RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petites explications. (pv Alice)

avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Fév - 20:13
Invité
Une conversation anodine au détour d'un couloir a lieu entre deux jeunes filles.

-Tu savais toi que Alexander Black sortait avec Sullivan ?

Le ton de cette première voix témoignait d'une incrédulité totale, un peu comme si Voldemort annonçait qu'il adore les moldus. La nouvelle avait fait grand bruit dans le château et la question se posait encore et toujours sans que personne ne s'en lasse. Comment Sullivan avait-elle bien pu mettre le grappin sur Black ? Notez que personne n'avait envisagé que l'inverse soit possible.

-Pas jusqu'à ce que cela soit officiel, je n'y croyais pas mais des bruits circulaient déjà sur ces deux la.

-Moi je pensais qu'ils ne pouvaient pas se voir en peinture ces deux la. Comme quoi les gens sont bizarres.

-N'empêche que je me demande comment il fait pour supporter cette peste. Tu t'imagine toi sortir avec un mec qui a le même caractère de m.......

Les voix des deux jeunes filles allaient en s'amenuisant alors qu'elles tournaient à l'angle du couloir.
A cet instant le socle supportant une armure branlante pivota avec un grincement sourd laissant une tête ébouriffée apparaître au niveau du sol. Sur un visage couvert de poussière un air perplexe c'était affiché.

Une vingtaine de minutes plus tard, un individu débraillé franchissait l'entrée de la salle commune de serpentard, il fallu un moment à tout le monde pour le reconnaître, des traces de poussière sur le visage se confondant avec des cernes grosses comme des valises sous yeux. Quand à ses cheveux décolorés, il aurait put aussi bien être frappé par la foudre que ses cheveux auraient eu l'air mieux coiffé qu'actuellement, le reste de sa personne ne semble pas mieux, jean troué et T-shirt fripé, le tout marqué par différente substance étrange, il aurait aussi bien pu aller se balader dans un égout ... Par ailleurs, le fumet qui le suit semble attester de cette possibilité.
Mais ses yeux gris sont toujours aussi vifs, il ne lui faut pas longtemps pour repérer dans la masse des élèves présents dans la salle commune, la tête blonde de celle qu'il est venu chercher.
En quelques grande enjambées, il s'empare du poignet d'Alice et repart aussitôt à contre sens sans laisser à quiconque le temps de dire quoique ce soit.


-C'était pas Sam par hasard?
-Mais où est ce qu'il a trainé encore celui la ?
-En tout cas il avait pas l'air spécialement content, je crois que pour une fois Alice va en prendre pour son grade.
-J'aimerais bien voir ça. Tu crois qu'on peut les rattraper ?
-Laisse tomber, t'as déjà vu quelqu'un capable de le suivre dans ce château ?


Sur un hochement de tête général chacun dans la salle commune retournera à son occupation précédente tout en essayant d'imaginer la futur discussion entre les deux jeunes gens.

Quelques minutes supplémentaire s'écoulent. Des minutes durant lesquelles Sam traine sans trop d'efforts Alice à travers les sous sols du château sans rien dire, jusqu'à ce qu'il pousse un pan de mur en apparence ordinaire et qui pourtant pivotera sur une pièce aménagée en une sorte de petit salon de détente. Tout du moins était-ce le but d'origine, car maintenant le moindre meuble en dehors de deux fauteuils rembourrés et d'un sofa est recouvert d'objets disparates.
Le mur se refermera avec un claquement sec alors que Sam lâche Alice pour se planter face à elle les bras croisés.


-Alexander Black..!!!! Tu es tombée sur la tête?

Le ton y était, le regard également, c'était rare de voir Sam s'énerver contre Alice, se n'était d'ailleurs peut être pas arrivé de mémoire de qui que ce soit car Sam semblait tout lui passer même quand elle s'en prenait à lui. Et pourtant la cela semblait se produire. Dommage que la tenue pitoyable du jeune homme gâche le tableau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Fév - 21:40
Alice était nonchalamment avachie sur un fauteuil de la salle commune, comme elle en avait pris l'habitude depuis un moment déjà – depuis qu'il n'y avait plus de cours pour occuper vos journées ni de professeurs pour vous dicter votre conduite, à vrai dire. Le dos calé en biais contre le dossier et les jambes passées par-dessus un accoudoir, elle avait tranquillement posé sur ses genoux un livre dont elle tournait les pages à un rythme régulier. Elle l'avait déjà lu, ce livre, peut-être bien deux ou trois fois. Mais de tous les livres qu'elle avait emporté dans sa valise cette année, il n'en restait plus un seul qu'elle n'avait pas lu : après tout, il n'y avait pas grand chose d'autre à faire pour s'occuper, dans le château, en ces temps de crise. Oh, il y avait bien entendu les machinations, le despotisme, les joutes verbales, les attaques au coin des couloirs, les conspirations, les rumeurs, l'ambiance générale et le mystère ambiant, bref, toutes ces réjouissances habituelles pour se distraire relativement, mais il n'empêche que sinon, il n'y avait pas grand chose à faire. Dans la logique, Alice aurait certainement du passer beaucoup plus de temps avec son « petit-ami », Alexander Black, vu que c'était après tout ce que faisait tous les couples, se coller sans arrêt ; sauf que bien évidemment, le Gryffondor s'arrangeait toujours pour l'éviter au maximum sans éveiller les soupçons. Ils se voyaient quand même, bien sûr (ils avaient d'ailleurs bien du passer deux heures de la matinée ensemble, ce jour-là, jusqu'à ce qu'Alex prétexte une hypothétique réunion dans sa salle commune pour se sauver), mais Alice n'était pas dupe : il faudrait donc qu'elle lui touche quatre mots sur la façon dont les choses avaient intérêt à se passer, si môssieur ne voulait pas que le secret de ses deux meilleures amies soit révélé à tous les élèves, puis ensuite aux parents, à la direction et au Ministère quand tout ce bazar serait réglé. Il avait accepté le deal (pardon, le chantage), alors il avait intérêt à tenir sa part du contrat. Si jamais Gossip Feather venait à se douter qu'il y avait anguille sous roche dans cette relation et si, pire, elle venait à découvrir puis balancer l'info sur Kaysa Potter et Nina Lupin avant elle, Alice aurait fait tout ça pour rien et verrait alors un de ses meilleurs moyens pour nuire à son ennemie jurée tomber à l'eau. Et de cela, il était hors de question.

La jeune fille blonde avait donc naturellement investi la salle commune de sa maison, cet après-midi là, à défaut d'avoir l'envie de se balader dans le château ou de faire autre chose. Elle y avait trouvé Selena, avec qui elle avait pu discuter cordialement un bon moment, et maintenant, elle lisait tranquillement. Elle appréciait le calme de cette salle commune depuis qu'elle avait ordonné le départ de ce qu'elle considérait comme des « nuisances sonores », soit tous les premières et deuxièmes années à qui le jeune âge portait préjudice aux yeux de l'Impératrice. Un fauteuil confortable, un calme ambiant seulement teinté du fond sonore des conversations, un livre intéressant, tout était parfait. Il ne manquait plus que la tasse de thé ou le verre de jus de citrouille, tiens, et ce serait le top. Alice lissa machinalement un pli de son jeans sombre et tira sur le gilet gris qu'elle portait par-dessus un haut noir, puis se demanda pensivement si elle ne pourrait pas attraper un troisième année qui traînait par là pour lui ordonner d'aller lui chercher quelque chose à boire dans les cuisines. Elle en cherchait d'ailleurs un des yeux dans la masse présente lorsqu'elle vit Sam arriver. Non, à vrai dire, elle ne le vit pas tout de suite : lorsqu'elle posa les yeux sur lui, il lui attrapait déjà le poignet pour la tirer avec lui. Ce geste la surprit suffisamment pour qu'elle en oublie de protester immédiatement, et elle eut juste le temps d'abandonner son livre sur le fauteuil qu'elle occupait quelques instants plus tôt avant de se trouver contrainte d'emboîter le pas à l'autre Serpentard. Allons bon, qu'est-ce que c'était que ça ? Ils avaient à peine franchis le seuil de la salle commune qu'Alice se mit à protester d'une voix impérieuse et outrée à la fois, tirant vaguement sur son poignet et demandant plusieurs fois à Sam quelle pile il avait pété aujourd'hui, au juste. Mais le blond qui était d'ailleurs dans un état pour le moins surprenant garda obstinément le silence, si bien qu'Alice finit par l'imiter, une moue contrariée sur le visage.

Elle ne savait pas ce qui lui prenait et elle n'en avait cure : on ne la traînait pas comme ça sans un mot, point à la ligne. Sam se croyait-il tout permis ? C'était étrange, tout de même ; malgré son irritation, Alice pouvait aisément s'en rendre compte. Du coup, elle se demandait ce qui pouvait bien lui prendre. Avait-il découvert quelque chose lors de ses explorations ? Allait-il enfin lui dire ce qu'il trafiquait au juste en secret ? Et bien non. Lorsqu'ils arrivèrent dans une salle qu'Alice ne connaissait que vaguement et lorsque Sam se planta face à elle, bras croisés et regard noir, lorsqu'il lui posa cette question de cette façon et avec ce ton, la jeune fille haussa un sourcil. Elle ne s'était vraiment pas attendue à ça, surtout que voir le septième année s'énerver n'était certes pas chose... courante. Comment ça, si elle avait perdu la tête ? Est-ce que c'était si étonnant que ça, qu'elle sorte avec Alexander Black ? ...En vérité, oui, et pas qu'un peu. Ils étaient ennemis avant d'être amants, et même s'il y avait eu un jeu ambigu entre eux, il n'y avait jamais eu le moindre amour : tout ne tournait qu'autour d'un chantage visant à détruire le Trio infernal, à causer du tort à cette fille qu'elle ne pouvait pas supporter, juste pour mettre son grain de sel, tout faire partir en vrille. Mais cela, personne ne le savait hormis les concernés.

« Quoi, Alexander Black ? »

Alice continuait de hausser un sourcil d'un air relativement blasé, mais l'agacement était parfaitement perceptible dans sa voix : elle n'appréciait pas du tout le ton qu'employait Sam, ni la question, ni même la situation. Elle n'avait aucun compte à rendre, et même si elle avait parfaitement compris de quoi il voulait parler, elle se contentait de poser cette question d'un air blasé et plus ou moins indifférent. Puis, observant Sam de haut en bas, elle plissa le nez et enchaîna :

« Bon sang, mais qu'est-ce que tu as fait pour être dans un état pareil ? Encore tes explorations secrètes à la noix ? D'ailleurs, quand est-ce que tu te décideras à expliquer ce que tu fais au juste ? »

Bonne question.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 27 Fév - 21:21
Invité
Miss Sullivan n'était pas contente, oh que non. En même temps elle n'était pas habituée à être traitée ainsi, et encore moins par Sam.
Le garçon cligna des yeux quelque seconde en observant la miss, bon elle ne réagissait pas bien, peut être aurait il du s'y prendre autrement pour entamer la conversation. Mais maintenant qu'il était lancé, pas question de s'arrêter.
Toutefois la dernière question d'Alice sans le surprendre le détournera brièvement de son objectif. Oui que faisait il au juste, quelques images lui revenant en mémoire, images flou de ce qui c'était produit sous l'effet de la potion.


Ce que je fait. Voyons Alice tout le monde sais ce que je fait. Ou tout le monde croit savoir en tout cas.

Un instant il ferme les yeux, les trais de son visage crispé sous l'effet de la douleur qui lui vrille le crane et murmure comme pour lui même.

Même moi je croyais savoir mais cela ne m'a pourtant pas emmener ver ce que je voulais...Quoique, il me mènera peut être à lui.

Puis ses paupières s'agite et il semble à nouveau prendre conscience de la présence d'Alice et de l'endroit ou il se trouve, ainsi que de l'objectif de al conversation. Faire prendre conscience de la situation à cette écervelée.

Ce n'est pas de moi qu'on parle Alice, même si on pourrai parler de l'étrangeté de trouver un chien à trois tête en plein milieu du château, non non. C'est de toi qu'on parle et de la bosse que du doit cacher quelque par sous ton crane épais.

Plus tard Sam prendra probablement conscience de la folie qui devait l'habiter lorsqu'il a prononcer ces mots. Dire à Alice Sullivan qu'elle a le crane épais, c'est comme de relever le carter protégeant le déclencheur de la bombe atomique, il ne manque plus qu'une simple pression pour tout faire péter. Et évidement l'inconscient qui va appuyer sur le bouton est votre serviteur ici présent.

Oui une grosse bosse, car il à probablement fallu te frapper brutalement sur la tête pour que tu ne fasse que songer à sortir avec black. Donc pour que tu en vienne à réellement sortir avec, tu a du récolter un sacré nombre de bosse.


Une par de Sam se demandait encore pourquoi cela l'exaspérait à ce point. Alice faisait toujours ce qu'elle voulait pour des raisons qu'elle était la seule à connaître et sans tenir compte de l'avis des autres, encore moins du sien d'ailleurs, mais jusque la cela ne l'avait pas vraiment affecté.

Tu peut peut être tromper les gens Alice, toi et ce Gryffondor vous pouvez très bien faire croire à tout le monde que vous vivez dans un monde parfait tout les deux ensemble, mais n'imagine pas que je tomberai dans le panneau, une pierre aurait plus de chance de devenir ministre de la magie.

Et avec 100% de vote favorable en plus.

Et non ce n'est pas la peine de me faire ce regard la, cela ne marchera pas cette fois, en fait cela ne marchait jusque la que parce que je le voulais bien donc fait toi une raison.

Oui elle pouvait ce faire une raison, pare-que apparemment, personne ne sortirait de cette pièce tant qu'elle ne lui aurait pas tout dit. Et connaissant les deux personnage, cela pouvait très bien durer un petit moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Fév - 19:09
Sam ferma un instant les yeux, et Alice crut déceler une grimace de douleur sur les traits de son visage. Allons bon, mais que faisait-il donc ? Tout le monde savait que Sam Winalver menait des explorations secrètes dans le château, mais personne ne savait pourquoi ni de quoi il en retournait exactement. Le mystère restait entier, et plus les jours passaient et plus Alice en était agacée : c'était énervant, tout ce mystère, à la fin. Sam s'exprima alors à voix basse, dans un murmure qui semblait davantage être destiné à lui-même plutôt qu'à elle, et la blondinette haussa les sourcils d'un air effaré. Pardon ? Mais qu'est-ce qu'il racontait ? Est-ce que c'était elle ou Sam donnait vraiment l'impression de divaguer, d'être à l'ouest ? Tout cela était étrange, très étrange, et Alice se demanda de qui le jeune homme parlait en évoquant un mystérieux « lui ». Il pensait savoir ce qu'il faisait mais il n'avait finalement pas été amené vers ce qu'il voulait, toutefois peut-être que ça le mènerait à « lui » ? C'était... bizarre. Est-ce qu'il avait reçu un coup sur la tête ? Ou bien un sort l'avait rendu divaguant ? Alice l'observait maintenant d'un air effaré, se demandant bien ce qui pouvait lui arriver. Cependant, le septième année se reprit bien vite et lorsqu'il s'empara de nouveau de la parole, la blondinette haussa de nouveau les sourcils, proprement stupéfaite.

« Ce n'est pas de moi qu'on parle Alice, même si on pourrait parler de l'étrangeté de trouver un chien à trois têtes en plein milieu du château, non non. C'est de toi qu'on parle et de la bosse que tu dois cacher quelque par sous ton crâne épais. »

Attendez, attendez, attendez. Un chien à trois têtes ? ça, un chien à trois têtes ? Au milieu du château ? Un chien à trois têtes au milieu du château ? Il était tombé sur un chien à trois têtes au milieu du château et il n'avait rien dit ? Bon sang, mais où avait-il traîné et que faisait-il pour tomber sur ce genre de trucs ? Non, non, ce n'était pas le plus important. Le plus important, c'était cette histoire de bosse et de « crâne épais ».

« PARDON ? »

La voix incrédule et offusquée, Alice foudroya Sam du regard. Il lui paraissait maintenant évident que le Serpentard avait pété un câble. Il ne pouvait pas en être autrement. Oh, il s'était déjà montré un rien irritable et agaçant par le passé, il pouvait très bien l'être quand il le voulait, mais il restait de nature agréable et passive de manière générale, il ne venait jamais exiger des explications sur un ton autoritaire comme celui-ci. Donc, de toutes évidences, il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond pour qu'il le fasse aujourd'hui : s'il avait rencontré un chien à trois têtes, il s'était peut-être cogné quelque part en détalant et cela expliquerait tout. Ou presque. Mais bref. Sans se laisser démonter, Sam enchaîna et Alice continua de le fixer avec un savant mélange de stupéfaction et d'irritation profonde. Alors ça, c'était la meilleure; D'où se croyait-il permis d'avoir quelque chose à dire sur sa décision de sortir avec Alexander Black ? Certes, ce couple n'était en vérité pas si normal que ça et reposait uniquement sur la base du chantage, donc les doutes et l'incompréhension de Sam se comprenaient parfaitement, surtout du fait qu'ils se connaissaient depuis qu'ils étaient gosses, tous les deux, mais la blondinette n'appréciait vraiment pas le ton du septième année ni-même sa manière de présenter les choses. Il n'avait rien à dire, point, et il n'avait certainement pas le droit de dire qu'elle était tombée sur la tête comme n'importe quelle écervelée pour sortir avec le Gryffondor. De un, elle faisait ce qu'elle voulait, et de deux, elle le faisait dans un but précis. De ça, personne n'était au courant, techniquement, et il était hors de question qu'elle raconte tout à Sam. Non pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, au contraire, mais là, elle était suffisamment agacée pour refuser d'aller dans son sens et lui donner raison quant-à ses doutes.

Elle continua de le regarder d'un œil noir, et lorsqu'il lui dit que ce n'était pas la peine de lui faire ce « regard-là », elle en fut encore plus frustrée et agacée. Allons bon, il avait décidé de l'énerver aujourd'hui ou quoi ? Elle pinça légèrement les lèvres lorsqu'il lui dit que ça ne marcherait plus avec lui, et que ça ne marchait seulement parce qu'il le voulait bien jusqu'ici. Ah oui, vraiment ? Elle n'allait certainement pas laisser passer ça. Elle le fusilla donc à nouveau du regard et répliqua avec humeur :

« Me faire une raison ? Non mais tu te moques de moi ? Tu sais ce qu'il te dit, le crâne épais couvert de bosses ? Va te faire voir. »

Elle était contrariée, oui, mais quoi de plus normal ? Elle fronça les sourcils, croisa résolument les bras et continua sèchement, impérieuse et dédaigneuse :

« C'est plutôt toi qui a pris un sacré coup sur la tête, si tu veux mon avis. Je fais encore ce que je veux, jusqu'à preuve du contraire. Et ce n'est pas moi qui parle de chien à trois têtes et qui pète un câble sans prévenir, donc je pense pouvoir affirmer être la plus saine d'esprit de nous deux. »

Elle pianota d'un air agacé sur son bras du bout des doigts, machinalement, puis haussa un sourcil avant d'enchaîner sur un ton railleur :

« Je sors effectivement avec lui, point. La conversation est finie, c'est bon ? »

Elle doutait évidemment que ce soit le cas et elle n'attendait à vrai dire pas du tout l'autorisation de Sam pour s'en aller, mais ce n'était là qu'un moyen de se montrer sarcastique et de signaler le fait que cette entrevue ne lui plaisait pas du tout pour le moment. Évidemment.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 1 Mar - 21:53
Invité

Oui, il fallait forcément s'attendre à ce qu'elle ce braque, sont entrée en matière n'avait pas été très douce déjà, mais la suite avait semblé encore moins lui plaire, surtout l'histoire du crane. IL aurait peut être du mieux choisir ses mots avant d'attaquer, mais maintenant c'était trop tard.
L'histoire du chien à trois têtes sembla la surprendre, lui aussi avait été surpris sur le coup, et pourtant en songeant à ce maudit château on pourrait supposer qu'il y a bien pire de dissimuler la dedans.
Enfin bon passons sur le chien et occupons nous de la blondinette fulminant comme une cocotte minute juste sous son nez, c'est comme s'il voyait l'aiguille de la jauge de pression montée petit à petit sous l'influence de chacun des geste d'Alice, un sourcil haussé, pianotement des doigts ou encore ce petit air obstiné qu'elle affiche toujours quand elle à décidé de faire la mule.
Mais ce n'était pas une si mauvaise chose, une Alice calme et maitresse d'elle même pouvait détourner la conversation en un instant, toutefois, énervée la suffisamment, faite lui perdre un tant soit peut le contrôle et elle finira par lâcher des bride, pas grand chose au débuts, mais en exploitant chaque information avec patience vous finirez par en sortir quelque chose d'intelligible et utile, peut être même qu'elle craquera et qu'elle vous révèlera tout d'un coup, mais ne rêvé pas trop.


Il y a bien plus à voir dans ce château qu'un chien à trois tête tu sais. Mais bon si ca suffit pour t'impressionner...D'ailleurs je me demande comment ils ont fait pour faire entrer une si grosse bestiole dans cette petite pièce. Tu crois qu'ils l'ont élevé comme ça à l'intérieur? Parce que tu aurais du voir l'animal y a de quoi manger dessus.

Sam ne serait-il pas un peu distrait ces derniers temps? D'accord c'est un feu follet mais de la à ne pas pouvoir ce concentrer sur plus d'un sujet, surtout en ce qui concerne Alice cela en deviendrait inquiétant.
Comme tout à l'heure Sam semble s'apercevoir qu'il vient encore de divaguer, mais qu'Alice ne s'en rassure pas pour autant, c'est pour mieux revenir à la charge semble t-il.


Tu sort avec Black et point? Pas de grand discours sur les sentiments réciproque qui ont évolués dans l'ombre ces dernières années avant de saisir l'occasion que nous a offert Hellson d'être reclus dans ce tas de pierre pour exploser au grand jour? En t'entendre on croirait que te faire traiter de crane épais te gène plus que la remise en question de ta relation avec ce.... Gryffondor.

Tient, Sam avait-il un autre qualificatif en tête? Plusieurs en fait mais s'en servir maintenant n'aurait rien donner de constructif. En fait il aurait même donné l'impression d'être jaloux..Jaloux Sam? N'importe quoi. Alice fait et fera toujours ce qu'elle veut que cela gène Sam ou non. Mais la c'était différent car elle agissait contre nature. Voilà c'est tout. Et c'était bien suffisant.

Il y a autre chose pas vrai? A vrai dire, que Black ait pu envisager de sortir avec toi pendant un temps ne serait pas étonnant, et je comprendrai que ton...Tempérament...Ait pu l'attirer. Mais ca ne colle pas. Et ne dit pas le contraire, je sais qu'il est séduisant, intelligent drôle et charmeur plus nombre d'autre épithète plus avantageux les un que les autres. Sauf que vous êtes comme le feu et la glace, complètement incompatible.

Tout en parlant, Sam observait Alice et tout les petit signe que nous avons évoqué au dessus, un changement d'expression qui pourrait le pousser dans la bonne direction alors qu'il jetait quelque idée au hasard pour alimenter son flot de parole et ne pas lui laisser le temps de reprendre les choses en mains.

Donc autre chose. Mais quoi? Je ne pense pas que tu puisse t'ennuyer à ce point, si c'était le cas tu te serais simplement occupé en martyrisant un peu plus les autres que d'habitude, d'ailleurs tu t'est un peu calmé la dessus ces derniers temps, un coup de fatigues peut être, enfin bon on s'en fiche un peu de cela.
Autres option, quelqu'un t'a fait boire un philtre ou alors on t'a jeté un sort, c'est possible, tout le monde semble sortir sa baguette pour n'importe quoi ou boire la première potion venu pour en voir les effets en ce moment. Bandes d'inconscients, il ne doivent pas rigoler en subissant les contrecoups de certaines, ca c'est moi qui te le dit.


Oui oui, je confirme c'est bien Sam qui vient de les traiter d'inconscients alors qu'il est le premier à faire ce qu'il critique chez les autres. Mais aussi bien Sam prétend apparemment savoir ce qu'il fait non? Comme il dit, il « Maitrise ».

Quoi d'autre sinon...Voyons voyons...Quelqu'un? Quelqu'un d'autre à qui tu voudrais faire du mal..En dehors de Black bien sur. Si je te dit Kaysa Potter? Comme elle doit enrager de te voir le bel Alex s'afficher avec..Comment elle dit? La reine des peste je crois. Forcément cela ne doit pas embêter seulement Kaysa, mais un grand nombre de personne tout autour. Tu croit qu'elles peuvent te détester encore plus qu'avant? Cela m'aurait sembler impossible mais la tu bas tout les records.

Maintenant qu'il l'évoquait, cette dernière hypothèse lui semblait bien plus plausible que les autres. Que cela ait un lien avec la jeune Potter ne l'étonnerait pas, c'était bien du niveau d'Alice de lui piquer son chouchou sous les yeux. Parce que miss Potter va peut être à droite à gauche, mais elle revient toujours ver Black comme un papillon ver la chandelle.
Mais maintenant il lui fallait rester concentrer sur une autre source de chaleur et de lumière, le volcan Sullivan est sur le point d'éclater. Est ce qu'il dévastera tout sur son passage?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Mar - 22:49
Alice savait qu'elle ferait mieux de garder son calme. Elle y arrivait toujours ou presque, et c'était ça son truc, rester calme et affreusement souriante devant un ennemi pour l'énerver et garder le contrôle de la situation. Combien de fois avait-elle pu faire le coup à Kaysa, lors d'une de leur nombreuse joute verbale ? Elle aimait s'adresser à elle comme à une amie, hypocrite à souhait, en sachant pertinemment que cela tapait sur le système de la brunette. Elle aurait du faire la même chose avec Sam, faire semblant de prendre les choses à la légère et à la rigolade pour ne pas lui répondre et garder le contrôle de la situation, mais il avait visiblement un don pour lui taper sur le système quand il le voulait. Il commença tout d'abord par divaguer quelque peu au sujet du chien à trois têtes, et Alice plissa légèrement le nez d'un air dédaigneux lorsqu'il souleva la possibilité que cela suffise à l'impressionner – COMME si c'était le cas. Elle n'était pas du tout impressionnée par un chien à trois têtes, enfin. Elle trouvait juste ça bizarre – normal, non ? Et puis, quel était ce ton condescendant que Sam osait prendre, comme s'il savait des choses qu'elle ne savait pas ? C'était horripilant. Ceci dit, elle crut pendant un instant que la divagation de Sam lui permettrait d'orienter la conversation sur un autre sujet ; elle se trompait. Le jeune homme repartit de plus belle à l'attaque, et Alice l'écouta sans mot dire, sourcils se fronçant progressivement au fur-et-à-mesure. Pas de discours sur les sentiments qui auraient évolué dans l'ombre ? Non. Non, tout simplement parce qu'il n'y en avait aucun ; ou plutôt si, il y avait eu une sorte de tout petit lien innommable entre eux, né avec le jeu de séduction, mais qui s'était complètement tarit depuis le chantage : il n'y avait plus que détestation, dorénavant, et c'était logique. Alice était le bourreau ; et à moins qu'Alexander Black ne soit atteint du syndrome de Stockholm, il était logique qu'il la déteste. Et elle s'en accommodait.

Pendant un instant, Alice crut que Sam allait utiliser un terme peu flatteur pour désigner le Gryffondor ; elle haussa insensiblement un sourcil. Puis elle se souvint que la relation entre les deux jeunes hommes n'était pas des plus amicales – ou tout du moins, c'était ce qu'elle croyait se rappeler. Elle pouvait peut-être se tromper. Après tout, le Serpentard restait une énigme au niveau de ses relations : il n'y avait rien de noir ou de blanc chez lui, tout était gris. Et puis, il pouvait avoir des relations tellement bizarres... Comme lorsqu'il s'était rapproché de l'hystérique de Jillian Stewart, là. Mais bref, ce n'était ici pas le propos. Sam commençait tout doucement, et dangereusement, à se rapprocher de la vérité : de toutes évidences, il était persuadé qu'il y avait autre chose. Pendant une courte seconde, Alice ressentit un certain désemparement mêlé d'agacement : était-elle donc si limpide ? Son petit jeu était-il si clair que ça ? Quelle guigne. Ses doigts se resserrèrent imperceptiblement autour de ses bras et elle s'efforça tant bien que mal de retenir le froncement de sourcils agacé qui lui venait ; il ne fallait pas qu'elle laisse transparaitre ses émotions, bon sang. Sauf que là...

« Sauf que vous êtes comme le feu et la glace, complètement incompatibles. »

...Oh et puis merde. Rêvait-elle ou était-il en train de lui faire bel et bien la leçon, comme si elle n'était qu'une gosse sans jugeote à qui il fallait expliquer par A + B qu'elle était totalement dans l'erreur ? C'était plus fort qu'elle, à chaque phrase supplémentaire de Sam, elle sentait la colère prendre le pas sur l'agacement et se retrouvait à grincer des dents. Spontanément, elle siffla entre ses dents d'une voix grondante :

« Winalver. »

Ce nom sonnait comme une menace, comme une injonction à son égard ; elle en avait assez entendu. Il était rare ou voire même très rare qu'elle utilise le nom de famille de Sam plutôt que son prénom, d'ailleurs, mais dans ce genre de situation, cela signifiait clairement qu'elle n'appréciait pas du tout ce qui était en train de se dérouler. Mais Sam ne s'arrêta pas pour autant. Il supposait donc bien qu'il y avait quelque chose là-dessous ; ce qui était vrai. Mais Alice ne comptait pas l'éclairer de si tôt. Il souleva l'hypothèse de l'ennui, mais ce n'était pas vraiment ça.

« ...si c'était le cas tu te serais simplement occupée en martyrisant un peu plus les autres que d'habitude, d'ailleurs tu t'es un peu calmée là-dessus ces derniers temps, un coup de fatigue peut être... »
« Un coup de fatigue ?! »

Vexée, Alice le fusilla du regard – comment ça, un coup de FATIGUE ? Elle n'avait jamais de coups de fatigue, surtout pas pour martyriser les autres. C'était son dada, son passe-temps, son petit plaisir de despote. S'était-elle vraiment calmée ces derniers temps ? L'idée l'effarait, et elle n'arrivait pas vraiment à se visualiser les faits : il était vrai qu'elle passait plus de temps en compagnie d'Alexander, bien que celui-ci s'arrangeait souvent pour lui faire faux-bond. Mais elle avait éjecté tous les gamins de Serpentard de la salle commune, sans parler d'Eden Swan, et elle ne se privait jamais d'invectiver quelqu'un lorsqu'elle se promenait dans les couloirs ; récemment, elle avait eu le loisir de rencontrer Kaysa au détour d'un couloir, et appuyer là où ça faisait mal avait été un vrai plaisir. Certes, elle n'avait plus spécialement le temps de faire trembler de peur tous ces gamins qui ne demandaient qu'à être dressés, mais de là à dire qu'elle s'était calmée ? Non, elle refusait. Ceci dit, elle n'ajouta rien et Sam enchaîna. Fatalement, il en vint à soulever l'hypothèse qui était la plus juste : le fait qu'Alice fasse ça contre Kaysa Potter et pour nuire au Trio Infernal qui représentait incontestablement tout ce qu'elle méprisait et détestait. Alice prit soin de ne pas réagir, de rester totalement immobile et néanmoins toujours aussi agacée.

« Tu crois qu'elles peuvent te détester encore plus qu'avant ? Cela m'aurait semblé impossible mais là tu bats tous les records. »

Ah, enfin quelque chose de positif. Alice esquissa un sourire furtif au coin de ses lèvres.

« J'espère bien. »

Elle ne cherchait pas des liens d'amitié affreusement niais avec les gens, non ; elle était née pour être l'ennemie de tout le monde. Sans vraiment savoir pourquoi, elle cherchait à ce qu'on la déteste, à ce qu'on la craigne, à ce qu'on la jalouse, à ce qu'on la connaisse non pas comme une gentille Serpentard blondinette mais effectivement comme la reine des garces. C'était toujours mieux que n'être rien du tout, après tout.

« Bref. Reprenons. »

Alice se déplaça légèrement en arrière pour s'appuyer contre une table derrière elle, bras toujours croisés. Elle ne savait pas combien de temps durerait la conversation, mais si visiblement Sam cherchait des explications, il ne la laisserait probablement pas partir aussi facilement. Soit. Et puis, elle ne voulait pas donner l'impression de fuir. C'était pour les faibles, ça. Elle décroisa les bras un instant pour lisser machinalement son haut, puis croisa les jambes et reprit d'une voix autoritaire accompagnée d'un de ses éternels regards impérieux :

« Tu vas tout de suite changer de ton avec moi, de un, mon grand. Est-ce que j'ai des comptes à te rendre ? Non. Alors arrête de me parler comme si j'étais n'importe quelle petite gamine écervelée à qui on ferait facilement la leçon. Je n'ai pas à me justifier, ni encore moins à apporter des preuves de la... relation qu'il y a entre Alexander et moi. Compris ? »

Oh, elle doutait que ce soit le cas mais il fallait remettre les pendules à l'heure. Comme si elle allait gentiment obéir à Sam et tout lui expliquer...

« Cependant, si tu veux savoir, on ne m'a jeté aucun sort, je n'ai bu aucune potion stupide et si, effectivement, la miss Potter prend très mal la situation, je m'en moque. Ou plutôt si, ça m'amuse plus qu'autre chose. »

Elle ne voyait pas l'intérêt de le cacher ; le nier aurait été se trahir. Néanmoins, elle se refusait à avouer que c'était uniquement dans le but de causer du tort à son ennemie jurée qu'elle sortait avec Alexander Black. Mieux valait que tout le pense qu'il y avait bel et bien quelque chose entre la Gyrffondor et la Serpentard... Que cela cause encore plus de problèmes. Alice haussa un sourcil dédaigneux, croisant de nouveau les bras.

« Ça paraît donc si improbable que nous sortions ensemble ? Je veux bien le croire, certes, mais les faits sont là. Et entre temps, tu dis que nous sommes incompatibles, mais regarde les choses en face : les faits sont que nous sommes ensemble, ce 'Gryffondor' et moi. »

Il ne manquait plus que le 'Et toc.', oui. Alors qu'Alice bluffait complètement, bien entendu ; et elle savait d'expérience que Sam n'était pas du genre à se laisser piéger facilement. De plus, elle se refusait à parler clairement de sentiments : quand bien même elle jouait la comédie, quelque chose en elle la rebutait de faire comme si elle était amoureuse. D'un Gryffondor, de surcroît. Non, elle avait sa fierté ; elle devait jouer la comédie et faire comme s'ils sortaient ensemble pour le bien de son plan, mais elle ne tenait pas non plus à jacasser à tort et à travers de ses (faux) sentiments envers le Gryffondor : on la prendrait pour une petite groupie, et elle perdrait toute sa crédibilité. Non, elle devait conserver sa dignité tout en menant ce projet à bien. Ce n'était pas facile, mais le jeu en valait la chandelle.

« Donc prends-toi la tête autant qu'il te plaira, Sam, mais toujours est-il que les choses sont tout simplement ce qu'elles sont. Basta. »

Ou pas.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 3 Avr - 19:22
Invité

Improbable?

S'il n'y répondait pas, cela lui éviterait quelque ennui, mais en même temps, lui aussi appréciait de pouvoir appuyer la ou cela faisait mal de temps en temps, et en plus s'il pouvait augmenter encore le doute dans l'esprit d'Alice, les chose pourrait tourner en sa faveur.

Non je ne dirais pas improbable, carrément impossible conviendrait mieux. Ce serait comme d'aller te planter devant un moldu, lui dire que tu es une sorcière venant d'une famille de sang pur estimant que les moldus devraient ramper à leur pieds. Qui pourrait avaler ça?

Il existe probablement quelque moldus suffisamment crédules et stupides pour y croire mais ils sont tellement minimes.
Sam devait maintenant repasser à l'attaque, Alice avait toujours été un adversaire formidable dans le domaine de la dissimulation et du secret, mais il n'était pas un débutant dans ce domaine la non plus, et extraire les secret était une de ses passion.


Enfin bon passons. Il y a autre chose de bizarre la dedans. Comment le retiens tu? Pour qu'il accepte de jouer les chiens de manchons tu a forcément du trouver quelque chose. Quelque chose de si important qu'il n'a pas eu le choix que d'accepter. Et qu'il ne peut pas en parler à qui que ce soit non plus, car cela risque d'attirer des problème.

Sur cette supposition Sam par bien évidement du fait qu'il n'existe réellement pas de lien entre Alice et Black. Chose qu'elle pourrait finir par admettre, mais cela ne l'avancerait pas plus de toute façon. Pas s'il ne découvre pas l'information qu'elle détiens.

Tu a pensé qu'il pourrait finalement s'en moquer et décider de tout arrêter? Il en serrait bien capable d'ailleurs, peut importe l'importance de l'information que tu possède, tu ne pourras pas le brider bien longtemps.

Et peut importe la pression qu'il métrait sur elle, cette conversation resterait stérile s'il n'y ajoutait rien d'intéressant pour elle. Même s'il devrait le faire de façon à garder la main mise sur l'importance de l'information.

Et combien de temps est ce que toi tu pourra supporter ça? Jouer les amoureuse alors que tu ne ressens rien? Enfin rien...Je devrais dire jouer les amoureuse alors que tu ne ressent que du mépris pour ton « chéri ».

Peut être qu'a force d'affirmer à Alice qu'elle ne ressentait rien, elle finirait pas cesser de faire le contraire, dans le pire des cas cela faisait monter encore un peu la température, contrarier la blondinette n'avait pas vraiment marcher jusque la, mais il n'allait pas changer de méthode si simplement sinon elle aurait l'impression d'avoir prit le point.

En plus.. A quoi cela t'avance honnêtement? Ce n'est pas en ennuyant Black qu'on trouvera une sortie, parce que pour l'instant on s'en sort pas trop mal, mais le statu quo ne sera pas toujours maintenu.
Que ce passera t-il lorsque quelqu'un décidera que Alice Sullivan ne peut pas garder Black pour elle seule?


Si Sam évoquait les chose ainsi, c'est parce qu'il était presque sur maintenant qu'une solution à la situation ne serait pas trouvée avant longtemps, si les adultes à l'extérieur avaient pu faire quelque chose, ce serait déjà fait, quand à l'espoir de mettre la main sur le lanceur de sort, il s'était amoindri dans la nuit lors de sa progression délirante sous les effets de la potion.

Ce foutu mage nous a jouer un sale tour à tous, il n'est pas différent des autres avec ses beau discours, cela ne l'a pas empêcher d'abandonner son...

Il c'était laisser aller à parler bien trop vite, cette information ne devait pas lui échapper maintenant pourtant, peut être qu'il n'aurait pas du affronter l'affronter maintenant, une vrai nuit de repos lui aurait fait du bien après autant de temps sans dormir, mais maintenant c'était trop tard et il allait devoir gérer un nouveau problème. Car même en l'ayant mise dans un tel état de nerfs, Sam ne doutait pas qu'Alice relèverait ses derniers mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Mai - 13:30
Bon. Sam refusait catégoriquement de mordre à l'hameçon. Pour lui, cette histoire n'était pas seulement improbable mais carrément impossible. Alice ne put s'empêcher de lever furtivement les yeux au ciel de contrariété. C'était ça le problème quand quelqu'un vous connaissait bien : il était extrêmement difficile de lui faire avaler les mêmes bobards que l'on sert sur un plateau aux autres. La blonde retint un soupir ennuyé et garda les bras croisés, toujours appuyée contre la table, tandis que l'autre Serpentard continuait de parler, refusant de lâcher prise. Elle voyait bien qu'il se doutait de quelque chose. Et lorsqu'il souleva l'hypothèse qu'elle puisse retenir Alexander contre son gré en usant de quelque chose d'important qu'il ne pouvait pas divulguer, Alice faillit trahir sa surprise en haussant les sourcils. Mais elle se contint et se contenta de regarder ailleurs pendant une seconde, sourcils légèrement froncés et l'air pensif. Sam touchait carrément la vérité du doigt, là. Il avait parfaitement compris sa manière de fonctionner et il supposait très bien. Il y avait effectivement un chantage là-dessous, elle avait effectivement trouvé quelque chose d'important dont elle se servait dans l'unique but de causer du tort au trio infernal qu'elle détestait par principe depuis sa toute première année. Décidément, Sam était bien trop perspicace.

Lorsqu'il en vint à demander si elle avait pensé que le Gryffondor pourrait finir par décider de tout arrêter, Alice redoubla d'attention. Pensive, elle se pencha sur la question. C'était vrai, ça. Elle se rendait subitement compte qu'elle n'avait pas envisagé cette possibilité qui pourrait contrecarrer ses plans. Est-ce qu'Alexander Black pourrait finalement décider que l'information qu'elle détenait n'avait plus d'importance ? Non, il devait forcément tenir à son amie Nina Lupin... Suffisamment en tous cas pour ne pas vouloir que sa condition soit connue à travers tout le château transformé en huis clos, non ? À vrai dire, Alice avait toujours envisagé les choses sous cet angle. Mais maintenant que Sam soulevait une autre hypothèse, la jeune fille était forcée d'élargir son champ d'horizons. Il allait falloir redoubler de prudence. Il n'était pas exclu que le Gryffondor décide de tout envoyer en l'air. Il ne lui facilitait en aucun cas la tâche, depuis le début, alors qu'est-ce qui l'empêcherait de tout saboter dès qu'il en aurait l'occasion ? Rien, certainement. Peut-être même qu'il avait révélé la nature de leur relation basée sur le chantage à quelqu'un. Maintenant qu'elle y pensait, cela ne l'étonnerait même pas. Ces Gryffondors, tous les mêmes... Incapables de tenir leur langue et de faire front tous seuls. Et puis Black avait beaucoup d'amis. Elle-même avait révélé toute l'histoire à Jesse-Rose, parce qu'elle avait confiance en cette fille et qu'elle la savait de toutes façons proche de Black. Mais elle partait toujours du principe que moins de personnes savaient, mieux c'était. Voilà pourquoi d'ailleurs elle n'en avait pas parlé à Sam, alors qu'elle ne connaissait depuis si longtemps. Et elle n'était de toutes façons pas tout à fait sûre de la réaction que celui-ci aurait eu ; il était trop insaisissable, comme garçon. En tous cas, tout ce qu'espérait Alice, c'était qu'Alexander n'avait rien dit à Kaysa. Sinon, quel intérêt ? Si elle ne pouvait même plus atteindre la brunette de cette façon... Dans ce cas, il serait peut-être temps qu'elle revoie ses plans. Et qu'elle décide de tout arrêter elle-même avant de balancer l'info à Gossip Feather, au sujet de la lycanthropie d'une certaine Gryffondor. Attaquer avant d'être attaqué, une stratégie vieille comme le monde.

À nouveau, Sam avançait l'hypothèse que tout cela était du chiqué. Alice ne nia pas, gardant le silence ; elle n'avait pas envie de se défendre en disant que oh si, voyons, elle était amoureuse de ce Gryffondor. Ce n'était pas vrai et elle n'avait pas spécialement envie qu'on pense le contraire, malgré l'histoire du couple. Il y avait eu effectivement une époque où elle s'était rapprochée de Black, mais elle était révolue maintenant que ce chantage avait ramené toute la haine à la surface.

« En plus.. A quoi cela t'avance honnêtement? Ce n'est pas en ennuyant Black qu'on trouvera une sortie, parce que pour l'instant on s'en sort pas trop mal, mais le statu quo ne sera pas toujours maintenu. »

Alice haussa un sourcil, l'ait blasé. Allons bon, pourquoi évoquait-il ce sujet ? D'accord, l'important était peut-être bien cette histoire d'enfermement qui les touchait tous autant qu'ils étaient. Mais à vrai dire, Alice ne sentait pas énormément concernée. Elle ne comptait pas se bouger pour « trouver une sortie » comme disait Sam : il y aurait bien des gens pour le faire à sa place. Et puis, les adultes devaient se déchaîner dehors. Ce ne devait être qu'une question de temps avant qu'ils ne trouvent un moyen de lever le sort, non ?

« Je me fiche de ça. »

Sauf qu'il évoqua ensuite les choses sous un autre angle et à nouveau, Alice fut forcée de réfléchir. Que se passerait-il si quelqu'un décidait que cette histoire de couple avait assez duré ? Et bien... Oui, maintenant, vu sous cet angle, elle voulait bien concevoir que la situation actuelle pouvait présenter quelques inconvénients. Il était vrai que cette vie sans adultes et sans lois était plaisante. Du moment qu'elle servait ses intérêts. Si les ennuis devaient pleuvoir sur elle, nul doute qu'elle apprécierait moins le fait d'être enfermée. Mais elle préférait se raccrocher à l'idée que personne n'oserait quoi que ce soit. On la craignait. Non ? Et puis, tous ces gamins devaient avoir des principes, contrairement à elle. Sam devait dire ça exprès. Et cela la contrariait. Sauf que la contrariété fit rapidement place à la curiosité, lorsque le jeune homme laissa échapper quelque chose d'intéressant. Il interrompit bien vite sa phrase, comme s'il s'était rendu compte qu'il avait été trop loin, mais Alice avait parfaitement saisi. Il parlait d'Hellson, bien sûr, elle l'avait compris. Comment ça, il avait abandonné « son... » ? De quoi parlait-il ? Qu'est-ce que le mage avait bien pu laisser ?

« Abandonné son ? »

La curiosité piquée au vif et l'intérêt renouvelé, Alice décroisa les bras et quitta la table pour faire quelques pas insistants en direction de Sam. Il savait quelque chose. De toutes évidences, il avait découvert quelque chose à propos d'Hellson. Mais quoi ? Est-ce que cela avait un rapport avec ses absences prolongées ? Fort probablement. Elle devait savoir. Elle n'allait certainement pas le laisser s'en tirer à si bon compte.

« Qu'est-ce que tu sais, Sam ? Où est-ce que tu passes tout ton temps ? Tu essayes de trouver un moyen de sortir, c'est ça ? Qu'est-ce que tu as découvert au sujet d'Hellson ? Qu'est-ce qu'il a abandonné ? Explique. »



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 6 Juin - 22:46
Invité
Il y a des fois où Sam aimerait pouvoir faire des mini bonds dans le temps afin de rattraper ses erreurs. Franchement ce serait tellement pratique non? Revenir en arrière, corriger tel ou tel geste, se déposer la liste des réponses du prochain test dans un tiroir. Oui parfois Sam aimerait connaître un sort de saut dans le temps, ou même posséder un retourneur de temps, mais l'objet était trop rare.
Donc en attendant ce jour merveilleux, Sam faisait son possible pour ne pas mettre les pieds dans le plat ou éviter d'écraser la soupière juste après.
Mais là il avait carrément renversé toute la table, comment conserver l'ascendant sur les autres s'il laissait s'échapper aussi facilement les informations importantes ?
Il avait senti la faiblesse, sous peu elle lui aurait tout révélé, et voilà qu'en deux coups de cuillère à pot il lui avait fourni une arme contre lui.
Car lorsque Alice commençait à vous interroger, si vous ne retourniez pas immédiatement la vapeur, c'était cuit.
Il fallait donc y aller super fort et immédiatement.


Je croyais que tu te moquais qu'on puisse trouver une sortie?


C'était au tour de Sam de croiser les bras face à Alice en affichant un air impassible. La scène était toutefois un peu gâchée par l'état des vêtements de... Non par l'état de Sam en général et par le fait que sa petite taille ne lui avait jamais apporté d'avantages dans ce genre de situation.

Mais si ton copain Sam a fait tout le travail c'est le contraire, hein? Tu ne me dis rien mais je devrais te révéler sur le champs tout ce que j'apprends? Peu importe que j'ai failli y passer une demi douzaine de fois pour le découvrir d'ailleurs.
Et qu'est ce que j'obtiens en échange? Rien, zéro, nada, le vide sidéral.


Oui bon il avait un peu l'air de se plaindre comme un gamin là, même si c'était en partie vrai. Prendre tout les risques pour ensuite être considéré comme quantité négligeable ne lui plaisait pas, c'est ce qui l'avait construit peu à peu d'ailleurs, par dessous l'apparence espiègle et indolente de Sam ce cachait une effroyable machine à calculer, née du besoin de maitriser ce qui l'entourait, raison de ce comportement insaisissable qui énervait tant Alice d'ailleurs, choisir à qui dire quoi et de quel façon, négocier les information en sa possession ou non, Sam laisse rarement les choses au hasards et lorsqu'il gaffe c'est par choix. Sauf ce soir, sauf avec cette information là, peut être était-ce du à la fatigue, ou encore à son importance. Ou encore parce que la personne en face de lui s'appelait Alice Sulivan, et qu'il avalerait de la cuisine gobeline plutôt que d'avouer qu'il lui faisait confiance, à tort ou non.

Donc nous allons négocier. Un échange de bon procédés entre amis. Tu me dis de quelle façon tu tien Black par les... en ton pouvoir et moi je te révèle le fruit de ma dernière et non moins périlleuse entreprise dans les entrailles tentaculaire de ce château dont tu n'a même pas visité le tiers.
C'est honnête tu ne trouves pas? Et en prime je m'arrange pour que tu puisses le quitter avant qu'un groupe de folles ne tente de te coincer au détour d'un couloir alors que je ne suis pas dans le coin pour les en dissuader.


Il ne lui resterait plus qu'à aller voir Black et lui expliquer comment il l'avait libéré du diable, celui-ci comprendrait alors que Sam savait et en prime d'avoir une dette à son égard, il éviterait de venir lui chercher des ennuis. Les choses ne seraient peut être pas si terrible finalement.

C'est équitables non, tu sais que tu peux me faire confiance après tout on se connait depuis longtemps.
Pour te prouver ma bonne volonté, je te confirme que j'ai bien découvert quelque chose en rapport avec Hellson.


Voilà qui devrait suffisamment appâter la jeune fille. Car malgré ce qu'elle a pu dire jusque là, elle aussi devait avoir envie qu'on trouve la sortie. Tout le monde dans ce château désirait pouvoir traverser ce bouclier, bulle, champ de force ou quoi que ce soit.
Sam s'en voulait un pet de marchander ainsi avec Alice, comme il l'avait dit, tout deux se connaissaient depuis longtemps maintenant. Elle était d'ailleurs bien la seule à qui il accordait réellement sa confiance dans le château malgré quelque escarmouches occasionnelles, l'un comme l'autre n'étant pas des personnages faciles. Mais elle avait commencé, il se devait donc de jouer ainsi avec les cartes présentes dans sa main et en usant discrètement d'un peu de bluff. Car au fond, son information à lui était certes intéressante, mais ne résolvait toujours pas leur problèmes.
Il attendait donc, les bras toujours croisés, ce sourire commercial dont tout le monde devrait se méfier et qui marchait pourtant toujours plaqué sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Juin - 23:45
Sam croisait les bras à son tour. Alice l'observa fixement, se doutant déjà que le jeune homme ne répondrait certainement pas à ses questions seulement parce qu'elle l'avait exigé. Non, elle allait devoir insister. Si elle se moquait qu'ils puissent trouver une sortie ? Et bien, oui et non. À vrai dire, oui, elle s'en fichait royalement. Mais à plus long terme... Ils ne pouvaient pas non plus rester bloqués éternellement dans ce château, pas vrai ? Au bout d'un moment, elle se doutait parfaitement qu'elle finirait par en avoir assez, comme tous les autres. Et les choses pouvaient bien vite dégénérer dans un huis clos. Alice écouta Sam sans l'interrompre, se contentant d'hausser un sourcil lorsque celui-ci commença à protester légitimement au sujet du fait que lui devrait tout lui révéler sur le champ alors qu'elle-même lui cachait des choses. Et bien oui, vu comme ça, ce n'était pas juste. Et alors ? Elle ne s'était jamais targuée d'être l'incarnation de la justice. Cependant, lorsque Sam souleva le fait qu'il avait failli y 'passer une demi douzaine de fois', Alice fronça les sourcils. Vraiment ? Mais qu'avait-il pu bien découvrir pour que les risques soient si grands ? Où allait-il traîner au juste pour mettre sa vie en danger ? Décidément, cela l'intriguait. Et pas qu'un peu. Mieux valait savoir plutôt qu'ignorer, par ici.

« Donc nous allons négocier. Un échange de bon procédés entre amis. »

Alice haussa un sourcil. Comment ça, négocier ? À ses yeux, cela ressemblait plus à du chantage qu'à une négociation. Sam voulait qu'elle lui dise tout avant que lui-même ne lui révèle ce qu'il avait découvert. Voilà qui était dérangeant. De toute évidence, le Serpentard refusait de mordre à l'hameçon qui avait été tendu à tout Poudlard au sujet de l'hypothétique relation entre Alexander Black et elle. Il savait, il se doutait qu'il y avait quelque chose derrière tout ça. Et s'il ne démordait pas de cette idée, Alice savait par expérience qu'il serait quasiment impossible de lui faire croire le contraire. Donc elle était coincée. Oh, elle pouvait très bien se contenter de nier sans cesse et refuser obstinément de révéler la vérité à Sam. Mais ce n'est pas comme si cela servirait à grand chose ; elle voulait juste éviter que la vérité s'ébruite trop. Elle l'avait déjà dit à Jesse-Rose et elle soupçonnait cet abruti d'Alexander d'avoir cafté en allant chouiner dans les jupes de quelqu'un, donc elle ne souhaitait pas vraiment mettre plus de personnes au courant. Ceci dit, elle avait conscience que le secret finirait forcément par s'ébruiter de plus en plus, et cela la convainquait de penser qu'il faudrait bientôt qu'elle retourne sa veste et mette un terme à tout ça. De manière à ce que ça l'arrange elle. Et puis, après tout, Sam n'était pas n'importe qui. Il était vrai, comme il disait, qu'elle pouvait lui faire confiance. Plus que bien d'autres, à vrai dire. Ce n'est pas comme si elle devait révéler le secret à un inconnu ou une simple connaissance cordiale de Serpentard. C'était Sam. Sauf que parallèlement, cela la contrariait de devoir céder. Elle n'aimait pas ce genre de situation. Elle n'aimait pas que sa curiosité soit piquée au vif par quelque chose mais qu'elle ne sache pas tout, elle n'aimait pas ne savoir qu'une partie d'une révélation, elle n'aimait pas savoir que quelqu'un en face d'elle savait quelque chose qu'elle ignorait. Au final, tout cela la laissait indécise.

Elle poussa un soupir, fronça les sourcils, se passa machinalement une main dans les cheveux et croisa les bras de nouveau, observant pendant quelques secondes la porte un peu plus loin. Bon. Soit elle acceptait, soit elle refusait et partait tout de suite en ayant néanmoins le désagréable sentiment d'être passée à côté de quelque chose d'important. Il ne fallait pas qu'elle laisse son obstination et sa fierté l'aveugler. Elle savait toujours choisir les meilleurs options qui s'offraient à elle, quand bien même un choix impliquerait une certaine forme de capitulation. Sarcastique, elle finit par tourner la tête vers Sam :

« Un échange de bons procédés entre amis, hein. »

Elle n'était pas vraiment d'accord sur le terme, non. Mais bon, peu importe. L'important était de savoir si elle allait finir par accepter ou non. Elle hésita encore quelques secondes, fronçant les sourcils et toisant Sam comme si elle aurait voulu être capable de tout savoir d'un claquement de doigts. Puis elle finit par prendre une inspiration, pinçant les lèvres une seconde.

« Très bien. »

Cela la contrariait, tout de même.
Elle eut un signe du menton dans sa direction.

« On fait comme tu as dit. Mais tu parles le premier. »

Juste le réflexe d'imposer ses conditions. Et puis, elle n'avait pas envie de se faire avoir si l'information de Sam n'était en fait qu'une information de pacotille parfaitement inutile. On ne savait jamais, avec les coups fourrés... Elle eut un sourire ironique, ensuite, alors qu'elle reprenait les mots du jeune homme pour ajouter – et confirmer :

« Et pour te prouver ma bonne volonté, je te confirme que je suis bien au courant de quelque chose qui me permet de faire ce que je veux de Black. »

Pour l'instant, cependant. Elle se doutait bien que cela ne pourrait pas fonctionner éternellement de cette manière.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 20 Juin - 18:31
Invité
La tu triches Alice, me confirmer quelque chose que je sais déjà n’est pas vraiment très utile. Mais bon passons la dessus on va dire que c’est d’accord. Il faut bien que quelqu’un commence après tout.

Ce n’est pas comme si Sam allait tout lui révéler d’un coup de toute façon. Distiller les informations au compte goute afin de satisfaire la soif des autres tout en gardant des cartes dans sa manche.

Si je revenais avec une fiancée aussi dure en affaire que toi mon père serait aux anges….

Seulement ce ne serait pas la cas n’est ce pas ? Alice ne voyait pas Sam ainsi, et lui n’avait jamais fait aucun mouvement dans ce sens. En fait il y’a quelques raison derrière tout ça mais ce n’est pas ce qui nous intéresse. Peut être une autre fois…Ou pas.


Pour que tu comprennes l’importance de l’information il faut que je reprenne depuis le début. Le tout début quand on à découvert que Hellson nous avait enfermé dans le château sans moyen de communiquer à l’extérieur.

Est-ce que ça allait être long ? Impossible à dire. Sam allait t’il reprendre point par point son expédition ? Surement pas. De toute façon il ne se souvient pas de grand-chose comme vous allez vous en rendre compte. Mais bon Alice devrait peut être quand même prendre place dans un des fauteuils de la pièce. Elle n’en a pas marre d’être debout depuis tout à l’heure ?

Pendant que tout le monde paniquaient et frôlaient l’hystérie…

Bon d’accord pas forcément tout le monde mais pas mal d’élèves quand même vous serez d’accord avec moi. Quand aux autres et bien c’étaient soit des petits malin dans le genre de Sam ou de Unseen, qui avait profiter de l’agitation pour agir à leurs avantage, soit des grands frères et grandes sœurs, qui avaient prit sous leurs ailes les plus jeunes et d’autres aux intentions moins louables qui avait fait main basses sur leur salle commune. Pas vrai Alice ?

Je suis allé faire un petit tour dans le placard à potion du paternel de ta copine Selena. D’ailleurs il faudrait peut être que Dumby le surveille un peut plus parce que y’a des trucs pas très très catholique la dedans.

A quoi s’attendre de toute façon avec un type aussi glauque que rogue se voyant accorder le titre de professeurs et du coup l’accès à pas mal d’ingrédient et de recettes bizarres. Et le pire c’est que Sam était persuadé que parmi tout ces drôles d’ingrédients, il avait du en avaler une bonne parti pendant les cours de potions…Yeeuurrkk.

Enfin bref, j’ai prit ce qui m’intéressait…Non ca ne te concerne pas…Et qu’est ce que je trouve la dedans après avoir farfouillé un peu ? Felix Felicis ça te dit quelque chose ?


Non ce n’est pas le nom complet du matou dans la pub de la nourriture pour chat je vous vois venir. En tout cas vu la réaction d’Alice elle à du comprendre. Surtout que Sam venait de sortir de sa poche un petit flacon non étiqueté et vide maintenant, pas même une petite goutte du précieux liquide ne restait à l’intérieur.

J’espère que t’arrivera à y gouter un jour. C’est un truc de malade cette potion rogue en avait parlé vite fait en cour tu te souviens ?
C’est encore mieux que ce qu’il avait dit, t’a l’impression de pouvoir faire tout, tout et n’importe quoi parce que le problème c’est que tu n’a aucun contrôle sur les évènements.


Des flashbacks de ce qui c’était produit lui reviennent, scènes découpés sans aucun ordre de ce que Sam avait fait sous l’effet de la potion et si Alice préfère rester debout lui s’installera dans un fauteuil avant que ses jambes ne le lâche. Fixant la petite fiole qu’il fera rouler entre son pouce et son indexe il soupirera avant de reprendre.

Mais je n’en prendrais pas tout les jours non plus. Enfin bref comme tu l’as compris, j’ai prit cette potion avant de partir pour ma dernière expédition. Mon objectif de base bien sur c’était de trouver un moyen de sortir, tout de suite, ou au moins de communiquer avec quelqu’un à l’extérieur.
Comme quoi la chance nous joue parfois des tours, parce que je n’ai pas trouvée la sortie sinon tu te doute que j’aurais déjà informé tout le monde.


Ou pas. Vous imaginez ? Etre le seul à savoir comment sortir du château, Sam aurait certainement pu trouver un moyen d’exploiter ça.

Je ne me souviens pas très bien de mon parcours en fait. J'ai passer plus de temps à essayer de le retracer qu’a vagabonder sous l’effet de la potion en fait, et c’est à une sortie que j’ai entendu die que tu sortais avec black…N’importe quoi cette décision je te le redis d’ailleurs.
Enfin bref. J’avais décidée de faire une pause, les effets de la potion allaient bientôt cesser et je n’avais pas trouvé ce que je voulais.


Mais il avait trouvé quelque chose apparemment..

C’est la que j’ai entendu quelqu’un parler. Enfin parler. Hurler je devrais dire. Quel importance tu va me dire, surement quelqu’un d’autre qui piquait une crise à cause de nôtre isolement.
Sauf qu’il c’est mi à crier après un dénommé « Hellson », comme quoi il l’avait trahi et qu’il devait lui répondre. La tout suite j’ai eu envi d’en entendre un peu plus.


Ben oui forcément c’est intriguant.

Je vais te passer les détails. Quand j’ai comprit que ce type -cet élève comme j’ai pu le découvrir- avait un rapport quelconque avec Hellson, je n’ai pas trop réfléchi et je suis entré dans la pièce ou il se trouvait. Tu savais toi qu’il y avait les mêmes toilettes partout dans ce château ? Même dans les passages secrets, je me demande bien pourquoi d’ailleurs, encore un mystère à éclaircir, peut être qu’avant c’était des couloirs empruntés régulièrement va savoir.

Sam fasciné par des toilettes dans un passage secret. Il faut comprendre que en sept ans, Sam pensait avoir réussi, comme d’autres élèves ayant la fibre exploratrice avant lui, à faire le tour de la majorité des passages secrets et découvert une grande partie des pièces cachée de l’école. Alors même tomber sur des choses aussi bêtes que des toilettes dans un passage secret lui montrait qu’il n’en avait pas fini avec ce château bien au contraire.

J’ai commencé par le paralyser histoire qu’il ne me file pas entre les doigts. Je suis d’accord, il y a plus doux comme entrée en matière mais j’ai choisi d’assurer mon coup.

Il avait plutôt bien assuré d’ailleurs, parce que le type s’était cogné contre un lavabo et en plus de l’énervatum il avait fallu quinze bonnes minutes avant que l’élève ne revienne à lui avec un œuf de pigeon sur le crâne.

Je te le donne en mille. Cet élève c’est le bras droit de Hellson à l’intérieur de l’école…. Je devrais peut être dire c’était, parce que apparemment nôtre ami n’a pas été averti du sort que nous réservait son boss. J’ai retrouvé un bout de miroir prés de lui, mais je n’ai pas réussi à déterminer si ça fonctionnait ou non.

Sam avait bien sur gardé le plus important pour lui, pour le moment, car Alice ne le laisserait pas s’en sortir à si bon compte.

On a parlé un peu. Il est vachement remonté et du coup il m’a promis de m’emmener dans tous les endroits ou il a rencontré Hellson. Ce qui vaut mieux pour lui parce que si je révèle son nom il risque pas mal d’ennui.

Ce qui confirma à Alice qu’il n’en dirait probablement pas plus pour l’instant. Pas question qu’elle foute tout en l’air en parlant à tort et à travers.

Je suis donc bel et bien sur la piste de notre Geôlier. Et j’ai la ferme intention de lui mettre la main dessus, tu peux me croire. D’ailleurs il faut que je récupère quelque chose…

Et il commença à fouiller dans une caisse en apparence anodine posée sous une pile de coussins dans le coin de la pièce. Il allait devoir s’assurer de la sincérité de son nouvel associé.
Laissant Alice digérer le lot d’informations. Mais qu’elle n’espère pas lui échapper.


A ton tour…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Juin - 0:26
Lorsque Sam l'accusa tranquillement de tricher, Alice se contenta de faire un sourire faussement innocent en guise de réponse. Inutile de nier, ils savaient de toute façon très bien tous deux comment fonctionnait l'autre. Puis son sourire se fit amusé à la réflexion de son vis-à-vis sur la fiancée dure en affaires qui plairait à son père. Évidemment qu'elle était dure en affaires, il fallait bien l'être non ? Et encore, là, elle avait tout de même la désagréable impression de jouer toutes ses cartes.

« Je suis sûre qu'il m'adorerait. »

Ou peut-être pas, vu qu'elle savait que le père de Sam, illustre homme d'affaires, avait plutôt tendance à se reclure dans le monde des affaires moldues plutôt que dans celui des sorciers depuis l'attentat magique qui avait emporté la vie de sa femme. Mais bref, ce n'était pas ici la question et ce n'était pas non plus comme si c'était sérieusement envisageable, pas vrai ? Non, juste une plaisanterie... Ou peut-être pas. Mais pour le moment, c'était l'heure des révélations et Alice était déjà attentive alors que Sam lui annonçait qu'il allait reprendre les choses depuis le début pour qu'elle puisse comprendre. Et bien soit, qu'il explique donc les choses comme il le souhaitait. Ainsi donc, le premier jour, alors que tout le monde paniquait un peu dans tous les coins ou en profitaient pour prendre le pouvoir des salles communes, Sam avait été fouiller dans l'armoire à potions de Rogue. En entendant ça, Alice haussa un sourcil. Allons bon, il n'y avait que Sam pour avoir cette idée tordue en plein chaos ! Au lieu de paniquer, de rassurer les plus jeunes ou de faire la fête (il y en avait eu qui avaient très bien pris la nouvelle, oui, bizarrement), il avait été fouiller dans un placard à potions. Très logique. Mais Alice s'abstint de tout commentaire pour ne pas l'interrompre et se contenta d'attendre la suite, bras encore croisés. Avisant un fauteuil, elle fit quelques pas pour s'y affaler, ne sachant pas très bien combien de temps durerait encore leur discussion.

« Enfin bref, j’ai pris ce qui m’intéressait…Non ça ne te concerne pas…Et qu’est ce que je trouve là-dedans après avoir farfouillé un peu ? Felix Felicis ça te dit quelque chose ? »

Alice fronça furtivement les sourcils – le 'non, ça ne te concerne pas' ne passait bien entendu pas très bien. C'était ça qui était chiant, avec Sam : cette manie qu'il avait de vous révéler des choses tout en prenant bien garde d'en garder d'autres secrètes.

« Évidemment. »

Un peu sèche, un peu hautaine ; évidemment que cela lui disait quelque chose. Ils en avaient justement parlé en cours de Potions cette année-là, elle s'en souvenait bien. Et c'est pourquoi d'ailleurs elle ne put s'empêcher d'avoir l'air un peu stupéfaite : Sam avait vraiment trouvé du Felix Felicis ? La potion de la chance liquide ? Bon sang, mais cela impliquait tellement de choses... Lorsque le jeune homme sortit une petite fiole de sa poche, Alice se pencha quelque peu en avant par réflexe comme pour mieux voir, avide, déjà prête à marchander pour pouvoir en utiliser ne serait-ce qu'une goutte. Sauf qu'elle remarqua bien vite que la dite fiole était vide et la déception amère se peignit sur son visage alors qu'elle se redressait, renfrognée. Et Sam qui décrivait partiellement les effets de cette potion rare lui donnait encore plus envie d'essayer. Ça devait être grisant, quand même... Mais bref. Maintenant, toutes les potions du château avaient été réquisitionnées par cet abruti de Mr Unseen, donc les chances de trouver une fiole de Felix Felicis étaient nulles. Dommage. Sam avait eu la chance de passer avant lui. Et il avait donc bu cette potion avant de partir en expédition, intéressant.

« Comme quoi la chance nous joue parfois des tours, parce que je n’ai pas trouvé la sortie sinon tu te doutes que j’aurais déjà informé tout le monde. »

Ben tiens... Le coude appuyé sur l'accoudoir de son fauteuil et le poing contre la joue, Alice haussa de nouveau un sourcil en prenant un air quelque peu blasé.

« C'est marrant, j'ai comme un doute. »

Elle imaginait très bien Sam garder cette information pour lui, oui. Être le seul à savoir comment sortir d'ici... Ce serait quelque chose d'énorme. Mais bon, visiblement, il n'avait pas trouvé ce moyen de sortie. Pas encore. Il semblait déterminer à le découvrir, en tous cas. Lorsqu'il fit une réflexion au sujet d'Alexander et qu'il s'égara ensuite un instant au sujet de toilettes cachés un peu partout, Alice leva les yeux au ciel. Elle ne partageait pas la fièvre de l'exploration du Serpentard ; elle, elle préférait se contenter des virées nocturnes et interdites, dans le calme du château plongé dans les ténèbres. C'était tellement plus reposant que le jour. Lorsque Sam mentionna le nom d'Hellson, Alice se redressa légèrement sur son siège avec un regain d'intérêt. Ainsi donc, Hellson avait un infiltré au sein même de Poudlard ? Un infiltré qu'il avait abandonné à son sort sans le prévenir, certes, mais un infiltré tout de même. Voilà qui était intéressant. Même très intéressant. Ce type devait savoir tellement de choses... Mais justement, qui était-il ? Cela, de toute évidence, Sam ne comptait pas le révéler. Et Alice fronça les sourcils en se rendant compte. Elle se foutait bien de savoir qu'il risquait sa peau si son nom était révélé ! Elle voulait savoir qui était le bras droit d'Hellson au sein de Poudlard. Qui avait joué double-jeu pendant des mois. Puis elle observa Sam récupérer une mystérieuse caisse, sans préciser ce que c'était. Il lui en avait révélé beaucoup, mais il gardait encore des secrets. Elle fronça les sourcils de nouveau.

« Tu proposes de négocier mais entre temps, tu ne me dis pas le nom de ce type et tu ne me dis pas tout. C'est quoi, cette caisse ? »

Elle était intriguée, forcément. Et puis surtout, elle voulait vraiment savoir qui était le bras-droit d'Hellson. C'était une telle info... Mais bien entendu, comme le lui rappela Sam, c'était à son tour. À son tour de révéler ce qu'elle-même savait. Alice hésita de nouveau, un court instant. Mais finalement, elle étouffa un soupir, cola de nouveau son poing contre sa joue d'un air ennuyé et commença d'une voix monotone.

« Je suis quasi certaine que Kaysa Potter et Alexander Black en pincent l'un pour l'autre. C'est tellement flagrant. Alors je me suis dit, au lieu de s'ennuyer, autant faire en sorte de les emmerder. Tu sais à quel point j'adore Kaysa, je lui devais bien ça. »

On ne faisait pas plus ironique sur la dernière phrase. Puis elle se redressa quelque peu pour poursuivre :

« Elle ne supporte pas qu'on touche à ses amis. Encore pire, à ses meilleurs amis. Et justement, j'ai découvert par hasard quelque chose de très intéressant sur l'un des deux, qui ne l'arrangerait pas du tout si cela venait à être révélé. Encore plus par les temps qui courent. Alors au lieu d'aller voir directement Potter pour lui dire que ce j'ai découvert, j'ai plutôt été voir Black. Et je le fais chanter avec ça. Comme ça, je fais d'une pierre deux coups. Ou même d'une pierre trois coups, en sachant que ça touche les trois. »

Ce n'était qu'une petite vengeance personnelle qu'elle menait contre ces trois Gryffondors méprisables qu'elle détestait, certes pas quelque chose de bien énorme. Si ce n'est le fait que les rumeurs couraient bien vite dans le château lorsqu'elles concernaient des élèves bien connus. Mais bon, ce chantage l'avait bien amusée pendant un temps. Elle ne regrettait jamais ce genre de machinations qu'elle adorait mener.

« Je te dis ce que c'est si tu me dis le nom du bras-droit d'Hellson. »

Les affaires sont les affaires.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 23 Juin - 23:06
Invité
Bien sûr que son père adorerait Alice. Enfin ce qu'il aimerait, c'est surtout la perspective de voir la fortune et le patrimoine de la famille Sullivan lui tomber entre les mains par l'intermédiaire d'une éventuel union des deux familles. Oui c'est bien le genre de choses qui ferait revenir Winalver père dans le monde magique.

Tu n'imagine pas à quel point.

Mais bon on n'est pas là pour parler romance. La surprise d'abord lorsqu'il lui parle de la potion. Car oui il faut de la chance pour mettre la main sur la potion de la chance. Celle ci est tellement compliqué à réaliser qu'il faut un maitre en potions pour s'assurer au maximum de sa réussite, et encore là il reste de fortes chances d'échouer. Alors pensez vous, réussir à en trouver parce qu'on a eu l'idée «  tordue » d'aller fouiller dans un placard à potions, ça a de quoi énerver les autres.

Et pourquoi une idée tordue d'abord? Si on lui posait la question Sam vous dirait que c'était pure logique que s'assurer de faire main base sur le meilleur matériel possible lors d'une situation de conflit, ou d'une compétition. Ce qui était à peu près le cas dans le château non?
Oui bon d'accord Sam avait des idées un peu tordues mais en attendant il obtenait des résultats, ce qui n'était pas le cas de tout le monde.


L'avidité ensuite, donc, lorsque Sam parle des effets du liquide sur lui et surtout lorsqu'il extrait de sa poche la fiole qui contenait le petit miracle, à cet instant, si il n'en était resté qu'une goutte, Sam aurait parié qu'il aurait pu demander n'importe quoi à Alice et qu'il l'aurait obtenu.
Seulement voilà, Sam a tout bu hein, pas fou non plus, surtout quand on sait que la fiole qu'il a dans la main n'offre que très peu de temps d'effet, douze heures tout au plus, douze heures à mettre à profit.
Dommage pour Alice qui semblait prête à manger de la pierre maintenant qu'elle voyait que la fiole était bien vide. Sam avait bien songé à en tirer profit en la distillant au goute à goute parmi les élève. Quelques minutes de chance absolue attireraient sûrement la convoitise. Mais en y repensant sa première décision était bien la bonne, ne serait ce que pour sa dernière découverte.
Quant à trouver un moyen de sortir, il devait bien admettre qu'Alice n'avait pas tout à fait tort, il y aurait beaucoup eu à gagner s'il avait été le seul à connaître le moyen de sortir.


Bon d'accord je n'aurais pas averti tout le monde tout de suite. Rien que toi...

Quand aux autres, et bien certains d'entre eux, leurs parents notamment devaient posséder quelques petites choses qui l'aurait intéressé, Serpentard était finalement une bonne maison pour Sam à n'en pas douter.
L'épisode des toilettes intéressera beaucoup moins Alice par contre, jusqu'à ce qu'il parle du bras droit d'Hellson bien sûr. La c'était une tout autre paire de manche, et lorsqu'il taira volontairement le nom du bras droit en question, c'est presque comme s'il pouvait sentir la chaleur émaner d'Alice tellement elle voulait connaître le nom de ce type.
Évidemment elle n'appréciait pas de voir qu'il lui cachait la partie la plus importante de sa découverte, mais en même temps, comment s'assurer que elle même allait parler s'il lui révélait tout du premier coup?
Elle devait l'avoir comprit parce que malgré son petit commentaire elle poursuivra.


Ainsi donc il avait raison, Alice avait bien découvert un moyen de faire danser Black dans le paume de sa main. Voilà qui était intéressant. Il n'avait pas de grief particulier à l'encontre de ceux qui se faisaient appeler le « Trio infernal », ou alors il ne s'en souvenait pas. De leur côté, le fait que Sam soit un Serpentard qui plus est proche d'Alice devait leurs suffire par contre. Mais posséder un nouvel atout ne serait pas trop. Ilsc'était attendu à ce qu'Alice lui fasse ce genre de marchandage lorsqu'il avait tenu sous silence le nom du bras droit d'Hellson. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait de lui d'ailleurs, c'était presque certain que si elle avait parlé la première elle lui aurait fait le même coup.

Et après on dit que c'est moi qui fait de la rétention d'information. Enfin bon je suppose que je l'ai mérité après tout.

Pendant tout le discours d'Alice il n'avait pas levé les yeux de la caisse, vidant celle ci de ce qu'elle contenait, c'est à dire un assemblage d'objets loufoques du même genre de ceux qu'appréciait Luna Lovegood. Demander à Sam d'où ça vient ne fera qu'obtenir de lui un long silence, par contre ce qui l'intéresse vient après.

Donc tu me dis que tu a découvert quelque chose de suffisamment embarrassant pour obliger mister Black à faire la chose qu'il considère probablement comme étant la plus humiliante de tout sa vie. Sortir avec toi...Contre son grès bien entendu. Je ne pense pas que sortir avec toi soit quelque chose d'humiliant..

T'engage pas sur ce terrain là Sam, tu risques de te retrouver sous un éboulement et ça va faire mal.

Et tout ça pour protéger ses copines. Il n'y a bien qu'un Gryffondor pour accepter ça. J'en serais presque admiratif.

Mais il n'avait pas le temps d'être admiratif, c'est sur Black faisait son preux chevalier afin de protéger les demoiselle en détresse pour l'instant, il l'avait déjà dit à Alice, rien ne garantissait que Black supporte cela plus longtemps, peut être qu'il en avait déjà parlé, et si cela tombait dans les oreilles de la jeune Potter, les choses risqueraient d'empirer. C'est pour ça qu'Alice devait lui révéler le fin mot de l'histoire.

Bon on va faire comme ça. Tu me dit tout et tu largues Black avant que cela ne dégénère, parce que c'est ce qui risque d'arriver. De mon coté je m'arrangerai pour qu'il comprenne que tu n'es pas la seule à connaître leur petit secret.

Sam n'hésiterait pas, Alice n'était pas toute puissante, elle avait eu ses propres ennuis ces dernières années, mais rien de bien grave, toutefois le cas présent pourrait engendrer des réactions pus violentes, ce que Sam allait faire en sorte d'éviter.

Quant à la caisse. Oui la caisse, celle où Sam fouille depuis tout à l'heure. Il en sortira une nouvelle fiole, enfin en supposant que c'est une fiole parce que avec le poing serré autour on ne voit que le bouchon. Ben oui encore une potion. Est ce que je dois vous rappeler où est-ce que Sam est allé faire un tour?

Quant à moi, de mon coté, je vais faire un autre marché avec toi. Et je suis à peu près sûr que tu va l'apprécier. A sa juste valeur puisque cela va te donner ce que tu veux et probablement plus.

Quelques pas, qui l'emmènent près du fauteuil d'Alice.

Comme je te l'ai déjà dit, je vais rencontrer mon nouvel ami une seconde fois. Afin qu'il me communique ce qu'il sait sur Hellson. Quant à ceci...

Saisissant la main d'Alice il y glissera la nouvelle fiole de potion. Malheureusement il ne s'agit pas d'une autre fiole de Félix, ce serait trop beau et inespéré. Non à la place du liquide doré que nous aurions bien aimé voir se trouve un liquide à l'aspect laiteux remplissant à peu près la moitié de la bouteille.

C'est mon assurance sincérité. Pas aussi puissant que du véritaserum j'en ai peur, mais ce qui reste devrait suffire à rendre notre ami aussi loquace et prompt à nous révéler ses secret qu'un journal à scandales.

Il ne restait que la moitié de la fiole. Mais où était donc passée l'autre moitié? Et il avait ça sous la main? Pourquoi est-ce qu'il a négocié avec Alice alors? Bizarre quand même.

Je la confie à tes bons soins jusqu'à mon prochain rendez-vous avec le traitre et à ce moment là tu viendras avec moi. Raisonnable, non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juil - 20:55
Alice observa Sam qui fouillait dans la caisse qu'il avait sur les genoux, et dans laquelle il ne cessa pas de fouiller alors qu'il prenait la parole à son tour. Lorsqu'il fit remarquer ironiquement qu'on disait après que c'était lui qui faisait de la rétention d'information, Alice eut un petit sourire entendu. Elle se doutait parfaitement que si la situation avait été inversée, elle aurait fait exactement comme Sam et Sam aurait fait exactement comme elle. Ce n'était sûrement pas un hasard s'ils avaient été répartis dans la même maison, après tout. Alice continua d'observer les gestes de Sam tout en écoutant ce qu'il disait, baladant son regard sur toutes les fioles et petits objets étranges qu'il pouvait en sortir. Elle avait l'impression de voir un voleur avec son butin, ou alors un explorateur revenu avec un trésor. Il récapitula ce que la jeune fille lui avait dit et lorsqu'il fit la remarque qu'il ne pensait pas qu'il soit humiliant de sortir avec elle, Alice ne put s'empêcher de l'observer un instant d'un œil suspicieux en se demandant s'il ne disait pas ça pour se moquer d'elle à sa manière, justement. En tous cas, elle s'abstint de tout commentaire et continua d'écouter, relevant de temps à autres les yeux de la caisse que Sam vidait.

« Et tout ça pour protéger ses copines. Il n'y a bien qu'un Gryffondor pour accepter ça. J'en serais presque admiratif. »

Alice leva les yeux au ciel. Quelle ironie. Elle trouvait qu'il n'y avait absolument rien d'admirable là-dedans : au contraire, cette faiblesse évidente était pathétique. Mais effectivement, Sam avait raison, il n'y avait bien qu'un Gryffondor pour accepter ça. Un Serdaigle se serait probablement montré plus intelligent et un Poufsouffle... et bien, un Poufsouffle n'était qu'un Poufsouffle.

« Il t'en faut peu. »

Elle retint un soupir ennuyé, comme si tout cela était bien trop long, et se cala un peu plus confortablement dans son fauteuil en posant un instant son poing contre sa joue. Sam en vint au deal en lui-même, le deal qu'ils allaient tous deux conclure pour s'échanger les informations que chacun voulait. Pour sa part, Alice devait donc tout lui révéler et larguer Black ensuite « avant que cela ne dégénère ». L'intéressée ne broncha pas, ne cilla même pas, se contenant d'observer son vis-à-vis en attendant la suite qui l'intéressait bien plus. Soit, si elle devait aller jusqu'à larguer le Gryffondor, et bien elle le ferait. Ce n'était pas comme si elle tenait à lui et que leur relation était idyllique. Au contraire, Alexander lui tapait de plus en plus sur le système en faisant tout pour lui compliquer la tâche mais à vrai dire, ce n'était pas comme si elle ne s'y était pas attendue à la base. Mais très bien, s'il cherchait à la faire craquer jusqu'à ce qu'elle cède, il gagnerait. Sauf que ce ne serait que pour mieux lui renvoyer l'ascenseur ensuite. Alice ne réagit pas non plus lorsque Sam expliqua que de son côté, il ferait en sorte de faire comprendre à Alex que sa fausse petite amie n'était pas la seule à connaître le fameux secret. En vérité, plus elle envisageait de larguer le Gryffondor, plus Alice songeait à l'éventualité de balancer ce qu'elle savait à Gossip Feather. Ce serait le moyen parfait pour que l'information soit connue d'absolument tout le monde en très peu de temps, l'étincelle qui enflammerait le bûcher. Ou mieux valait peut-être garder cette carte pour menacer de la jouer dès que le trio infernal chercherait à se venger d'elle. Hm, tout cela méritait réflexion.

Sam enchaîna en proposant un nouveau marché. Intéressée, Alice redressa légèrement la tête. Elle le suivit des yeux lorsqu'il s'approcha et elle le regarda d'un air interrogateur alors qu'il se postait à hauteur de son fauteuil. Puis il glissa dans sa main quelque chose qui s'avéra être une petite fiole et Alice baissa les yeux, la faisant tourner entre ses doigts pour l'observer attentivement. Elle avait cru (espéré) pendant une seconde que c'était du Felix Felicis, mais elle se rendit bien vite compte que non. Comme la nature de la potion ne lui disait rien, elle leva les yeux sur le jeune homme, l'œil toujours interrogateur. Une assurance sincérité ? La lumière se fit avec ses explications et Alice jeta un nouveau coup d'œil à la petite fiole. Intéressant. Même si ce n'était pas aussi fort que du Veritaserum, cela restait intéressant. Et la suite encore plus, à vrai dire.

« Je la confie à tes bons soins jusqu'à mon prochain rendez-vous avec le traitre et à ce moment là tu viendras avec moi. Raisonnable, non? »

Alice releva les yeux de la fiole pour les poser sur Sam, haussant un sourcil. Est-ce qu'il était sérieux ? De toute évidence, oui. Voilà qui était effectivement encore plus intéressant. La blonde prit le temps d'y réfléchir un instant, comme elle faisait toujours pour analyser le pour et le contre, mais à vrai dire, sa réponse était déjà toute trouvée. C'était encore mieux qu'obtenir simplement le nom du traitre en question : elle allait carrément pouvoir le voir, assister à l'interrogatoire, apprendre tout en même temps que Sam. Évidemment que c'était raisonnable et évidemment qu'elle allait accepter. Faisant à nouveau tourner machinalement la petite fiole entre ses doigts, elle releva les yeux sur Sam et eut un sourire au coin des lèvres.

« Je ne sais pas si on pourrait dire ça comme ça mais en tous cas, ce deal me plaît. »

Puis fronçant les sourcils et reprenant un air plus sérieux, elle leva la main qui tenait la fiole pour tendre l'index en direction de Sam, plus pour la forme que par réelle nécessité, comptant bien mettre les points sur les i dès maintenant.

« Tu n'as pas intérêt à oublier que je dois venir avec toi la prochaine fois. »

Elle comptait bien le lui rappeler de toute façon. Mais elle se méfiait toujours des coups fourrés. La fiole que Sam lui avait donné était à moitié pleine seulement : et s'il conservait l'autre moitié quelque part pour la devancer, ne lui donner qu'un placebo pour pouvoir obtenir ce qu'il voulait ? Elle avait peut-être fondamentalement du mal à faire confiance aux gens, mais c'était parce qu'elle ne supportait tout simplement pas d'être doublée, trompée ou piégée. Elle continua de couver Sam d'un regard soupçonneux un instant, puis baissa à nouveau les yeux sur la petite fiole, pensive. Elle garda le silence encore un moment, comme si elle hésitait, comme si elle allait se raviser, puis elle se décida finalement le plus spontanément du monde.

« Nina Lupin est une lycanthrope. »

Elle releva les yeux sur Sam.

« C'est ça que j'ai découvert. Toute sa famille et ses amis doivent être au courant, mais pas les autres. Et si jamais ça devait se savoir, nul doute que bon nombre de parents d'élèves n'apprécieraient pas la chose et iraient se plaindre auprès de Dumbledore. Avec un peu de chance, elle serait même obligée de dégager. »

Un sourire cynique et satisfait vint se dessiner sur ses lèvres alors qu'elle songeait à cette éventualité. Priver ce ridicule Trio Infernal d'un de ses membres, voilà qui serait assurément un coup de maître ! Mais Alice ne se leurrait pas. Les Gryffondors avaient toujours été les chouchous de ce mou de directeur, encore plus tous ces rejetons de Maraudeurs stupides. Nul doute que le vieux Dumbledore ferait tout pour garder la pauvre petite Lupin à l'école si cela devait arriver.

« Sans parler du fait que dans notre situation actuelle, si tous les autres élèves apprenaient qu'un loup-garou traîne parmi eux alors que toutes les potions tue-loup ont été embarquées par ce Mr Unseen, ça passerait encore moins. Les choses pourraient même dégénérer pour elle, ce qui pourrait être tout à fait... intéressant. »

Elle eut un nouveau sourire entendu, décroisant les jambes pour se redresser un peu mieux dans son fauteuil. Elle voyait les choses d'ici. Il y aurait bien entendu de stupides élèves pour compatir et prôner que la lycanthropie n'est pas une différence en soi, qu'il ne faut pas avoir peur et blablabla. Mais il y aurait les autres, tous ces autres censés qui auraient peur ou mieux, qui la fuiraient, qui quitteraient la salle commune des Gryffondors, qui chercheraient même peut-être à protéger les autres de cette menace. Oui, il serait indéniablement intéressant de constater les conséquences qui pourraient résulter de tout ceci. Alice glissa la fiole dans la poche de son jeans puis eut un vague haussement d'épaules pour conclure simplement.

« Bref, c'est en se doutant de tout ça qu'Alexander a accepté le chantage. »

Mais tout cela ne l'amusait plus tellement, après réflexion. Encore moins alors que Sam supposait très justement que la situation pourrait se retourner bientôt contre elle. Alors elle agirait en première, tout simplement.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 14 Juil - 0:06
Invité
Le « Il t'en faut peu » heurtera un peu Sam, si Alice savait tout ce qu'il avait fait pour elle dans l'ombre. Elle n'apprécierait pas d'avoir son prince protecteur? En fait, il y avait de fortes chances que le prince en question se fasse rembarrer modèle géant avec une paire de gifles en prime, alors chut Sam tais toi.

Forcément qu'elle accepterait le Deal. En fait celui-ci était bien plus avantageux pour elle car l'information qu'elle allait lui donner ne servirait peut-être jamais à Sam. C'était quelque chose qui se vérifierait dans le futur.


« Tu n'as pas intérêt à oublier que je dois venir avec toi la prochaine fois. »

Évidement qu'elle était suspicieuse. Surtout en voyant que le flacon n'était qu'a moitié plein, ou à moitié vide, tout dépendait de la vision des gens. Pessimisme ou optimisme, Sam lui préférait toujours voir les choses à moitié pleine.

Comme si je pouvais oublier quelque chose te concernant. Et puis je tiens à conserver mon intégrité physique.

Ou mentale, que lui ferait subir Alice s'il la doublait? Impossible à savoir sans avoir essayé, à moins d'avoir des don prophétiques. Ce dont Sam n'étais pas doté, à son plus grand regret. C'est fou le nombre de choses qu'on se prend à vouloir en plus au fur et à mesure que les année passent.

Par contre je ne sais pas encore quand est ce que ça se déroulera. Donc tu devrais cacher ça en attendant, dans un endroit que personne ne trouvera. Je me suis donné suffisamment de mal pour en avoir et ça m'ennuierait de faire appel à l'autre arnaqueur pour refaire mon stock.

Bon ce que Sam ne disait pas c'est que Unseen pouvait ce remballer avec ses tarifs exorbitants, parce que à partir du moment ou cela reste pour sa consommation personnelle, Sam a de quoi voir tenir encore un bon moment au niveau des potions diverses et variées.

Venait ensuite le tour d'Alice, cette information si capitale, capable de mettre Black à genoux et qu'il rêvait de posséder pour le simple plaisir de savoir, cette information pour laquelle il avait offert à Alice l'exclusivité de sa nouvelle découverte. Pendant un instant elle resta silencieuse, hésitante et prête à changer d'avis. Puis cela lui échappa d'un coup comme ça.

« Nina Lupin est une lycanthrope. »

Sam siffla appréciant la nouvelle comme il se devait. Une lycanthrope en liberté dans l'école.

Et comment t'as découvert ça? Elle c'est transformée sous ton nez? En tout cas, ça vaut son pesant de cacahuètes.
Pas étonnant que Blacki ait accepté ton petit chantage. comme tu dis si cela s'était répandu dans l'école...


Sam n'en dira pas plus à ce sujet, le mouvement de panique aurait pu conduire à des choses irréversibles dans leur situation actuelle. Mais s'il trouvait un moyen de contraindre la petite Lupin, les choses pourraient être intéressantes.

Cette information tu la gardes pour toi. Personne d'autre ne doit le savoir et nous ne nous en servirons qu'en dernier recours. Tu meurs sans doute d'envie de tout révéler, par l'intermédiaire de Gossip Feather je suppose. Mais tant que nous maintenons ça secret nous avons un moyen de pression. Et pas des moins négligeable. Donc motus.

Il quittera sa position en face d'Alice pour se diriger ver la porte. Maintenant que tout était au clair, il se rendait compte de l'état dans lequel il était, en fait comment Alice pouvait-elle supporter de rester dans la même pièce que lui à cette instant, une écurie devait sentir meilleur.

Maintenant il ne te reste plus qu'a larguer Black. Peu importe la méthode du moment que tout ça s'achève. Et qu'il sait que le couperet est toujours au dessus de la tête de sa copine.

Rien que d'imaginer dans quel état ce trouverait Black après ça le faisait rire intérieurement.
C'est la main prête à pousser le mur qui servait d'entrée de la pièce qu'il annoncera la dernière nouvelle.


Au fait je compte faire revenir Eden et les autres élèves que tu as évincé de la salle commune. Parce que tu t'es bien amusée jusque là mais avec tout notre effectif nous étions déjà en infériorité numérique alors j'aimerais que la balance commence à pencher un peu plus de notre coté, au cas où les choses se gâteraient plus tôt que je ne le crois. Et c'est sans appel.

Tiens Sam avait-il décidé de reprendre en main les affaires des Serpentard? Jusque là il ne semblait pas trop s'y intéresser pourtant. Préférant éviter qu'Alice ne commence à argumenter contre sa décision, Sam ce pressera de sortir de la pièce avant qu'elle ne réplique.

Bon et maintenant direction la salle de Bain des préfets. Mon pauvre Sam on dirait que tu a dormi dans une poubelle tout la semaine...

Avec un petit sifflement guilleret, il s'éloignera satisfait de lui-même.


(Bon voilà. Pas terrible terrible mais c'est fait ^^. Alice si tu veux conclure sinon on archive.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5744
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Juil - 0:45
Bien, Sam semblait vouloir tenir parole, ne serait-ce que pour conserver son intégrité physique. Alice eut un petit sourire satisfait aux lèvres, fière de savoir qu'elle avait encore suffisamment d'autorité pour ne pas qu'on se risque à la doubler sans penser aux conséquences désastreuses qui en résulteraient. Elle écouta la suite avec davantage de décontraction, hochant la tête d'un air distrait à la recommandation du jeune homme. Oui, elle cacherait cette fiole, elle la cacherait bien. Elle tapota machinalement la poche de son jeans de l'index, comme pour vérifier inconsciemment qu'elle était toujours là. Il faudrait donc attendre, pour l'entrevue avec le bras-droit d'Hellson. Mais soit, Alice pouvait se montrer patiente lorsqu'elle le voulait. Après lui avoir dit tout ce qu'elle savait, elle appuya nonchalamment son avant-bras sur l'accoudoir du fauteuil et observa Sam en jaugeant ses réactions. Le sifflement attesta de sa surprise, tout comme ses paroles au sujet du Gryffondor qui avait accepté le chantage et du fait qu'il comprenait maintenant : la lumière se faisait sur toute l'affaire, pas vrai ? Un instant, Alice eut presque un regret d'avoir tout révélé, comme une enfant qui aurait avoué une bêtise et qui serait maintenant obligée de cesser un jeu particulièrement amusant. Cependant, les paroles de Sam attirèrent bien vite son attention de nouveau et elle eut un froncement de sourcils léger, puis une expression de plus en plus irritée alors que le Serpentard lui ordonnait implicitement de garder ce qu'elle savait pour elle et de ne surtout pas tout déballer à Gossip Feather. Exactement ce qu'elle avait eu en tête, il le faisait exprès ou quoi ? Voilà qui la contrariait.

« Donc motus. »

Elle eut un petit soupir contrarié, comme un enfant boudeur, puis détourna un instant les yeux pour fusiller un mur du regard. Allons bon, comme s'il allait la priver du plaisir de tout révéler à Gossip Feather et de voir les conséquences qui en résulteraient. Comme s'il se croyait permis de lui interdire quoi que ce soit. Ceci dit, force lui était d'avouer qu'il n'avait pas tort dans le fond : jouer toutes ses cartes dans un geste impulsif pouvait s'avérer fatal. Mieux valait prendre le temps de réfléchir, garder ce qui pouvait être utile à garder, secouer cette carte sous le nez de personnes comme le Trio Infernal, se la jouer malin. Oui, c'était évident que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire mais cela n'empêchait pas Alice d'être tout de même foncièrement irritée, ne serait-ce que par esprit de contradiction sur le coup. Elle décida néanmoins de ne pas s'attarder sur le sujet et se contenta de suivre Sam des yeux qui se détournait pour s'en aller, probablement prendre un bain, et qui lui disait ce qu'elle savait déjà : qu'il ne lui restait plus qu'à larguer Alexander. Avant que la situation ne s'inverse, à son désavantage. Et surtout, le larguer tout en lui faisant clairement comprendre qu'il y avait toujours un couperet prêt à tomber sur la tête de Nina Lupin. Presque agacée, surtout hautaine, Alice se contenta de répondre platement :

« Évidemment. »

Elle savait ce qu'elle avait à faire, eh oh. Mieux, elle ferait les choses comme elle aurait envie de les faire, point. Elle verrait bien. Pour le moment, elle allait surtout retourner à la salle commune ou dans le dortoir pour réfléchir à tout ça à tête reposée, profiter du calme reposant des lieux. Sauf qu'en parlant de salle commune... Tout en poussant la porte de la salle, Sam laissa échapper quelques paroles sur un ton parfaitement décontracté et Alice se figea sur son fauteuil.

« Quoi ?! »

Attendez, attendez, comment ça faire revenir les autres élèves qu'elle avait évincé dans la salle commune ? Comment ça faire revenir EDEN ? Avait-elle raté un épisode ? Fronçant les sourcils, l'air à la fois stupéfait et contrarié, Alice garda les yeux rivés sur la porte par laquelle avait disparu Sam sans même daigner lui répondre. Qu'il était agaçant, franchement. Comment ça, « sans appel » ? Comment ça, elle s'était bien amusée ? Il ne comptait quand même pas sérieusement contester son autorité de manière aussi évidente devant tous les Serpentards ? Alors qu'il ne s'était jusque là pas du tout intéressé au sort de la salle commune des verts et argents ? Et bien, en voilà une bonne. Alice pinça les lèvres une seconde puis se leva finalement de son siège, raide comme un piquet et fusillant pendant un instant un mur du regard. Et pourquoi Eden, d'ailleurs ? Il comptait vraiment la voir réintégrer leur salle commune ? Qu'est-ce qu'il y avait; avec Eden ? Indubitablement irritée, Alice sortit de la poche de son jeans la petite fiole à moitié vide que Sam lui avait confié, l'observant un instant, sourcils froncés. Puis elle prit une inspiration agacée, rangea à nouveau la fiole dans sa poche puis se mit finalement en route d'un pas un peu plus vif que la normale, claquant la porte de la salle vide derrière elle.



[Sujet clos]



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» Jasper & Alice Forever
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Alice Cullen
» Petites Devinettes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: