'ailleurs, tout Poudlard doit le savoir, et si j'écrivais à Gossip Feather, tiens ? Ouais, c'est peut être pas une mauvaise idée. Enfin je sais pas. Je verrais bien ! Au fait, vous avez une idée de comment on va sortir d'ici ?

Dernière question pertinente, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Oct - 1:59
Soudain, la porte de la salle obscure où se trouvait le corps de la créature se referma brusquement, expulsant dehors les élèves encore présents, et se verrouilla dans un grand bruit. A l'instant où Tess avait posé sa question, dans le couloir, des lettres scintillantes apparurent au fur-et-à-mesure sur le mur qui leur faisait face, formant un texte qu'ils n'avaient plus qu'à lire pour obtenir des réponses :

Citation :
Rassure-toi, jeune Tess, il suffit que tu demandes à Malefoy, il connaît le chemin de la sortie. Rappelez-vous que face à l'adversité, il n'y a rien de plus efficace que de s'unir et s'entraider, quelle que soit la maison à laquelle vous appartenez, votre âge, votre sang ou vos affinités. Une nouvelle ère est sur le point de commencer et il est grand temps que vous appreniez que l'union fait la force. Vous auriez pu perdre la vie en vous promenant dans cette partie dangereuse et inconnue du château : si j'étais vous, je ne toucherais plus jamais à ces portes, simple conseil. Au lieu de chercher à se jouer des plus jeunes que soi, apprenez à vous montrer plus mature et responsable. Le monde est en guerre. Il serait peu-être temps que vous en preniez conscience et que vous agissiez en conséquence. Les créatures auxquelles vous pouvaient être confrontées en ouvrant ces portes, vous pourriez les retrouver dehors sous d'autres formes. Alors ne vous reposez pas sur vos lauriers et apprenez à survivre. En équipe.

PS : Au passage, vous pourrez retrouver la petite Weasley endormie dans sa salle commune. Elle a eu de la chance que je sois là pour la tirer de la salle où elle avait été attirée.

Oswald Hellson

[Vous avez la possibilité de faire réagir vos personnages avant de clôturer le sujet, mais il peut aussi se finir de cette façon, c'est à vous de voir !]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Oct - 14:20
Quelques instants auparavant.

Drago n’était pas le plus brave des hommes, loin de là. Il avait vécu une enfance dorée, loin de tout danger, chéri par une mère aimante et protégé par un père plein d’ambition pour son fils unique. Jamais il n’avait vraiment eu affaire à une situation de réel danger, à laquelle il serait livré à lui-même et durant laquelle il risquerait vraiment sa vie. On ne peut jamais dire comment l’on agira dans ces moments périlleux. La plupart du temps, les lâches avérés comme Dray sont les premiers à fuir : et malgré le mal que cela ferait à sa fierté, Drago serait presque prêt à admettre, en temps normal, qu’il s’agirait de la première chose qu’il ferait s’il se trouvait en danger de mort. Il fuirait, vite, pour sauver sa peau, laissant derrière lui les éventuelles personnes qui pouvait l’accompagner. Oui, il donnait l’impression d’être sans-cœur alors, de n’aimer personne comme il le prétendait. Sauf qu’il n’y avait pas toujours une jolie blonde qui appelait à l’aide et qui pouvait, éventuellement, changer la donne.

Drago resta concentré un instant sur sa prise instable, souhaitant tenir le plus longtemps possible même s’il savait parfaitement que jamais il ne parviendrait à tenir suffisamment longtemps pour que la créature lâche la gamine : des deux, il serait certainement celui qui se fatiguerait le plus vite, qui cèderait le plus tôt. Il sentait déjà la douleur dans ses bras, ses épaules, ses abdominaux et, surtout, la douleur au bout de ses doigts martyrisés qui lui permettaient de s’agripper tant bien que mal au mur, sa bouée de sauvetage, ainsi que l’insupportable étirement de tout son corps. Il avait l’impression qu’il allait en perdre une jambe, ou ses bras : soudainement, et durant les quelques poignées de seconde qu’il tint agrippé à ce creux de mur, il compatit au sort des écartelés, s’imaginant d’autant plus leur douleur qu’il la ressentait alors. Bien entendu, toute trace de compassion disparut aussitôt qu’il sentit ses doigts glisser de la prise, trop occupé alors à se concentrer à nouveau sur son propre cas. Dieu qu’il serait simple d’assommer la gosse d’un coup de pied pour se libérer… Pourtant, sans savoir pourquoi exactement, il ne parvenait pas à s’y résoudre. C’était idiot, c’était normalement ce qu’il aurait du faire : sauver sa peau en dépit des autres, gravir les échelons en écrasant quiconque se dressait sur son chemin. C’était comme ça que son père l’avait éduqué. Et pourtant, même à l’instant où la prise céda et où la terreur s’empara de lui, il ne tenta pas de se libérer : la créature entrainait inexorablement Mable et lui-même dans son antre, cette pièce sombre qu’il ne connaissait pas, et il ne pouvait rien faire contre cela, bras tendu vers sa baguette trop lointaine. Son dernier espoir, son dernier pari tenait sur Jesse-Rose, même si sa fierté gargantuesque aurait le plus grand mal à supporter le fait d’avoir à être sauvé par Greenwood : certes, il l’appréciait. C’était justement pour ça qu’il ne voulait pas être sauvé par elle.

Bien sûr, à choisir, il préférait être sauvé par Jesse-Rose que ne pas l’être du tout : aussi fut-il soulagé d’être libéré grâce à elle. Il n’attendit pas pour se relever et, reflexe idiot du garçon trop précieux, il prit tout de même le temps de s’épousseter un peu : ses vêtements, à avoir été trainés au sol ainsi, étaient fichus, surtout qu’ils étaient légèrement recouverts du sang gluant de la créature. Erk. En plus, son pauvre ongle le faisait souffrir. Ainsi que tous ses muscles d’avoir été trop contracté. Plein de ces réflexions existencielles concernant sa douleur et son apparence, il ne tarda cependant pas à écouter l’ordre de Jesse, négligeant le fait que ce soit un ordre, et à courir, ouvrant d’abord la marche. Il s’arrêta cependant pour se pencher et récupérer sa baguette, laissant les gamines passer devant lui d’un geste et s’apprêtant à les suivre à nouveau, sans avoir oublié son « amie » mais étant persuadé qu’elle suivait. Or, alors qu’il se redressait et s’apprêtait à repartir, il l’entendit crier. Son prénom, le reste se perdant, elle parlant certainement plus bas. Il se figea une seconde, hésitant quant à la conduite à adopter. Et, soudainement, il fit volte face, baguette à la main, pour retourner dans l’antre de la créature. Il ne tarda pas à apercevoir la chevelure blonde de Jesse qui attirait la lumière de l’extérieur. Il se rua alors vers elle pour la soutenir. Un mouvement dans sa vision périphérique l’alarma cependant : apeuré, il sursauta en se tournant vers l’origine du mouvement, à savoir la créature qui venait de gigoter faiblement. Il ne réfléchit alors pas, usant d’un sortilège dont son père lui avait parlé et dont sa tante Bellatrix lui avait appris les bases de la maitrise…

« AVADA KEDAVRA ! »

L’éclair de lumière verte vint bel et bien percuter la bête, épuisant Drago par la même occasion : le sortilège était encore trop puissant pour lui. Il lui avait donc tiré toutes ses forces en plus de le regretter à la seconde même où il l’avait lancé. Et s’il avait bel et bien été lancé, si la créature était bel et bien inerte, Drago était incapable de dire si elle était bel et bien morte ou si elle était juste sonnée, ignorant totalement la puissance de son sortilège. Il déglutit, difficilement, regrettant d’avoir hypothétiquement retiré si vite la vie de cette créature : soudainement, il se sentait mal, d’autant plus que Jesse avait assisté à cela, même si elle était au plus mal. Il glissa un bras de la jeune fille par-dessus ses propres épaules, lui parlant doucement.

« On va t’emmener à l’infirmerie, Jesse. On va s’occuper de toi. Je suis là. »

Drago ne savait pas du tout comment agir face à une personne blessée : il n’avait pas l’habitude d’être compatissant et il se sentait aussi adroit que pouvait l’être un éléphant dans un magasin de porcelaine. Lui-même se sentait très mal : épuisé, ne se sentant même pas capable de lancer un ridicule « lumos », il avait mal partout et attendait les prochaines courbatures. Et avoir lancé ce sort l’effarait au plus au point, bien qu’il se soit composé un masque glacial : s’il avait été capable de le lancer sur une créature, serait-il capable de tuer un homme de la même façon ? Ca allait si vite… Heureusement, la petite Tess surgit, ainsi que Mable, saisissant la main de Jesse comme si elle pouvait l’aider elle aussi. Drago l’écouta distraitement, ne lui adressa que quelques mots. Il avait l’impression d’avoir mille ans alors qu’il se dirigeait vers la sortie.

« Je vais l’emmener à l’infirmerie. »

La gosse continua à parler et Drago décida qu’ils iraient plus vite s’il prenait Jesse Rose dans ses bras de manière plus appuyée : ainsi, il conserva son bras au niveau des omoplates de la demoiselle et glissa l’autre au niveau de ses cuisses, pour la faire basculer en douceur afin de la porter comme il porterait une princesse. Il espérait bien que ses bras et sa tête tiendrait assez longtemps pour l’emmener jusqu’à l’infirmerie : dès qu’ils approchèrent la lumière, un violent mal de crâne le saisit. Le sort n’avait vraiment pas été une bonne idée.

Maintenant.

Soudainement, Drago se sentit tirer en avant : il fut terrorisé à l’idée que cela puisse être une perte de connaissance : si c’était le cas, les deux gosses ne seraient jamais assez fortes pour les tirer de là. Et il suffisait que son sort n’ait pas eu l’effet escompté et la créature pourrait alors les dévorer… Drago fut vite rassuré, cependant, en entendant la porte claquer derrière eux et en se sentant encore bien sur ses deux jambes. Il fut nettement moins satisfait du message qui s’inscrivit par magie : ce type, il lui disait à lui qu’il était immature et irresponsable ? Pour qui se prenait-il ? Depuis quand un mage sortit d’on ne savait où pouvait-il se permettre de lui donner des leçons de morales ? Dray fronça le nez et serra la mâchoire. Décidément, il ne pouvait pas le voir, cet Hellson : s’il était capable de les sauver maintenant, pourquoi est-ce qu’il ne l’aurait pas fait plus tôt ? Pourquoi est-ce qu’il avait attendu que ses vêtements soient dans cet état, que ses muscles soient meurtris, que son ongle soit éclaté ? Pourquoi avait-il attendu que Jesse-Rose soit blessée à ce point ? C’était vraiment un idiot. Certes, il doutait que le Lord auquel son père faisait allégeance puisse les aider dans une situation parallèle : mais tant qu’à aider, pourquoi ne pas le faire dès le départ ? Pourquoi attendre ? Drago était trop fermé pour comprendre qu’il s’agissait là d’une façon pour Hellson de leur apprendre à travailler en équiper, à s’entraider, à agir sans les adultes et à comprendre qu’ils pouvaient avoir besoin des autres. Aussi ce fut un souffle méprisant qui sortit de sa bouche.

« Tsss. »

Puis, avec un simple signe de tête à l’intention des jeunes filles pour les inviter à le suivre, Jesse toujours dans les bras, il prit la tête du groupe pour regagner le hall et, surtout, atteindre l’infirmerie. Il n’avait pas compris le message d’Hellson, y étant trop hermétique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3917
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Nov - 21:00
    Jesse-Rose avait demander à la première année qui n'était pas impliquée de rester dehors car elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose pendant qu'elle venait en aide à son amie et à Drago. Un combat rude qui mis K-O littéralement notre Serpentard. Après s'être relevée, elle avait appeler Drago Il faisait de plus en plus noir, Jesse avait froid : comme si une couverture glacée l'enveloppait petit à petit. Finalement une ombre devant la lumière, tout était flou mais elle voyait une silhouette noire qui s'approchait d'elle. C'est pourquoi elle décida de tenir le coup, de tenir bon : lever la tête bon sang ! C'était une Greenwood qui plus est Serpentard, ancienne élève de Durmstrang oui ou non ? Et puis un sort, pas n'importe le quel : celui qui donne la mort, l'éclair vert qui va avec puis plus rien. Jesse sût alors que cela ne pouvait être que Drago mais elle était étonnée de voir qu'il savait utiliser ce sort... Il était tellement puissant... Dangereux... Un simple sort qui ôte la vie aussi facilement que celui de « Lumos » mais qui selon son père puise dans les forces du lanceur ce qui en fait un sort aléatoire... Surtout quand un septième année l'utilise. La créature ne bougeait plus, elle avait pousser un dernier râle et c'était finit. Définitivement ? Peut-être car Jessie ne doutait pas de la puissance du Serpentard. Elle essayait de parler mais sa bouche ne voulait pas s'ouvrir. Drago passa son bras sous ses épaules pour l'aider à marcher et la rassura : ce qui étonna la sorcière. Certes ils n'arrêtaient pas de s'embêter, d'être possessif mais jamais ils n'avaient été aussi « proche. » En outre jamais elle n'avait vu Drago être comme cela à son égard : prévenant.

      « On va t’emmener à l’infirmerie, Jesse. On va s’occuper de toi. Je suis là. »

    Jesse s'accrochait à Drago et grimaçait à chaque pas, au moins la douleur lui permettait de rester consciente. Jesse se sentait faible, inutile, il n'y avait rien de glorifiant à s'être jetée dans la gueule de la bête : résultat des courses elle était mal au point et devait se laisser aider comme une infirme. Jessie-Rose n'arrivait plus à penser, lorsqu'elle sentit qu'on lui prenait la main, elle tenta d'ouvrir en grands ses yeux pour savoir l'identité de la personne : mais tout était encore flou. La main était petite : cela devait être une des deux jeunes filles. Sa voix était aïgue, elle se demandait ce qui coulait de son front, elle commençait à paniquer : il ne fallait pas paniquer. Drago était là, il n'allait pas l'abandonner, ils allaient tous regagner le hall gentiment hein ? Plus d'aventure pour ce soir : tout du moins pas pour la sorcière car cette dernière ne comprenait même plus ce qu'on lui disait, ses yeux se fermaient de plus en plus, l'envie de les fermer étaient insoutenables mais elle savait que si elle les fermaient : elle allait tomber dans les pommes or ce n'est pas conseiller. Quoiqu'il en soit, même si elle ne comprenait pas ce qu'on lui disait : le ton avait l'air d'être « joyeux », elle comprit seulement les mots héro ; Gossip Feather ; Sortir d'ici... Oui il fallait sortir. Prise d'un élan de motivation, elle respira un grand coup et essaya d'avancer plus vite : mieux valait ne pas tarder.
    *trou noir*

    Jesse entrouvrit les yeux lorsqu'elle entendit une porte se claquer. Elle était dans les bras de Drago et avait envie de crier : « WHAT THE HELL ?! » Mais ne pouvait pas, elle avait encore plus mal qu'avant. Jessie ne savait plus où ils étaient mais elle se rendit compte que Dray était tout aussi fatigué et peut-être blessé ? Jesse ne savait pas si la créature l'avait eut ou pas. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était dans les bras du Serpentard. C'était la première fois qu'on la portait comme cela : elle était toujours sortie sur ses deux jambes. Son père lui avait toujours appris à sortir la tête haute : sans pleurer, ni broncher quoiqu'il lui arrive : elle lui avait promis. Mais il semblerait que son corps ne puisse pas tenir cette promesse. Néanmoins, cela ne lui déplaisait pas mais elle aurait aimé marcher tout de même : fierté mal placé oblige. Soudain les filles s'exclamèrent, Dray poussa soupira de façon méprisante : Jessie ne savait pas ce qu'il ce passait mais apparemment cela ne plaisait pas à son « prince charmant ».

    *trou noir*


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 20 Jan - 16:53
Invité
Mable continuait de hurler de terreur accrochée à la pauvre cheville martyrisée de Drago. Elle n'avait pas vraiment prévu que celui-ci tombe à cause d'elle, et elle regrettait de l'avoir emportée à sa suite. Mais elle n'avait pas vraiment le temps de culpabiliser, trop occupé à tenter de sauver sa peau. Dans un premier temps, elle s'était mis à appeler au secours. Elle fut cependant rapidement stoppé dans son élan par la chute de Drago et leur ascension rapide dans l'antre de la bête. Ses hurlements n'eurent alors pas d'autre but que d'exprimer sa peur et sa surprise, ils ressemblaient plus à ceci: « Aaaaaaaah !!! AAAAAAAAAAAAAAAH ! ». Enfin bref, cela n'aidait personne mais pouvait-on en vouloir à une gamine de 11 ans d'être terrifiée à l'idée de finir dévorer par un sorte de plante-poulpe ? Mable n'avait aucun idée de se qu'était cette chose, mais un rapide coup d'œil apeuré en direction des tentacules qui la tiraient et de ce qui y était rattaché la firent crier de plus belle. Mais qu'est-ce que c'était que ce truc ?!

Par la suite, Mable eu beaucoup de mal à comprendre ce qui se passait. Elle saisit que Drago avait réussi à se retenir à quelque chose. A quoi ? Un mystère. Mable espérait juste qu'il n'avait pas suivit son exemple et n'avait pas attrapé Tess au passage, ou alors, ils étaient condamnés avant même d'avoir tenté quelque chose. Tess n'aurait jamais la force de retenir à la fois Drago et Mable. Sans parler de la force qu'exerçait la chose sur eux. Il semblait cependant tenir bon mais hurla à Jesse-Rose de faire quelque chose. Ou plutôt ordonna, ce que Mable trouva être une bonne idée.
La Serpentard ne tarda pas à débarquer, Tess était resté dehors. Mable avait de plus en plus mal aux doigts à force de s'agripper à Drago mais aussi aux jambes car les tentacules l'enserraient de plus en plus fort et la comprimait. Elle cria de nouveau de peur mais aussi de douleur. Les yeux fermées, aux bords des larmes, elle était persuadée qu'elle allait bientôt mourir.

Cependant, la pression exerçait sur eux se fit moins importante et il lui sembla que la créature ne s'acharnait plus à les tirer comme elle le faisait jusqu'à maintenant. Puis, Drago lâcha sa prise et le cœur de Mable sembla s'arrêter. Ils allaient être dévorés ! Mais la créature n'eut pas le temps de les trainer jusqu'à elle, ses tentacules furent de nouveau tranchées net. Alors, Mable s'empressa de se libérer de ces dernières, constatant au passage qu'elle nageait presque dans ce qui semblait être le sang de la créature. Une sorte de gelée verte écœurante qui lui collait aux jambes. Elle eut une grimace de dégout cependant que Jesse leur criait de courir. Un instant plus tard, Tess arriva en trombe à ses côtés. De nouveau, la créature hurlait de douleur de ce cri si inhumain. La jeune Serdaigle accepta la main de son amie comme celle de Merlin en personne et se releva rapidement. Parmi les hurlements, elle réussit à comprendre que celle-ci s'inquiétait de son sort.


« Oui oui, ça va » répondit-elle précipitamment.

Il n'était pas temps de discuter et Mable se voyait mal lui décrire les moindres sensations qui la secouait à cette instant. La liste aurait été trop longue. Entre la douleur de ses bras et de ses jambes, la peur qui lui tordait les entrailles, le dégout qui la faisait frissonner, et malgré tout le soulagement d'être pratiquement libre. Le tremblement de ses jambes et de sa voix aussi ... C'est pourquoi elle suivit la Poufsouffle qui passa devant Drago et sortit de la pièce, ce dernier à leur suite.
Elles coururent main dans la main un moment puis séparément, Mable n'étant pas blessée. Elle n'avait qu'une envie: fuir de là, courir le plus loin possible et ne jamais revenir. Elle ne comprit pas immédiatement que Tess s'était arrêté et c'est son hurlement qui l'interpela. Elle s'arrêta net et se retourna vers son amie.


« Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? »
répondit-elle paniquée.

« Y'a un problème, Jesse-Rose et Drago sont pas derrière » fut la réponse de la Poufsouffle.

Son cœur rata un battement en constatant que Tess avait raison. Personne ne les suivait, la porte de la salle était toujours ouverte. Et leur compagnon était forcément encore dedans.


« Oh non ! C'est pas possible ! »

Pourquoi n'étaient-il pas sortis avec eux ? Drago ne les avait-il pas suivit ? Il n'avait pas fait demi-tour tout de même !
Pendant que le cerveau de la Serdaigle tournait à plein régime, Tess elle ne réfléchit pas. Elle avait déjà fait demi-tour.


« Tess ! Qu'est-ce que tu fais ?! » s'exclama Mable, mais la jeune Poufsouffle était déjà à la porte, « Tess ! Attends ! »

La Serdaigle craignait pour la santé de son amie. Qui sait ce que la créature pouvait encore faire ! Elle n'avait pas prit le temps de constater les dégâts en s'enfuyant. Peut-être que la douleur avait décuplé la colère de la bête. Peut-être s'en était-elle prit aux Serpentards. Peut-être qu'ils avaient déjà été dévorés. Et Tess qui courait au massacre.


« Oh non ... » murmura-t-elle en rebroussant chemin vers les autres, courant pour la rattraper.

Arrivée sur les lieux, le spectacle lui fit écarquiller des yeux. La créature était écroulée, inerte, dans un coin de la pièce. Jesse-Rose se retenait à Drago qui tentait de la supporter. A leurs pieds gisaient des squelettes que Mable n'avait pas remarqué avant. Du sang coulait sur le front et le visage de la blonde et le Serpentard ne semblait pas au meilleur de sa forme aussi. Tess déblatéra un moment avant de prendre conscience de la gravité de la situation, ce dont Mable avait tout de suite eu conscience. Dans un acte dérisoire pour aider, son amie prit la main de Jesse-Rose pour l'aider à avancer. Mable quant-à elle, ne sut que faire. Et contrairement à ce qu'espérait Tess, ses nombreuses lectures ne les aideraient en rien. Bien entendu, elle s'était déjà penché sur les sortilèges de soins, mais elle savait pertinemment qu'elle n'avait pas le niveau pour les exécuter. Aussi, elle resta au seuil de la porte à les observer, se décalant pour les laisser passer, abasourdie par la situation. Drago prit Jesse-Rose dans ses bras, elle le regarda faire admirative et inquiète. Bien que l'état de Jesse-Rose soit grave, c'est aussi le comportement de Drago qui l'alarmait. Elle avait comme l'impression qu'il allait s'évanouir d'un instant à un autre. S'était-il prit un coup à la tête lui aussi ? Elle ne prêtait pas vraiment attention aux paroles de Tess qui semblait s'inquiéter pour la Serpendard, trop occupé à observer les deux Serpentards.
Puis, soudain, un force les poussa légèrement en avant et la porte se referma d'elle-même derrière eux. Un message s'inscrivit alors sur le mur qui leur faisait face.

Citation :
« Rassure-toi, jeune Tess, il suffit que tu demandes à Malefoy, il connaît le chemin de la sortie. Rappelez-vous que face à l'adversité, il n'y a rien de plus efficace que de s'unir et s'entraider, quelle que soit la maison à laquelle vous appartenez, votre âge, votre sang ou vos affinités. Une nouvelle ère est sur le point de commencer et il est grand temps que vous appreniez que l'union fait la force. Vous auriez pu perdre la vie en vous promenant dans cette partie dangereuse et inconnue du château : si j'étais vous, je ne toucherais plus jamais à ces portes, simple conseil. Au lieu de chercher à se jouer des plus jeunes que soi, apprenez à vous montrer plus mature et responsable. Le monde est en guerre. Il serait peut-être temps que vous en preniez conscience et que vous agissiez en conséquence. Les créatures auxquelles vous pouvaient être confrontées en ouvrant ces portes, vous pourriez les retrouver dehors sous d'autres formes. Alors ne vous reposez pas sur vos lauriers et apprenez à survivre. En équipe.

PS : Au passage, vous pourrez retrouver la petite Weasley endormie dans sa salle commune. Elle a eu de la chance que je sois là pour la tirer de la salle où elle avait été attirée.

Oswald Hellson »

Mable lut attentivement ces quelques mots, tentant d'en saisir le sens. Cela lui apprit beaucoup. Non seulement, tout ce qui venait de leur arrivé était prémédité. Mais par Hellson lui-même en plus ! Jusqu'ici, Mable aimait beaucoup ses idées, principalement parce que son propre père était moldu et qu'elle aurait tellement aimé qu'il n'est pas à vivre une « double vie ». D'un côté sa famille Sorcière et de l'autre côté, ses relations moldus. Et malgré l'enfermement, elle comprenait le but de cette démarche. Son intelligence lui avait permis de deviner qu'Hellson essayait seulement de rapprocher les différents élèves entre eux. Bien sur, elle s'était sentie démunie au début, ne sachant que faire sans adulte pour l'encadrer. Mais elle s'y était faite, se trouvant des alliés, des modèles, des protecteurs. Elle avait rapidement trouvé ses marques et s'était adapté. Mais ce qui venait de se passer était bien plus grave que de vivre sans adulte. Elle avait cru sa dernière heure arrivée, et elle n'était plus très sur d'avoir envie de faire confiance à Hellson et à ses méthodes. Savait-il vraiment ce qu'il faisait au moins ?
Cependant, ce n'était pas l'information qui la préoccupa le plus. Déjà, elle était soulagée de savoir que Lumina était en sécurité. Elle s'en serait terriblement voulu qu'il lui soit arrivé plus grand malheur.
Mais d'après ce qu'elle lisait, il y en avait aussi certain qui s'était joué des plus jeunes ce jour-là, et il ne lui fut pas difficile de comprendre cette personne n'était autre que Drago Malefoy. Jesse-Rose Greenwood n'était arrivée que plus tard, et elle leur avait sauvé la vie. Drago lui, les avait baladé dans ces cachots depuis le début. Au point qu'il s'y était perdu lui-même, la Serdaigle le comprenait maintenant. Ainsi, il s'amusait avec elles depuis le début ? Elle se tourna vers ce dernier et lui jeta un regard noir. Et dir qu'elle lui faisait confiance …

Elle ne sut pas si le Serpentard avait intercepté ce regard, mais elle sentit une rancœur monter en elle vis-à-vis du Serpentard, elle risquait d'avoir du mal à lui pardonner. Il avait déclaré la guerre … Et pourtant, Rowena savait que Mable détestait se faire des ennemis !
La simple réaction du Serpentard à la lecture du message réussit à confirmer son hypothèse. Il n'avait même pas l'air de regretter son geste. Quand il leur fit signe de le suivre, Mable s'exécuta en silence et fit tout le voyage jusqu'au hall d'entrée en silence avec l'horrible impression de n'avoir été qu'une marionnette …



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» Petite tornade [fini]
» la perte d'xp modifiable?
» Zorua / Zorua

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: